LIENS UTILES
Nouveau?
Code de vie
Contexte
FAQfadet
Groupes
Sanctuaires
Artéfacts
Bestiaire
Fonctions
États magiques
Défis mensuels
Textos
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
PRÉDÉFINIS




NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty

NEVER HAVE I EVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Ven 27 Mar - 20:41

Sometimes, it is necessary to makes sacrifices of ourselves
Points : 2389
Messages : 234
Age : 51
Habitation permanente : Appartement au coeur d'Albuquerque qu'il fréquente peu.
Occupation : Contrebandier éclectique d'artefacts magiques | Treasure Hunter | Fabriquant d'artefacts magiques | Moitié technonulle de SEE
Ambrose Meriwether

Ambrose Meriwether
NEVER HAVE I EVER

Told this story before

-



La bite en rubis d'Olivia dans mon salon.

Il n'aurait jamais cru que Tullio puisse faire tressaillir son cœur. Mais lorsque les mots "à sa mère" dépassent l'étau de ses lèvres, le corps entier d'Ambrose se saisit et il n'arrive pas à masquer sa surprise, à dissimuler l'expression douloureuse qui vient ombrager ses traits.

Il a écouté Tullio énoncer ses talents en potions, annotant mentalement la possibilité de se tourner vers lui pour une recette ou deux. Il a écouté la brève esquisse des artefacts appartenant actuellement à Victoria, en essuyant d'un revers de paupière la mention douloureuse à une génitrice délestée. Il s'est même imaginé, lors des premiers reliefs du refus du consultant de lui donner l'artefact en rubis, les moyens pouvant être mis en place pour le convaincre de changer d'avis.  Tout ça avec la même candeur houleuse qui l'avait porté tout au long de leur échange. Avec trop de bleu entre les doigts et une odeur de rhum plein les yeux.

Mais.

Olivia est ce fantôme trop vif qui le chasse.

Il n'a jamais autant voulu la revoir que depuis qu'on a  estampé la mort sur les contours de sa vitalité. Il ne l'a jamais autant désirée que depuis qu'il a la certitude de l'avoir perdu pour de bon. Et le passage des années et des deuils, cette fresque n'ayant plus rien de naturel, est ce gouffre qu'il n'a jamais cherché à traverser. Il croyait avoir le temps, mais le temps trouve toujours une façon de lui manquer.

À ce moment de sa vie, si Sandro mourrait, si Sandro crevait...

Ne lui resterait que cet amoncellement de contacts fugaces et humains auxquels il n'accorde aucun sens.

Il ne veut pas y croire.

La bouteille que Tullio lui a rendue est égarée entre eux, une chandelle aux douleurs maternelles qu'ils ressassent. Le ciel demeure bleu, le village reste convivial et l'alcool continue d'embaumer l'air ambiant. Rien n'a changé pourtant il lui semble que le monde vient de basculer.

Tullio lui demande de parler d'un truc joyeux et il faut un moment avant que les mots parcourent ses synapses et prennent un sens. Il inspire, la tête lui tourne beaucoup trop, présage d'une gueule de bois terrible.

" Comparativement à Olivia, ta mère ne pouvait être qu'une connasse... ", lâche-t-il sans tact, avec une  pointe d'empathie qui se perd peut-être dans la cruauté de ses paroles.  Il tend la main pour la perdre dans les mèches de Tullio comme lorsqu'on essaye de réconforter un enfant en pleurs. Le mouvement est maladroit, coordination rendue défaillante par la quantité d'alcool qu'il a ingéré, et nul doute, qu'au final, la personne qu'il cherche à consoler est lui-même.

Dans tous les cas, ça ne peut pas faire de tords à Tullio, n'est-ce pas ? Il soupire.

" Ma mère, elle est morte, mais, euh, de son vivant, elle se spécialisait en artefacts magiques. J'ai passé toute ma jeunesse à la suivre autour du globe à la recherche d'un truc ou d'un autre. Olivia... ", il a une pointe d'hésitation et la partie rationnelle de son esprit lui souffle qu'il est en train de foutre sa temporalité d'étudiant en langues mortes en l'air.

Il choisit de ne pas l'écouter et de le regretter plus tard.

" Olivia et moi avions l'habitude d'essayer de la devancer, de lui voler ses cartes et ses notes pour aller nous foutre la tête la première dans les énigmes et les dangers qu'elle étudiait. Une fois, nous nous étions coursé pendant au moins trois jours, uniquement pour revenir sur nos pas et tomber sur ma mère. Non seulement était-elle déjà rentrée avec l'artefact sans la moindre égratignure, elle avait même eu l'opportunité de se procurer des sushis. Bien entendu, elle avait refusé de partager pour nous donner une leçon. "

Il se laisse tomber sur le dos et jette un regard à la silhouette de Tullio. Il est inondé de soleil, un portrait à contre-jour.

" ... tu crois que Victoria me laisserait avoir la bite en rubis si je lui disais que, fut un temps, je baisais avec sa mère ? "

Il regrettera plus tard.


NEVER HAVE I EVER - Page 2 Nehhw_Canvas
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Dim 29 Mar - 4:38

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 12749
Messages : 748
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
Tullio Cavaleri

Tullio Cavaleri
Tullio renâcle à la déclaration sans tact d'Ambrose, parce que de toute façon peu importe à qui on la compare sa mère est une connasse, si on ne part dans ce que l'humanité a fait de pire. La main dans ses cheveux le fait s'aplatir, un peu, par réflexe, mais même si le chevalier a pu l'intimider à une époque, aujourd'hui il ne lui fait pas peur. Aujourd'hui, il est de bonne compagnie, et Tullio est à moitié bourré, alors il accepte le contact sans rechigner.

Le consultant penche la tête de côté quand le chevalier se met à parler de sa mère à lui, et de celle de Toria, avec qui il a apparemment fait les 400 coups. Il se demande, un instant quel genre de mère peut emmener un enfant, pas le sien en plus, dans des missions dangereuses pour récupérer des objets magiques probablement tout aussi dangereux.

"Q… quoi?"

Balbutie Tullio, alors que son esprit se contorsionne pour essayer de comprendre ce qu'Ambrose vient de lui dire. Toria avait son âge, à peu près, mais il n'avait aucune idée de l'âge qu'avait pu avoir sa mère quand elle l'avait eue. Dans tout les cas, pour qu'Ambrose ait eu l'opportunité de coucher avec elle sans que ça soit une histoire d'un glauque absolu…

"Attends."

Lâche-t-il alors qu'il essaye désespérément de compter, malgré le rhum.

"Mais tes vieux, en fait! T'as au moins… au moins…? 50 ans?"

Il n'arrive pas à raccrocher ce chiffre au visage du chevalier, ça ne colle pas, vraiment pas. 50 ans, au moins. Wow.

"La vache, si c'est pas un truc magique va falloir que tu vendes la recette de ta crème antirides, tu vas te faire des couilles en or massif!"

Tullio rit et, comme Ambrose n'a pas repris sa bouteille, il se permet de l'emprunter pour en prendre une grande lampée.

"T'inquiète, je dirais à personne que t'es vieux. Si j'avais une tronche pareille je voudrais pas que les gens sachent non plus."

Il s'amuse, encore, de l'idée qu'en fait le chevalier ait l'âge d'être son père, parce que pour lui tout ce flou autour de son âge réel n'est qu'une simple histoire de coquetterie, comme toutes ces histoires autour du fait qu'on ne demande ni son âge ni son poids à une dame.

"J'sais pas si elle te la donnerait, sa bite en rubis. Peut-être? Faudrait lui demander."

Répond finalement le consultant, avec un haussement d'épaule, alors qu'il tend à nouveau la bouteille d'infinirhum.


NEVER HAVE I EVER - Page 2 Signa-poissons
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Dim 26 Avr - 18:30

Sometimes, it is necessary to makes sacrifices of ourselves
Points : 2389
Messages : 234
Age : 51
Habitation permanente : Appartement au coeur d'Albuquerque qu'il fréquente peu.
Occupation : Contrebandier éclectique d'artefacts magiques | Treasure Hunter | Fabriquant d'artefacts magiques | Moitié technonulle de SEE
Ambrose Meriwether

Ambrose Meriwether


Honnêteté et mensonge sont ces denrées houleuses dont Ambrose est repu. Le plomb contre ses tempes, le poids du whisky, le poids de ses admissions, fait vibrer les os de sa mâchoire, les nerfs de ses paupières. Le soleil est aveuglant et son cœur pianote toujours sur les notes qu'Olivia a laissé moisir contre son âme. Tullio est cette ombre, profil à contre-jour, noirci, qui le surplombe.

Son esprit est ce marin perdu en pleine tempête, attaché au mat d'un navire qu'il ne sait pas naviguer. Pourtant, à Mulala, le ciel est clair, l'air est stable et ces mots ne sont que ça, que des mots libres d'adopter le sens qu'il veut bien leur donner.

Que des mots à regretter plus tard et à réaliser maintenant. Ambrose, sur le dos, avec des herbes nauséabondes d'alcool pour lui souligner son état s'égare dans la préparation d'un justificatif, d'une perle de sens désireuse de venir cacher la véracité de ses paroles précédentes. Une recette de regrets hâtifs et de réalisations onéreuses saupoudrée de mensonges. Sa crème antirides à des aiguilles et des rouages, mais ça, mais ça, Tullio n'a aucunement besoin de le savoir. Il n'a pas besoin d'avoir la certitude qu'Ambrose ne lui a, jusqu'à maintenant, pas menti.

Le dos posé contre l'herbe, Ambrose sourit.

" Crème antiride ? Je devrais commercialiser une gamme de produits de réjuvénation. Crèmes, shampooings, suppositoires... ", déclare-t-il au ciel, déclare-t-il à son imaginaire.

" Tu pourrais m'aider à concocter ma marque, avec tes potions ! ".

Il se redresse, récupère  la bouteille des doigts de Tullio pour une nouvelle gorgée ou deux. Ses sens émoussés se trémoussent d'amusement à l'idée de parfaire cette réalité dans lequel Olivia n'est que ce mensonge qu'il utiliser pour blaguer.

" Ça pourrait faire un tabac chez les vieux chevaliers, surtout si on utilise le nom de Clairbois. ".

Il siffle entre ses dents, pouffe à l'image, à cette vision des vieilles familles qui se massent contre la construction erronée de son secret. La régénération d'Avery; onguents, philtres et potions diverses. N'attendez point, la jeunesse ne se trouve qu'à un pacte près !

Maintenant qu'il est plus droit, de nouveau assis, il peut s'offrir le luxe de contempler Tullio à nouveau. Il tente d'entrevoir quelle genre d'opinion Olivia aurait pu entretenir à son sujet, quel genre d'opinion Vivivann, sa mère, aurait pu corroborer. Il sourit, ses joues lui font mal et quelque part, dans les tréfonds de sa gorge, se manifeste une envie de pleurer qu'il réprime vicieusement.

Sourire, sourire, tout est plus facile à avaler avec un sourire.

" Je vais assurément lui demander lorsque je la croiserai. Qui plus est, si mon histoire a fonctionné sur toi, j'aurai peut-être la possibilité de lui faire avaler aussi. "  

Il hausse des épaules.

" Puis, vraisemblablement, si j'ai 50 ans, je suis plutôt bien conservé. Je pourrais essayer de la charmer pour avoir l'artefact. Quoique ce pourrait être un peu, hum, déplacé si je l'ai préalablement convaincue que j'avais une relation avec sa mère pour attiser sa sympathie. "

Un peu plus de whisky.

" Ce serait aussi à tenter, je suppose.  Qu'en penses-tu ? "

Dans le meilleur des mondes, il ne reverra jamais Victoria, mais, comme pour la montre, comme pour la vérité, ça, Tullio n'a pas besoin de le savoir.



NEVER HAVE I EVER - Page 2 Nehhw_Canvas
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Ven 22 Mai - 15:06

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 12749
Messages : 748
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
Tullio Cavaleri

Tullio Cavaleri
Tullio sourit, lui aussi, quand Ambrose lui parle de commercialiser divers produits de réjuvénation, y compris des suppositoires… ce qui le fait rire, évidemment. Il a un peu trop de facilités à s'imaginer des femmes, paniquées à l'apparition des premières rides, être prêtes à s'enfoncer quoique ce soit dans le derrière si cela peut empêcher monsieur leur mari de reluquer la jeune et jolie femme de ménage.

"Angie te tuerait, je pense, si tu foutais son nom sur des suppos antirides."

Ricane-t-il, avant d'hocher solennellement la tête lorsque le chevalier déclare qu'il demandera à Toria quand il la croisera. La suite, en revanche, le fait s'immobiliser et crispe le sourire amusé qu'il arborait jusque là.
Une histoire?
Oh.
Bien sûr.
Une histoire.

Le consultant a honte de sa crédulité et se sent atrocement, irrémédiablement stupide, le temps d'un haussement d'épaules et d'une phrase. Puis s'y ajoutent de la colère, un peu, parce qu'après tout Ambrose a cherché a le tromper, et en plus il veut faire la même chose à Toria, et draguer la chevalière pour lui soutirer son pénis en rubis tant qu'à y être.

"J'en pense qu'elle est pas conne."

Rétorque-t-il, aussitôt que son avis est sollicité, et s'il fait un effort pour ne pas hausser le ton il ne parvient pas à dissimuler l'amertume de ses paroles.

"Et elle croit moins facilement les gens que moi."

Peut-être que si c'est aussi facile de lui faire avaler des couleurs, c'est parce qu'il aurait voulu qu'on le croie. Que ça part de la volonté de ne pas infliger aux autres ce qu'il ne veut plus jamais revivre.
Dans tous les cas, maintenant il est passé pour un imbécile, et c'est comme ça qu'il se sent.

"Et si tu veux la draguer, t'es mal barré. Elle préfère les filles, et elle a déjà un mec dans son collimateur."

La tirade est un peu malhonnête mais, à cet instant, Tullio s'en contrefout. La démarche du chevalier l'est encore moins alors s'il peut le faire renoncer avec une supposition et un tout petit mensonge, il veut bien assumer.
Il n'y a, après tout, qu'à sa colocataire et à Xander qu'il refuse de mentir.

"Et quand bien même elle pourrait être intéressée, ça serait une méthode d'enfoiré."

Achève-t-il en essayant, vraiment fort, de ne pas penser à la chevalière se roulant en petite tenue devant Ambrose et sur le lit de celui-ci.
L'infinirhum lui fait de l'œil mais il n'a pas envie de réclamer, surtout à quelqu'un qui vient de lui raconter des histoires, probablement pour le faire rire, alors que lui y a cru comme un imbécile.

"Putain mais quel con."

Grogne Tullio alors qu'il se laisse tomber en arrière. Il aurait voulu utiliser l'excuse de l'alcool mais, s'il était un minimum honnête avec lui-même, il ne pouvait pas. Il l'aurait cru même en étant sobre. Il aurait peut-être posé un peu plus de questions, aurait peut-être voulu savoir comment c'était possible, mais même sans l'alcool et sans le soleil qui tape trop fort, il ne serait pas parti du principe qu'Ambrose mentait.

Allongé sur le dos, il est obligé de garder les yeux clos parce que même comme ça, le ciel est trop bleu, trop lumineux, et lui brûle les rétines. Alors il capitule et roule sur le côté pour attraper son sac à dos. Il a, forcément, une bouteille d'eau là-dedans.

"C'est pas cool de raconter des conneries, genre, comme si c'était vrai."

Râle-t-il en se redressant, frustré de ne pas trouver sa bouteille immédiatement.

"Alors ok, j'ai été débile d'y croire, mais quand même."

Il trouve enfin sa bouteille qui s'avère être tristement vide. Il a, pendant deux bonnes secondes, envie de la lancer au visage du chevalier mais finit par la fourrer à nouveau dans le sac à dos.

"C'est vraiment pas cool."

Répète-t-il, en repoussant son sac qui ne lui a finalement été d'aucune utilité.


NEVER HAVE I EVER - Page 2 Signa-poissons
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Sam 20 Juin - 19:00

Sometimes, it is necessary to makes sacrifices of ourselves
Points : 2389
Messages : 234
Age : 51
Habitation permanente : Appartement au coeur d'Albuquerque qu'il fréquente peu.
Occupation : Contrebandier éclectique d'artefacts magiques | Treasure Hunter | Fabriquant d'artefacts magiques | Moitié technonulle de SEE
Ambrose Meriwether

Ambrose Meriwether


Ses balivernes prennent mieux qu'il l'aurait espéré, Tullio mord à l'hameçon comme un merveilleux poisson et Ambrose, puissant sur le trône de ses piètres manigances, ne peut qu'être satisfait du résultat. Le sourire de l'autre clignote et son rire s'envenime, si bien que, les aboiements qui s'ensuivent sont piochés à même une animosité qui vient le surprendre.

Oh. What do we have here ? Pray tell, pray tell.

Ambrose le laisse se prendre les membres dans les cordes de sa tirade, dans cet enchevêtrement curieux de frustration et de desseins de protection dont Victoria est très clairement le catalyseur. Il contemple Tullio le rembarrer sèchement, se chamailler avec son sac, faire les gros yeux à une bouteille vide, pianotant doucement de ses doigts contre la circonférence de l'Infinirhum.

Le soleil tape fort, le sorcier est toujours à moitié trop bourré et l'ascenseur émotionnel qu'ils essuient tous deux n'en rend pas les cheveux de Tullio moins bleus.

" Okay, okay, Tullio. ", commence-t-il doucement, usant de cette même voix qu'il emploie lorsqu'il tente de s'attirer les bonnes grâces de Sandro, lorsqu'il tente de convaincre le cracker de tenter une folie ou d'en essuyer une autre. Un peu de miel et de mesure que l'alcool rend plus claudiquant que désiré, mais qu'Ambrose considère suffisant.

Après tout, Tullio est loin d'avoir le faciès de Sandro.  

" C'était un brin de mauvais goût... Faut me pardonner. "

Le sorcier se surprend à vouloir se trouver dans son appartement d'Albuquerque, lové dans des couvertures trop épaisses pour la température extérieure, face écrasée contre son oreiller favori. Son état d'ébriété serait certainement plus agréable en un autre type de compagnie et taire ses chagrins passés - les souvenirs et les aveux cintrant les faciès d'Olivia et de Viviann - contre les lèvres de Monsieur Valencia lui apparait curieusement ... rassurant.

Un baume au cœur stupide.

Il se rembrunit, rattrape sa bouteille et rejette la tête en arrière comme s'il la buvait cul-sec. Il la tend ensuite à Tullio, essuyant ses lèvres du revers de sa main pour mieux essayer de repencher son esprit embrumé sur le moment présent. Sur Tullio, sur leur conversation, sur Victoria.

Il était en train d'essayer de s'excuser. Pourquoi déjà ?

Ah.

Oui.

Victoria est fort probablement plus agentive que Tullio et, dans l'idéal, il aimerait éviter qu'elle vienne lui rendre des comptes pour avoir secouer son proche.

" Laisse-moi me rattraper. On va jouer à un jeu, d'accord ? Et je te promet mon entière honnêteté. "

Il lui explique rapidement les règles; l'un des joueurs doit nommer une action qu'il n'a jamais posé au moyen de la phrase 'je n'ai jamais'. Si les autres joueurs - ou simplement l'autre en l'occurrence - ont déjà posé cette action, ils doivent boire une gorgée d'alcool. Si les joueurs le veulent, ils peuvent ensuite demander une explication à ceux qui ont bu. Un bon moyen d'apprendre à connaître autrui.

Un bon moyen d'en apprendre sur une foule de sujets spécifiques.

Il se propose de commencer et tire une moue pensive pour appuyer sa motion. Il cherche le genre de truc qui pourrait capter l'attention de Tullio, s'imagine avoir trente ans et rien de mieux à vivre. Que dirait Sandro... ?

Il sourit.

" Je n'ai jaaaamais... entretenu un crush pour un ou une membre de l'Ordre ! "

Bien entendu, il compte mentir tout du long.

The previous wake-up call was enough to set his head straight. Plus de dévoilement d'âme, plus de coup de pelles dans les tombes de ses souvenirs.




NEVER HAVE I EVER - Page 2 Nehhw_Canvas
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Mer 1 Juil - 3:59

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 12749
Messages : 748
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
Tullio Cavaleri

Tullio Cavaleri
Il relève les yeux vers son vis-à-vis quand celui-ci adopte un ton plus doux et reconnaît que c'était de mauvais goût. Dit qu'il faut lui pardonner, aussi, et la demande s'accorde mal avec les humeurs ombrageuses de Tullio. Il veut lui cracher d'aller se faire foutre, et d'aller raconter ses histoires ailleurs, à quelqu'un de moins stupide, de moins crédible. Mais il ne le fait pas, parce qu'au plus il retourne et retourne la conversation dans sa tête au plus il est furieux contre lui-même, à en avoir envie de hurler et, à la place, émet un grognement vaguement affirmatif.
Parce qu'il est coincé au milieu de nulle part avec personne d'autre à qui débiter autre chose que d'atroces banalités, parce qu'il n'a nulle part d'autre où aller, parce qu'il n'a rien d'autre à faire que d'attendre que le temps passe pour pouvoir rejoindre la prochaine étape qui le ramènera chez lui.
Parce que pourquoi pas, après tout.
Pourquoi ne pas laisser couler et juste noter, dans un coin, pour plus tard, qu'Ambrose aime raconter des conneries et qu'il faut se méfier de ce qu'il dit.
Les choses se passaient plutôt bien jusque là, après tout.

Le chevalier lui propose ensuite un jeu, et promet d'être honnête.
Est-ce qu'il peut le croire? Le consultant n'en est pas sûr mais, après tout, jouer à un jeu sera sans doute plus facile que de faire la conversation. Autant ne pas être contrariant, donc, et il hoche doucement la tête pour marquer son accord.

Les règles ont le mérite d'être simples, comme souvent avec les jeux à boire mais, après tout, il est vrai qu'un jeu à boire avec des règles complexes ne serait pas populaire, et Tullio hoche encore un peu la tête pour indiquer qu'il a entendu, qu'il a compris.

Ambrose commence, donc, et semble réfléchir… puis lui tire un reniflement amusé quand il se décide à parler. Il tend donc la main pour récupérer l'infinirhum et bois, parce que ce sont les règles, avant de reposer la bouteille entre eux. Il n'est, bien sûr, pas surpris d'être le seul à boire, mais se demande tout de même s'il existe vraiment des gens qui draguent dans le seul but d'obtenir quelque chose. Enfin, mieux vaut ne plus y penser. Il émet un "Hmmm…" pensif, tâchant d'éloigner ses pensées du lit d'hôtel de Xander pour les ramener sur le jeu.

"Je n'ai jamaiiis… eu un membre de l'Ordre dans mon lit."

Finit-il par lâcher, parce qu'après tout il peut bien imiter le chevalier et commencer par une évidence, lui aussi, pour lancer le jeu gentiment. Il ne boit pas, donc, parce que techniquement à chaque fois qu'il a partagé un lit, ce n'était pas le sien. Après tout ils sont supposés dire la vérité mais rien ne leur interdit de jouer sur les mots.

Tullio attend donc, jambes croisées, que son vis-à-vis boive et quand il appuie sa joue contre sa main parce que le monde tangue un peu trop, il en vient à regretter l'épaule qui lui avait servi d'oreiller.


NEVER HAVE I EVER - Page 2 Signa-poissons
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Dim 19 Juil - 14:16

Sometimes, it is necessary to makes sacrifices of ourselves
Points : 2389
Messages : 234
Age : 51
Habitation permanente : Appartement au coeur d'Albuquerque qu'il fréquente peu.
Occupation : Contrebandier éclectique d'artefacts magiques | Treasure Hunter | Fabriquant d'artefacts magiques | Moitié technonulle de SEE
Ambrose Meriwether

Ambrose Meriwether


C'est bancal comme jeu. Un brin trop gamin, houleux comme le goût de l'alcool devenu rance dans sa gorge. Ambrose préférerait en revenir à leur premier dialogue, à ce moment où il avait encore espoir que Tullio puisse s'avérer profitable à son apprentissage des dialectes les plus communs des langues lumineuses. Il préférerait en revenir à cet étape où la présence de Tullio ne signifiait pas concentration et précaution. Mulala est un village paisible qu'il aurait voulu voir être le créneau d'une poignée de journées tranquilles.

Il suppose, ses yeux se perdant à nouveau sur l'étincelle trop bleue des cheveux de Tullio, que malgré ses contours adolescents, le jeu auquel ils s'adonnent est une bonne manière de ramener la paix, d'aplanir le terrain rendu rocailleux par ses confessions stupides.

Ses doigts badigeonnent l'herbe humide, jaunie sur les bords à la manière de la paille, tailladent la terre sèche qui leur sert de berceau. Il sourit, concentré, préoccupé par l'amplitude lente de ses mouvements, par la cadence disloquée de son cerveau. Il regrette avoir pris l'habitude de noyer l'éventail de ses émotions dans le goulot de son Infinirhum.

Tullio boit en réponse à son énoncé et Ambrose fait mine de relever un sourcil curieux à l'endroit de son homologue. Dans les faits, les histoires de cœur de Tullio ne l'intéressent guère et il n'a que très peu de relance à offrir à ce qui ne pique pas sa curiosité.

Il laisse échapper un "ooooh" se voulant interrogateur.

Puis  Tullio le suit dans sa lancée et impose un nouvel énoncé à leur jeu. Ambrose ricane pour taire le soupir qui fourmille dans sa gorge. À l'instant, lui semblerait plus profitable de croupir sous l'air climatisé de son appartement d'Albuquerque dans le lit de ce qui ne s'avère pas être un chevalier de l'Ordre.

" Si ma mémoire me sert bien ,Victoria envahissait éhontément mon lit le jour de notre rencontre, dooonc... "

Il boit. Une gorgée, puis deux, parce que le fait de regretter avoir bu ne suffit pas à l'empêcher de boire davantage. Il rejette la tête vers l'arrière et réfléchi à son prochain éhonté.

" Je n'ai jamais volé les biens personnels de mes colocataires. "

Il boit encore.

Ce jeu est tellement insipide.





NEVER HAVE I EVER - Page 2 Nehhw_Canvas
Revenir en haut Aller en bas
Message NEVER HAVE I EVER - Page 2 Empty
Mar 28 Juil - 15:25

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 12749
Messages : 748
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
Tullio Cavaleri

Tullio Cavaleri
"T'es vraiment qu'un enfoiré."

Renâcle Tullio en secouant la tête, quand Ambrose boit à son propre énoncé. Mais il n'y a cette fois-ci aucune animosité derrière le mot, aucun venin, tout comme il n'y a aucune colère sur son visage mais plutôt un sourire en coin qui témoigne d'un rire refoulé. Au fond l'expression aurait pu passer pour affectueuse, si les deux hommes avaient été un peu plus proches.

Il lui faut maintenant réfléchir à quoi dire et, les yeux dans le vague, le barman laisse sa tête balloter sur son cou. Il ne voit pas, à cet instant, ce qu'il pourrait demander d'intéressant. Il n'a pas vraiment envie de retourner du côté des relations amoureuses, des relations tout court en fait, parce que ce n'est pas un sujet avec lequel il est vraiment à l'aise, même si c'est toujours amusant quelques minutes.

"Je n'ai jamais voyagé pour le plaisir."

Lance-t-il finalement, quoiqu'il regrette que ce ne soit pas très inspiré. Il espère qu'Ambrose le sera plus et se rappelle que s'ils partent sur le domaine des loisirs… il n'aura pas beaucoup de raisons de boire.

"J'suis désolé, c'est un peu naze, j'arrive pas à réfléchir."

Enchaîne Tullio, en passant une main dans ses cheveux quand sa tête bascule en avant avec un soupir qu'il n'arrive pas à retenir.

"La prochaine fois faudra qu'on commence le jeu avant de commencer à boire."


NEVER HAVE I EVER - Page 2 Signa-poissons
Revenir en haut Aller en bas

NEVER HAVE I EVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Afrique-