À bourré, bourré et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Message
Ven 7 Juil - 16:32

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 1365
Messages : 228
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
avatar

Tullio eut l'impression de pouvoir respirer un peu plus librement lorsque Zak, enfin, se décida à lui relâcher les joues. Puis, lorsqu'il commença à parler, il se pencha légèrement en avant puis laissa sa tête retomber sur le côté. Il allait ouvrir la bouche pour lui dire quelque chose du genre que s'il détestait boire, il ne savait pas ce qu'il faisait dans un bar, lorsqu'il lui demanda comment il pouvait supporter les stupéfiants et l'alcool.

"Hum… J'ai fait tellement pire, tu sais, ça c'est rien du tout."

Explica-t-il, soudainement un peu plus sérieux et lucide. Mais ça n'allait pas durer. D'ailleurs il lui fallut quelques instants pour comprendre ce qu'il se passait lorsque Zak se leva, avant qu'un grand sourire ne vienne étirer ses lèvres.

"T'es le meilleur pote que j'aie jamais eut."

Fit Tullio, tandis qu'il se levait en trébuchant sur sa chaise après avoir vidé les deux shots qu'il lui restait. Il posa une main sur la table le temps de se stabiliser puis se jeta au cou de son partenaire de beuverie. Enfin, jeta un bras sur son épaule bien trop haute et tangua dangereusement.

"T'es vraiment trop trop sympa. J'te proposerais bien qu'on partage une bouteille de vodka, maiiiiiis… t'as dit que t'aimais pas boire. J'serais un pote de merde si je te laissais faire des trucs que t'aime pas."

Il n'était pas certain que ses paroles vaudraient encore quelque chose le lendemain, mais sur le moment il était totalement sincère. Imbibé comme il était, il n'était plus capable d'être hypocrite.

"Tu veux aller ouuuuuuu?"

Demanda Tullio, tandis qu'il titubait joyeusement jusqu'à la sortie après avoir lâché l'épaule de Zak et récupéré sa précieuse bouteille. Une fois à l'extérieur, il s'arrêta le temps de dévisser le bouchon et de prendre une grande lampée, avant de se retourner vers son meilleur ami du moment.

"Han, j'espère que Toria va pas m'engueuler. J'aime pas quand elle m'engueule. J'crois qu'elle aime pas quand j'ai bu. Euh… Je sais plus."

Le jeune homme fronça les sourcils, basculant la tête en arrière et tâcha de réfléchir jusqu'à ce qu'il perde le fil de ses pensées.

"J'crois que j'ai trop bu… j'suis bourréééé!"

S'exclama-t-il avec une nouvelle lampée d'alcool, tout en rigolant.

"Meeeeerde faut que je rentre mais j'ai pas enviiie!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Message
Jeu 20 Juil - 16:18

« GNAGNAGNAGNANGANGNAGNA » - K. J. M.
Points : 732
Messages : 90
Age : 26
Habitation permanente : Constamment sous le ciel.
Occupation : Fuir l'ennui avec acharnement.
avatar

L’humanité qui boue dans un chaudron aux fragrances trop grasses, trop chaudes, trop épaisses et trop sucrées font tourner dans la tête de Zakuro des émulsions douteuses à l’égard de son appréciation du genre humain. Il est nauséeux, et ses mouvements aux cacophonies maladives ne sont assurément pas la meilleure manière de dealer avec sa pseudo ivresse. Il respire, profondément, et attrape un mouvement de fuite, à main ferme, en venant déposer de l’argent devant un serveur venu récupérer leur commande. Il n’y a pas besoin de plus, assure t-il, et il envoie un sourire qui déstabilise le garçon de café.

« Ta vie a l’air monstrueuse, mon petit. »

Lâchée du bout des lèvres, la phrase en réponse à Tullio qui assure avoir connu pire est comme une moquerie doucereuse, mais bordée de toutes les attentions les plus délicates du monde. Il s’en voudrait, très intensément, de froisser son nouveau camarade de la journée.
Mais l’autre fait soudain exploser un sourire sur sa face, et Zakuro, un peu surpris, rougit une seconde fois, tandis que l’autre l’étreint, glousse et manifeste, dans un éclatement de sentiments, un enthousiasme avec lequel Zakuro se sent submergé. Le meilleur pote que l’autre ait jamais eu ? Vraiment ? Il sourit doucement, essayant de chasser la rougeur de ses mâchoire.

« Essaie de ne pas mourir, Tullio. Essaie vraiment fort. »

L’autre avait adopté un rythme vraiment déséquilibré, et accrochant ses doigts autour du poignet amené à son épaule, Zakuro tente doucement de conserver l’humain aux cheveux bleus dans une position à peu près droite. L’autre glisse entre ses doigts, et Zakuro attrape son flanc, accroche son ventre et explore le relief d’un flanc dénudé sous ses doigts. C’est un contact de peau furieusement intéressant, intensément différent de chaque peau étudié jusque là. Ses sourires s’accentuent pourtant. Dans cette attitude là, le gamin est vraiment vulnérable. Il pourrait faire des choses, tellement de choses. Ses pensées se mettent à crisser sur un rire furieux. Ce n’est pas comme s’il allait vraiment essayer, cependant. Sa main appuie sur la rate du garçon.

« Tu vas finir par crever jeune, tu sais. »

Quelqu’un se met à hurler quelque chose à propos de son boyfriend, et Zakuro lâche le garçon. Tullio est humain, sifflote son esprit, tandis que ses yeux étudient les traits de son dos, tandis que l’autre récupère sa bouteille et une pseudo autonomie, cherchant à quitter les lieux. Zakuro le suit, en imaginant la tête à Joshua dans une scène pareille. Trop d’enfance dans cet être bleu, pourtant. Trop d’enfance dans ces yeux trop clairs. Zakuro est presque charmé.

(…)

L’extérieur est une bulle d’oxygène qui s’absorbe à pleine bouche. La poitrine condensant un amas de chaleur, Zakuro se laisse distraire par l’air ambiant, jusqu’à réaliser que ses idées sur Joshua et la chaleur le font sourire rêveusement. Il ferme son esprit à ce genre de possibilités fantasmées, et se concentre sur Tullio qui, comme un petit automate en bois, secoue sa bouteille avec une avidité enfantine.

« Aucune idée. »

Il ment assurément, mais proposer le lit à Joshua dans une situation pareille serait probablement une mauvaise idée pour la santé mentale du garçon. L’autre se met à parler de Toria, et Zakuro vient tapoter contre son crâne avec un sourire doux, appréciant les boucles folles qui roulent sous ses doigts.

« T’es un peu con quand même. »

Il ricane doucement, avant de se taire, en considérant l’expression de l’autre qui rit trop fort. L’enfant a l’air paralysé dans une angoisse qu’il essaie de camoufler. Zakuro plisse doucement les yeux, et sa main coule de son crâne jusqu’à sa joue.

« Je vais te raccompagner. Donne moi l’adresse, et on y va ensemble. Ça va t’éviter de faire de mauvaises rencontres en chemin. »

Il lui sourit, doucement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 21 Juil - 15:59

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 1365
Messages : 228
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
avatar

Hors-jeu:
 

"Maiiiis!"

Protesta Tullio, la lèvre inférieure légèrement en avant, tandis qu'il rentrait la tête dans les épaules à la fois à cause de la pseudo-insulte et de la main qui lui tapotait affectueusement la tête. Je suis pas un chien, merde. Mais la bouderie ne dura pas, un battement de cils plus tard elle était oubliée même si la paume restait posée sur son crâne.

"Awww c'est gentil."

Fit-il, lorsque Zak proposa de le raccompagner. Le jeune homme n'avait pas peur des mauvaises rencontres. Ca avait été le cas, à une époque. Puis il avait effectivement fait des mauvaises rencontres, et il avait toujours survécu. Parfois il lui avait fallu quelques jours pour s'en remettre. Parfois pas. Mais il n'avait plus peur.
Cela ne l'empêcha pas de frissonner sous la main qui s'était, à nouveau, glissée sur sa joue. Ce gars-là avait définitivement un truc avec ses joues.

"Va juste me falloir, euh, une minute. Que je me souvienne de l'adresse."

Continua-t-il avant de rire un peu. Il se mit donc à réfléchir, difficilement compte tenu de son état d'ébriété, et réussit à débiter l'adresse après deux essais infructueux. Il recula donc d'un pas et fus surpris par la soudaine perte de chaleur sur son visage. Ce second contact l'avait nettement moins gêné. Etais-ce parce qu'il était plus bourré? Probablement.

"En route!"

Lança joyeusement Tullio, tandis qu'il attrapait la main de Zak dans la sienne sans même y réfléchir. Il fallait dire que vu son équilibre actuel, un peu de soutien ne pourrait pas lui faire de mal. Et ça allait empirer avec la suite de la bouteille de vodka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

À bourré, bourré et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Grendif le nain le plus bourré d'Azeroth
» Lapin bourré ????
» jeux du bourré
» Chasseur Bourré de la Grotte qui est il ?
» Jeux Alakon : le jeux du mec bourré
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville :: l'Aquarium-