LIENS UTILES
Nouveau?
Code de vie
Contexte
FAQfadet
Groupes
Sanctuaires
Artéfacts
Bestiaire
Fonctions
États magiques
Défis mensuels
Textos
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
PRÉDÉFINIS




Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty
Back In Black Empty

Back In Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message Back In Black Empty
Jeu 12 Mar - 14:25

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 7284
Messages : 1048
Age : 30
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio et Elana Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
Victoria Machiavel

Victoria Machiavel
Les éclats de lumière fusent et mettent en relief la marée mouvante de bras et de têtes qui s’agite au gré d’un tumulte hurlant. Dans un épais brouillard se diffuse une couleur presque surnaturelle qui avale les détails de la scène et des instruments, mais qui découpe d’autant mieux les silhouettes brutales et théâtrales des musiciens en pleine performance.

Victoria reconnait facilement Cy, malgré les traits grotesques qui lui coulent sur le visage. La seule chose qu’elle ne reconnait pas, en fait, c’est l’énergie et le plaisir évident qui l’animent pendant qu’il chante sur scène. En contrepartie, elle reconnait un peu moins Emanuel, avec lequel elle avait passé moins de temps, mais le découvre avec plaisir alors qu’il joue de son instrument tout en se pavanant avec ses cornes et ses boucles folles.

Dans le chaos du spectacle, au début, la chevalière n’était pas certaine de savoir pleinement apprécier toutes les subtilités musicales qui se confondaient pêle-mêle dans la synesthésie amphigourique de sons agressifs, de mots inconnus et de lumière frénétique… Mais elle se surprise à aimer ça, vraiment, beaucoup plus qu’elle ne l’avait anticipé. En vérité, c’est dans les moments les plus confus qu’elle avait senti cette indéniable sensation d’euphorie la saisir et grimper sur elle comme un frisson qui explosait ensuite dans les rares moments de douceur.  C’est en cessant d’essayer de comprendre, en se laissant aller, en se déchainant en suivant le mouvement de la foule que la prestation prend tout son sens et que la catharsis la gagne toute entière.

Le concert se termine, mais la foule reste déchainée et elle s’en extirpe finalement avec les cheveux en bataille, la gorge ruisselante, et yeux lourds, les lèvres légères et une fébrilité qui ne la quitterait pas pour plusieurs heures encore.    

En coulisses, elle se fait discrète et progresse habilement dans les méandres des machines, du filage et les boites, mais on la surprend immanquablement. Le roadie mécontent la confond – et sur l’instant, il n’a pas tout à faire tort – pour une groupie. Elle est convaincante, mais il est résistant, au moins jusqu’à ce que Nàtt s’approche d’elle avec enthousiasme, la queue ballante, et qu’elle se retrouve avec des bisous canins plein des doigts.  

C’est l’animal qui la guide d’un pas agile vers son maitre : Cy, dans toute sa gloire métalleuse, avec son maquillage à moitié effacé par l’effort, est assis sur un canapé décrépit. Pendant sa performance, elle avait reconnu cette colère caractéristique qu’il vomissait au micro avec un plaisir évident. Manifestement, c’était fort thérapeutique, car elle ne l’avait jamais vu aussi détendu et bien dans sa peau, aussi facilement distrait et inattentif à son approche.

C’est dommage, pense-t-elle, que je vienne lui gâcher sa soirée.

- Ta performance était captivante, lui souffle-t-elle sur la joue, avec la courbe de ses yeux accentuée par le maquillage noir qui les soulignait généreusement. Dans un mouvement souple, elle se laisse couler sur ses genoux, entourant son cou avec ses bras avant de poser ses lèvres – elles aussi foncées de maquillage – près de son oreille.

- Pardonne-moi de venir te parler du travail maintenant, susurre-t-elle.

La mission était urgente, dans une ville à proximité, et on lui avait demandé d’aller chercher ses deux collègues immédiatement – tôt ce matin-là – mais elle avait prétendu avoir un contretemps jusqu’à l’heure du concert. Elle ne regrettait pas sa décision exécutive, et en plus, ça lui avait laissé le temps d’acheter un billet et le T-shirt du groupe qu’elle avait pu passer au ciseau pour mieux exposer son épaule gauche et son ventre.

Du coin de l’œil, elle surveille l’arrivée de son autre partenaire, présentement hors de vue, prête à se lever et à lui sauter au cou avec un engouement à moitié exagéré; à poser ses lèvres chaudes sur sa joue; à l’étreindre et à lui murmurer à l’oreille les mêmes choses qu’à Cy.


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Sam 14 Mar - 10:56

Recrue
Points : 1784
Messages : 54
Age : 29
Emanuel Magnussen

Emanuel Magnussen
La passion était totale, son instrument vibrait entre ses mains et ses doigts virevoltaient d'un air surdoué sur les cordes. La musique était partout : dans, à l'extérieur, autour de lui. Les cordes, les basses, la batterie et le chant s'unissaient pour donner naissance à leur musique. Le front de celui qu'on appelait Tyr, sur scène, était en sueur, faisant couler le maquillage blanc si savamment disposé, mais lui procurant un sourire presque extatique aux lèvres.

Le public devait également être en transe, mais Tyr ne s'en apercevait pas, il était concentré sur sa guitare. Il en était à un stade où ses doigts ne lui faisaient plus mal, où il était pleinement concentré sur sa seule musique. À un moment, il fit un solo de quelques minutes, laissant le son entrer en lui, comme possédé. Tant de moments phares où, éclairés par les lumières des projecteurs, pour finir sur un final parfait. C'était sans doute à ce moment-là qu'ils reprenaient tous conscience de la présence du public et qu'un flot d'applaudissement les reprenaient à cœur. Ils durent faire un bis, sans doute, Tyr en eut à peine conscience et, très vite, ils quittèrent la scène pour les loges où, après avoir féliciter ses collègues, il se précipita dans les toilettes pour enlever le maquillage qui lui collait à la peau.

Le miroir abîmé lui renvoyait un reflet de lui méconnaissable – à part les cheveux. Ceux-ci, virevoltant et magnifiques, resplendissaient tout autour de lui. Il commença par enlever le casque à corne et mit de l'eau sur son visage, enlevant avec une simplicité enfantine la peinture blanche sur sa peau. Sous ses doigts, ça donnait une espèce de poudre blanche augmentée par la sueur. Le souffle court, les mains blanches, il posa ses mains blanches sur le lavabo pour tenter de se calmer. Pour sourit à son reflet.

« Salut, toi. », fit-il, petit malin, avant de se laver les mains et de se retourner. Il n'y avait aucun doute à cela : ils dormiraient tous sur leurs deux oreilles cette nuit, comme après chaque concert.

Tyr était sur le point de revenir dans les loges, le casque à la main, dans le but évidant de cajoler sa guitare chérie puis de proposer aux autres un verre mérité, lorsqu'il vit la silhouette de cette chère Victoria. Il se demanda pendant une seconde ce qu'elle faisait ici avant de ce rappeler de cette histoire qui la liait avec son collègue et chanteur...Emanuel eut à ce moment-là une petite moue mécontente, que ce fut pour l'un ou l'autre.

« Heyyy ! », son ton était de nature fatiguée, c'était évident et en moins de deux, il se retrouva avec une Victoria accrochée à son cou. Il ne pensa même pas à l'odeur qu'il devait dégager, mais plutôt au bien-être qu'il ressentit à ce moment-là, avant même qu'elle ne prononce les mots évocateurs d'une nouvelle mission sûrement fatigante à son oreille. Comme réponse, il ne la repoussa pas, et se contenta de lui chuchoter, tant pis si ça paraissait louche, jetant un regard interrogateur à Cy.

« Le travail ? Moi qui pensait que tu étais venue t'amuser un peu...ça ne peut pas attendre un peu ? », tendit qu'il posait à son tour ses lèvres sur sa joue en guise de salutation.

Mais il savait que non, le travail, ce n'était pas quelque chose qui pouvait attendre et, déjà, Tyr était en train de s'y préparer psychologiquement.

« Bon. »
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Lun 16 Mar - 13:50

Barbie Prince Metal
Points : 2482
Messages : 66
Cy Thorne

Cy Thorne
Il est libre. Il est heureux. Il est sur la scène, couvert de maquillage qui dégouline sous l’action de la sueur, arc-bouté sur son micro et il doit se battre contre le sourire qui manque de lui venir aux lèvres à chaque instant. Il ne va jamais mieux que lorsqu’il chante. Il vole à chaque pas, esquisse une ronde de valse, reprend son souffle pour se remettre à chanter dans le micro. Et il joue avec les autres sur scène, tout son corps parcouru d’une énergie nerveuse, toute sa personne au service de la musique qu’il offre au public. Il est enragé. Il est habité. Il vomit sa poétique rage avec tout ce qu’il a, muscles en boules de tension, visage déformé par les hurlements.
Peu importe, que ses cheveux lui collent au cou, que sa gorge brûle ou qu’il finisse par trembler de fatigue sur la dernière chanson : il tient parce qu’il est heureux et que rien ne lui plait plus qu’être sur une scène.
Le sentiment ne meurt pas avec la dernière note. Lorsque la guitare de Týr se tait, lorsque les baguettes de Jake se posent et que la dernière longue, lente note de basse finit par mourir, Cy se fend de son sourire irrépressible, immense.

Il est HEUREUX.

Et ce n’est pas Victoria qui va y changer quoi que ce soit. Lorsqu’elle débarque, il en est à presque deux litres d’eau bue et trois minutes assis sur le canapé un peu pourri. C’est le seul sur lequel ce n’est pas grave qu’il s’appuie, avec son dos poisseux de blanc, de noir et de transpiration, alors il ne se prive pas : il s’y étale, presque langoureux, le cerveau totalement saturé de plaisir.

- Merci. Le t-shirt te va bien.

Il l’accueille sur ses genoux comme il y laisserait monter ses chiens, en souriant au visage de sa collègue grimpeuse. Tant pis, si elle ne s’y attend pas. Il n’a pas l’énergie d’être grognon.
Même pas lorsqu’elle lui dit que c’est pour le travail.Il se contente de soupirer, les yeux levés au ciel, avant de se résoudre. L’habituelle pointe de haine envers l’Ordre est totalement couverte par les endorphines. S’il doit y aller…

- J’ai le temps de me changer au moins ?

Ce n’est pas qu’il porte un pantalon en cuir presque peint à même la peau et un maquillage cadavérique en état de délitement avancé, mais c’est absolument le cas et on a fait mieux pour la crédibilité professionnelle. Heureusement, elle virevolte déjà loin de lui, dans les bras de leur troisième collègue. A qui Cy fait un sourire un peu fatigué en guise de réponse à son regard interrogateur. Non, il n’en sait pas plus. Même pas désolé.

- Tu vas l’étouffer, Victoria…

Enfin, le Consultant daigne se décoller du canapé. Il se lève lentement, éprouvant en silence son état, listant dans sa tête les muscles qui tirent trop et ceux qui ne le font pas assez. Ouais, il ne va pas trop essayer de courir… Mais il faut vraiment qu’il se lave. Il sent le chacal. En attendant de savoir s’il peut au moins prendre une douche, il se contente de récupérer un t-shirt qui traîne et de le tremper pour s’essuyer en commençant par le torse. Peu lui choit que la bande de peau nue au milieu de ce qui reste de la cage thoracique peinte sur lui fasse un peu bizarre, il faut bien commencer quelque part.

- On devrait en parler aux douches, si c’est “délicat”. Tu pourras nous dire ce qui ne va pas pendant qu’on se rince.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Jeu 19 Mar - 3:28

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 7284
Messages : 1048
Age : 30
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio et Elana Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
Victoria Machiavel

Victoria Machiavel
Victoria glisse sur les cuisses couvertes de cuir de monsieur Thrones en battant des pieds comme une enfant insouciante, prête à ignorer avec candeur toutes ses protestations. À la place, Cy sourit et elle lui répond par mimétisme, un peu surprise, mais surtout émerveillée, fascinée par cette facette du blond qu’elle n’avait pas eu la chance d’observer souvent jusqu’ici.

- Ton maquillage te va bien, glousse-t-elle en retour à son compliment au sujet du T-shirt, complètement honnête malgré l’éclat amusé dans sa voix. Même s’il est grotesque, cadavéreux et presque plus terrifiant maintenant qu’il s’est décomposé sous les assauts de l’effort, le maquillage fondu est indéniablement bon accessoire à l’énergie heureuse qui lui coulait sur la peau.  

Il soupire et sa propre bouche se presse dans une moue attendrie tandis qu’elle acquiesce doucement à sa demande de se changer. En parallèle, ses doigts papillonnent dans ses cheveux blonds avec une tendresse qui n’avait pas besoin d’être simulée – apprise comme un réflexe quelque part au courant de leur dernière mission ensemble – pour essayer en vain de replacer les couettes folles et humides qui séchaient mal sur ses tempes.

Entre Emanuel, dont l’expression ne lui échappe pas. Malgré tout, Victoria se dirige vers lui sans discontinuer devant son air mécontent ; ses bras en sont l’antithèse, découvre-t-elle, alors qu’il la serre possessivement contre lui. Dans cette étreinte qui se prolonge juste un peu trop longtemps, les lèvres amenées avec innocence sur sa joue et les murmures déposés au creux de son oreille font couler dans son ventre un long frisson auquel elle ne s’attendait pas et qu’elle attribue, un peu trop facilement peut-être, à l’euphorie encore fébrile d’avoir adoré leur concert.  

Les musiciens sont sexys, surtout après une performance, ce n’est pas un secret...

Prendre un verre et s’amuser avec eux la tente sérieusement, pour le coup, et ce serait assurément un divertissement dont elle avait cruellement besoin... Ainsi, Victoria regrette presque qu’ils fassent aussi peu d’efforts pour l’en convaincre, qu’ils soient si coopératifs et prêts à se mettre au travail. C’est étrange, quand même, d’arriver prête à les y trainer contre leur gré et se retrouver à être la moins pressée de le faire.    

Cy avertit qu’elle va étouffer l’autre et ça l’amuse assez pour diffuser ce frisson qui ne l’avait pas encore quittée, ou plutôt, pour le transformer. Ainsi, son trouble se sublime en un plaisir audacieux et force sur ses lèvres un sourire grivois.

- Ne t’inquiète pas Cy, je pense qu’il aime ça, raille-t-elle alors que ses doigts trouvent le cou de Tyr et miment de se serrer sur sa gorge comme un de ces colliers caractéristiques sur lequel elle aurait pu tirer pour l’obliger à la suivre près de leur collègue. Si rien d’autre, tout dans sa gestuelle traduisait l’énergie de cette intention.  

Ils rejoignent le blond qui se se nettoie comme il peut, mais sur leurs deux joues – où elle avait d’ailleurs laissé de belles traces de noir à lèvres – elle avait pu sentir le besoin indéniable de la douche ; les deux musiciens puaient, et en vérité, elle aussi. Sa réponse à la proposition de Cy vient donc sous la forme d’enthousiastes clappements de mains.

-Oui, on a le temps : allons prendre une douche tous ensemble !

Reformule-t-elle, hilare, avec le pétillement envahissant d’un rire qui augmente dans chacun de ses mots, mais qui n’éclate jamais vraiment hormis dans la légèreté de son expression corporelle alors qu’elle se dirige vers… Vers où, en fait ?

- Je vous suis, messieurs, crépite-t-elle, un sourire espiègle accroché sur les joues pour accueillir toute attention que pourraient leur porter les autres personnes présentes et témoins de la scène.    


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Dim 22 Mar - 16:39

Recrue
Points : 1784
Messages : 54
Age : 29
Emanuel Magnussen

Emanuel Magnussen

Évidemment qu'ils sentaient la sueur et des odeurs toutes plus suaves les unes que les autres. Il y avait quelque chose de magique à cette fatigue qui les faisait tomber dans les bras les uns des autres sans aucune méfiance. Comme une fatigue revigorante, une bonne humeur contagieuse qui donnait envie de rire bêtement et de s'affaler dans le même lit, les bras ballants et l'âme en paix.

Savoir qu'ils allaient peut-être devoir courir à la rescousse d'il ne savait qui dans quelques minutes le faisait rire doucement, mais qui était-il pour refuser ? Resserrant sa poigne contre le corps de Victoria, il se dit que malgré toute la fatigue, c'était sûrement le meilleur moyen de se dépasser...Si on l'avait prévenu que s'engager dans un groupe aurait pu être aussi risqué, sans doute n'aurait-il rien changé. Il eut le malheur à un moment de renifler les cheveux de Victoria...cruelle erreur, elle avait été parmi leur public et sentait l'odeur caractéristique de la ferveur et de la sueur. Tyr eut un petit rire fou avant d'en éloigner son nez.

Il approuva Cy, tandis qu'il était en train de mimer un véritable étranglement, enfin du point de vue de celui qui le subissait pour amuser la galerie. Lâchant Victoria, il fit mine de reprendre son souffle avant de se rapprocher de Cy. Emanuel avait été un adolescent plutôt solitaire, en grandissant, il était devenu un homme qui se voulait social, souriant, charmeur même, sans doute pour calmer un ennui, un vie qu'il ne trouvait que trop calme. Il posa une main doucement sur l'épaule de Cy, puis la tapota en lui souriant calmement sans un seul mot.

Parce que plus que tout, Emanuel ne voulait pas que son collègue puisse penser que leur relation changerait puisqu'il formait un couple avec Victoria. Ses sentiments à lui étaient si ambigus que...il ne préférait pas y penser. Sans doute valait-il mieux que tout reste en l'état, avait de casser un bon nombre de personnes ici.  

Obéissant à la l'ordre impératif de la jeune femme, Emanuel se pencha et salua un peu ironiquement comme un prince, prenant le premier le chemin des douches. Dans les vestiaires, iil se déshabilla vite fait et posa dans un petit coin les fringues qu'il avait encore sur lui et les mit en boule dans un coin. Vraisemblablement, il serait sans doute utile de les brûler avant toute manœuvre.

« Ne touchez pas, c'est à faire décontaminer d'urgence ! », dit-il avant de se diriger vers les douches, les réglant au niveau de chaleur maximum.

Une bonne douche sous des jets bien chauds, c'était le pied assuré. Pendant un instant, il en oublia même Victoria, la mission qui allait suivre, Cy, le concert qu'il venait de finir pour errer sur une autre planète. Quelques secondes les yeux fermés où les gouttelettes tombaient sur sa peau, la vapeur chaude commençait à remonter et où il ne pensait à rien.

Le silence.

Tyr eut un sourire, il rouvrit les yeux et vit ses compagnons.

« ...Que se passe-t-il, Victoria ? »
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Mar 14 Avr - 15:19

Barbie Prince Metal
Points : 2482
Messages : 66
Cy Thorne

Cy Thorne
Un soupir, la tête qui s’agite de droite à gauche, et les yeux bruns du chanteur qui montent au ciel : voilà, c’est sa réponse au sous-entendu impliquant Emanuel et l’asphyxie. Dans le fond, il fait bien ce qu’il veut, il est adulte et très capable de se gérer. Mais ailleurs que dans le fond… Ha ben non, pas grand-chose. Il ne croit juste pas que ce soit vraiment le genre de son ami, c’est tout. Tout comme il ne croit pas que la relation entre les deux Chevaliers soit autre chose qu’amicale et joueuse, parce que monsieur Thorne est un peu aveugle souvent, il faut le dire.
C’est pour ça qu’il ne pense rien du contact entre son épaule et la main du guitariste. C’est pour ça qu’il lui sert un grognement affectueux totalement sincère : parce qu’il l’aime, qu’ils s’aiment, comme amis, qu’il n’y a rien d’ambigu entre eux.
Vraiment, ce n’est rien de plus que ça : il l’adore, son Týr, il serait prêt à prendre une balle ou dix pour lui s’il le fallait -tout comme il le ferait pour chacun des membres du groupe- et il n’y a pas là dedans la moindre arrière-pensée. C’est juste que des années à se balader sur les routes pour jouer de la musique ensemble est un très bon moyen d’obtenir le coeur de la longue tige blonde, voilà tout.

Et de supprimer toute pudeur mal placée. A force de se mettre à poil devant la moitié des roadies, des centaines de festivaliers bourrés ou de devoir se doucher sur des bords de route comme faire se peut, il a vu bien assez de postérieurs de metalleux pour ne pas s’offusquer de prendre la direction des douches en groupe.
Le peu de vêtements couvrant encore ses os se retrouve très vite au sol avant qu’il ne remette ses bottes en bon habitué du savonnage post-concert. Il ne les enlève que juste avant de fiche les pieds dans l’eau, comptant sur elles pour le sauver d’une course pieds nus jusqu’à ses vêtements propres à la sortie. Un pied après l’autre, il sautille hors de ses derniers oripeaux pour se mettre le plus vite possible sous l’eau chaude.
La tête contre la colonne de douche, il profite des quelques secondes de tranquillité, observant la marée grisâtre qui lui coule des épaules finir sa vie sur l’émail au sol.
C’est quand même dégueu, son maquillage, se dit-il.
Et c’est agréable de pouvoir le nettoyer.
La voix d’Emanuel le fait sortir de sa fascination pour le petit tourbillon d’eau et de saleté à ses pieds : il se redresse, se hisse sur la pointe des pieds pour récupérer son incroyable savon-shampoing posé en hauteur, totalement insensible au bizarre de la situation. Ecouter des instructions de mission nu comme un ver en se frottant les cheveux face à deux membres de l’Ordre ? Pas de soucis. L’un a eu des dizaines d’occasions de le voir nu, l’autre l’a fichu dans un legging fleuri. Il n’a plus rien à cacher.

- Pourquoi est-ce qu’on a soudainement besoin de nous ?

D’un coup, d’un seul et sans prévenir, une idée lui vient : il y a des groupies qui tueraient pour se trouver à la place de Victoria. Ils n’en sont pas au point d’agiter les hormones de leurs fans comme le ferait Justin Bieber, bien sûr, mais il est très certain qu’il y aurait des filles prêtes à beaucoup pour les voir se gratter le cuir chevelu en tandem, parce que très objectivement, Týr est le type le plus séduisant de l’hémisphère nord et lui n’est pas si pire non plus.
Sa réflexion le fait pouffer de rire. Il est obligé de la partager, alors il se penche vers son ami aux cheveux magnifiques et lui glousse dessus.

- Il ne faut jamais que des fans apprennent qu’on peut partager les douches avec ceux qui viennent en backstage, ça va être l’hécatombe sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Dim 26 Avr - 18:38

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 7284
Messages : 1048
Age : 30
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio et Elana Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
Victoria Machiavel

Victoria Machiavel
Sa démarche est légère, sa tête aussi, surtout qu’après s'être s’éloignée du bruit qui régnait dans les coulisses, un acouphène engourdissant lui murmurait maintenant des versions adoucies de la musique qui lui avait explosé les tympans au cours des deux dernières heures.  

Soyons clairs : lorsque Victoria avait parlé de prendre une douche à trois, ça avait été une blague plus qu’autre chose. Ce n’est pas que l’idée la dérange – loin de là – mais elle se serait attendue à ce que Cy, au moins, renâcle et proteste, comme il l’avait fait à chaque fois qu’il avait dû faire des activités pourtant bien moins intimes que ça. Quant à Emanuel… Elle le connaissait moins, mais elle ne l’avait pas imaginé se déshabiller, tout simplement, comme il venait juste de le faire sous ses yeux. Cy ne tardant pas à faire de même, Victoria se retrouve donc avec deux jolies paires des fesses dénudées sous les yeux.

Il va sans dire qu’elle regarde.

C’est avec une curiosité surprenamment détachée que ses yeux coulent sur ses deux collègues, observant les muscles et les tatouages, appréciant, sans plus, les formes de ces dos qui pourraient assurément beaucoup l’inspirer dans un autre contexte, mais devant lesquels elle reste sage pour le moment ; ses propres vêtements finissent donc assez vite avec les leurs, et elle, sous l’eau chaude qui lui fait basculer la tête vers l’arrière et soupirer d’aise.

De son côté, devrait-elle s’inquiéter ? Assurément, on dirait à une jeune femme avisée d’éviter de se retrouver nue dans une pièce isolée avec deux musiciens dépravés et adeptes de la musique du diable... Toutefois, le chanteur au moins – dont le maquillage infernal s’effaçait à vue d’œil pour révéler son angélique blondeur habituelle – avait toute sa confiance. C’est bien pour ça que quand ils l’interpellent, elle les rejoint avec tout le confort du monde, sans faire la moindre tentative pour cacher sa nudité.  En allant vers eux, elle est déjà souriante, détendue par la douche et confortable dans ses endorphines, mais un rire limpide survient maintenant pour ponctuer les derniers mots de son ami : c’est un peu parce qu’elle comprend leur position, et un peu, aussi, parce qu’elle constate être en train de réaliser un fantasme d’adolescente – pas le sien, mais assurément, celui de quelqu’un – malgré tout, c’est quand même sans lascivité aucune qu’elle pose chacune de ses mains sur leurs flancs respectifs.

- Tu n’aimeras pas la réponse, raille-t-elle près de l’épaule de Cy, avant de se tourner vers Emanuel, qui est plus grand, et souffler vis-à-vis son omoplate, mais toi, je pense que tu vas adorer...

Comme elle avait à peine eu l’occasion de se rincer de son côté, elle entreprend à son tour de se savonner tout en leur expliquant la situation en parallèle.  

- On doit arrêter un changelin qui s’amuse un peu trop dans un… Victoira hésite, une seconde, avant de compléter sa phrase avec prudence, cabaret extravagant... Et à cause du contexte géopolitique, il est peu recommandé qu’une femme seule entre de ce type d’établissement. Donc il faut y aller en couple, explique-t-elle avant de se corriger, avec un pétillement non dissimulé, ou plutôt en trouple, puisque trois est le nombre idéal d’agents pour couvrir la surface du club.

Elle parlerait des tenues de circonstance et du maquillage qui les attendaient dans sa voiture un peu plus tard, quand ils auraient eu la chance de se familiariser avec le contexte de leur mission. Pour l’instant, elle les laisserait poser leurs questions, en essayant de ne pas regarder trop bas, au risque de… Trop tard. Elle y a pensé et elle a – incontrôlablement – baissé les yeux. Maintenant, le sourire frivole qui lui grimpe aux coins des joues s’élargit exponentiellement quand elle essaye de le réprimer, et elle finit par lever ses yeux rieurs en se mordant les lèvres.  


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Sam 2 Mai - 16:27

Recrue
Points : 1784
Messages : 54
Age : 29
Emanuel Magnussen

Emanuel Magnussen

Cy avait raison, si des fans apprenaient qu'ils partageaient leurs douches, ça pourrait vite mal tourner. Enfin, ce n'était pas pour déplaire à celui qui avait la plus belle chevelure de l'hémisphère nord, au contraire.

A la place, Tyr laissa l'eau couler sur son corps, son buste, levant le regard vers le jet d'oeil, se forçant à ne pas fermer les yeux. La douche était moyennement chaude, il l'aurait appréciée quelques degrés plus chaude mais ce n'était pas pour gêner l'homme qui avait l'habitude, par coutume de son pays, d'apprivoiser des températures bien plus froides. Il tapota d'ailleurs l'épaule de Cy avant de lui glisser à l'épaule.

« Faudra proposer une tombola aux fans, les trois premiers vainqueurs ont droit à un sauna suivi d'une piscine glacée avec nous... »

Valait mieux que ce genre de choses tombe dans l'oreille de Cy plutôt que dans celle de Victoria, sans doute parce qu'il tenait à jouer le type stable et sérieux dans ses relations ? Se concentrant plutôt sur Victoria et tentant d'ignorer cette image mentale de tout le groupe à poil dans un tout petit sauna, Emanuel prit connaissance de la mission.

Évidemment, il était également compliqué de ne pas être déconcentré par Victoria dont le regard, très insistant, semblait s’attarder sur d'autres parties de leurs anatomies, ce qui parut ne lui faire ni chaud ni froid jusqu'à attraper un gel douche pour au moins faire diversion avec quelques mouvements qui puissent tromper son cerveau.

La mission semblait a priori banale, quoiqu'un brin excentrique. Après un concert, il aurait espéré tout à part s'infiltrer en compagnie de, certes, deux amis, mais également deux chevaliers de l'Ordre dans un bar. L'endroit le plus approprié pour Cy et lui était un lit bien douillet où ils auraient dormi minimum 12 heures non stop.

« Un changelin... », répéta-t-il pendant que son regard s'égara malencontreusement dans les formes de Victoria. Il le détourna immédiatement, plus par respect pour Cy que pour une quelconque honte quant aux réactions que son corps pourrait avoir.

« Un cabaret extravagant, donc. On peut récupérer de vieux vêtements que nous mettions sur scène, je suppose que d'anciens groupes ont dû en abandonner des pas mal...Tu souhaites que l'on se déguise totalement ? Si oui, cela signifierait que je devrais cacher ça... ? »

Au mot « ça », Emanuel fit un large mouvement de tête pour secouer sa chevelure, la plus belle de tout l'hémisphère nord, ne vous l'ai-je pas déjà dit ? La camoufler aurait été véritablement dommage, et mettre une perruque dessus alors qu'elle était encore mouillé un véritable gâchis pour ses cheveux.

Le viking éteignit le jet de sa douche. Il esquissa un sourire, curieux en réalité de voir quelle forme ce changelin aimait recouvrir. C'était le genre de mission qui lui plaisait, et même s'il était un poil grincheux dû à la fin du concert et à sa fatigue, il avait tout de même hâte. Ses yeux pétillait d'ailleurs de curiosité, comme c'était le cas dès qu'on lui parlait d'une créature fantastique : Emanuel était amoureux.

« Qu'attendons-nous, allons-y ! »
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Dim 3 Mai - 11:51

Barbie Prince Metal
Points : 2482
Messages : 66
Cy Thorne

Cy Thorne
- Est-ce que tu veux vraiment faire ça et risquer trois armoires à glace barbues et bourrées dans un sauna avec nous, Emanuel ?

Les sourcils de Cy s’agitent, faussement entendus. Il laisse le temps à son ami d’imaginer la scène qui pour lui comporte trois des plus beaux bestiaux à mosh pit qu’il connaisse et eux, écrasés entre leurs masses, puis il pousse joyeusement sur l’épaule de son guitariste.

- Non tu ne veux pas !

Personne ne le voudrait. Surtout pas lui. Le moment de plaisanterie est malheureusement interrompu et il reprend ses mains, ses blagues, et son attention pour la concentrer sur la mission qui leur est confiée.
Comme de bien entendu, il n’aime pas la réponse de Victoria. Revigorés par la douche, sa mauvaise foi envers l’Ordre et son caractère de cochon refont surface en un reniflement de refus. Peu importe ce que sa collègue peut bien entendre par cabaret extravagant, il sait déjà qu’il ne va pas être à l’aise. Il imagine des velours et des cordelettes dorées et des types en haut-de-forme sans rien de plus sur la peau, ou des femmes avec des tenues de meneuses de revue. Il n’en veut pas.
Parfois, sa vie serait plus simple s’il n’avait pas les fesses entre deux chaises, s’il était juste très coincé et pas seulement dans certaines circonstances, parce qu’il est clair que personne ne va comprendre qu’il pille net devant l’idée d’affronter une fête burlesque alors qu’il est actuellement nu comme un ver -et que ça ne l’embête pas.

- Non.

Net, et clair, et d’une fermeté admirable. Il assortit le mot d’une volte sur lui-même pour mettre le visage sous l’eau chaude -et rater le glissement de regard de Victoria- en guise de point final.
Mais Týr est un traitre. Un faux-frère qui dit oui, qui s’enthousiasme, qui demande même comme ils doivent se déguiser. Tout au fond de lui, il sait qu’il a perdu parce qu’il a déjà donné son accord implicite à la mission et parce qu’il ne pourra pas résister une seule seconde au sourire d’Emanuel. Grognant, il frappe du plat de la main le mur de la douche pour évacuer l’agacement.

- Je ne mets pas de vêtements idiots.

Cy se retourne, le visage sérieux.

- Et surtout je mets des vêtements. Moins couvert qu’un pantalon et un t-shirt c’est non, Victoria. Tu peux me faire mettre un legging autant que tu veux quand on est au fond des bois…

Et tant pis pour la révélation offerte à l’autre musicien, tiens.

- … mais tu ne peux pas faire ça en public. Attends...

Un doute affreux lui vient avec la délicatesse d’un 36 tonnes.

- Ne me dis pas que le changelin séduit ses proies en tortillant des fesses et qu’on va devoir faire semblant d’être là pour draguer… ?
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Ven 8 Mai - 15:28

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 7284
Messages : 1048
Age : 30
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio et Elana Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
Victoria Machiavel

Victoria Machiavel
L’eau tiède coule sur elle comme son regard indiscret sur eux, mais elle ne s’attarde pas, fermant rapidement les yeux pour rincer de ses cheveux le shampoing parfumé à l’hibiscus. Un sourire émoustillé aux lèvres, elle nettoie son corps alors que se salissent un peu ses pensées, sans pour autant qu’elle entretienne la moindre illusion quant à la suite des évènements. En parallèle, les murmures inintelligibles d’Emanuel pétillent d’amusement comme les bulles du savon ; quant à la réponse de Cy, audible pour sa part, elle fait sortir Victoria de ses rêveries en lui imposant un portrait beaucoup moins glorieux que celui avec lequel filtrait son imagination. L’image mentale sans contexte la fait immédiatement pouffer de rire avec une révulsion moqueuse, avant que l’installe un sourire silencieux et contemplatif devant cette belle complicité qu’elle leur découvrait avec une fascination attendrie.

Leur dynamique, se dit-elle subséquemment, sera intéressante à découvrir sur le terrain. Pour le moment, cependant, les réactions respectives des deux hommes la laissent sans surprise – Cy qui se renfrogne ; Emanuel déjà motivé – car elle avait par le passé déjà eu la chance de travailler avec eux, et avait donc un bon portrait professionnel de chacun… Vraiment, il n’y a que le bref regard d’Emanuel qui, dans un moment d’égarement, vient la surprendre plaisamment, éloignant toute prétention de professionnalisme : il avait détourné les yeux juste un peu trop vite, avec juste un peu trop de culpabilité …  Intrigué, le nouveau coup d’œil qu’elle lui jette en retour est marqué d’un intérêt nouveau… À revisiter plus tard, se dit-elle.

Pour le moment, ils ont une mission à faire. Enfin presque.

- J’ai déjà des vêtements pour vous, mais… Commence-t-elle pour répondre à l’initiative d’Emanuel autant que pour mettre un frein à la mauvaise volonté de Cy.  Malgré sa bonne disposition initiale, son mauvais caractère revenait en force… Victoria savait bien qu’elle allait gâcher sa soirée avec cette histoire, et ça ne lui fait toujours pas plaisir, mais elle reste néanmoins solide. Se durcissant même encore plus quand il ose lui reprocher son accoutrement lors de la dernière mission. Bon, c’est vrai qu’elle s’était bien moquée de lui, mais c’est parce qu’il l’avait bien cherché.  

- Tu ne peux pas faire ça en public , cite-t-elle, sa voix pleine de sarcasme tout en imitant le ton du blond, je te rappelle que tu aurais pu éviter les leggings fleuris si tu avais lu le satané pamphlet, souligne-t-elle avec fermeté, avant de reprendre, plus doucement, le cabaret est osé, mais plutôt chic : les visiteurs masculins sont tenus d’arriver très bien habillés, explique-t-elle, je te rassure Cy : tu vas porter une chemise et un gilet de costume… Et si tu le souhaites, tu pourrais même garder ton pantalon en cuir.  Manifestement, tu es confortable dedans et il ta va bien, suppose-t-elle avant d’ajouter, avec l’écho léger d’un petit rire …Et tu seras certain que personne ne pourra te l’enlever facilement.  

Elle ferme le jet de sa douche aussi, suivant le brun pour trouver les serviettes de bain.

- On va devoir prétendre venir pour s’éclater ensemble, recommence-t-elle prudemment, à l’adresse de Cy, pour la drague, reprend-elle en accordant un clin d’œil à l’autre homme, tu pourras nous laisser cette partie.  

Par contre, là, il était déjà presque minuit et qu’ils avaient deux heures de route devant eux. Ils avaient aussi besoin de s’habiller, de se maquiller … Et dormir avant d’entrer sur le terrain ne leur ferait pas de mal non plus.

- Par contre… Reprend-elle dans un petit feulement coupable, désolé, mais pas vraiment, en vérité, selon les ordres, je devais passer vous chercher ce matin pour qu’on ait le temps de se préparer dans la journée... Elle laisse en suspension les implications évidentes du conflit d’horaire que ça aurait eu avec leur concert, mais j’ai pris la décision exécutive d’ignorer les consignes du capitaine… Du coup, pour le moment, on va juste se rendre sur place et observer de loin, faire semblant qu’on n’a pas réussi du premier coup, et vraiment nous lancer demain soir ?  


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Dim 10 Mai - 5:52

Recrue
Points : 1784
Messages : 54
Age : 29
Emanuel Magnussen

Emanuel Magnussen

Bon, l'idée initiale de tombola qu'il avait eue semblait bien moins bonne qu'il ne l'aurait pensée. Il grimaça même en imaginant deux hommes bien baraqués avec eux dans le sauna au lieu des deux nymphes qu'il avait prévu. Emanuel fit un petit mouvement de main pour faire signe à son collègue et ami d'oublier cette initiative et qu'elle partait directement au cimetière des fausses bonnes idées jamais réalisées.

Cy avait l'air bien moins motivé que lui pour cette énième mission et cela se comprenait. La fatigue du concert ressortirait sans doute juste après leur douche et ils auraient probablement envie d'écraser leur tête sur un oreiller duveteux.

L'air pourtant décidé à suivre Victoria coûte que coûte, Emanuel posa la main sur l'épaule de Cy d'un air compatissant, un message silencieux de réconfort.

Il les suivit, sifflotant un air indéfini, allant choper une serviette, deux plutôt, une qui s'enroula autour de ses cheveux en premier – les sécher était une priorité – la deuxième frotter sa peau, écoutant toujours la voix de Victoria leur donner les consignes.

Ah. D'après ce qu'il avait compris, ce serait plutôt du repérage. Même s'il s'agissait de ne pas se faire repérer, les chevaliers de l'Aube pourraient s'attabler au bar et scruter la scène les yeux à demi fermés, jouant la comédie pour que Victoria ne devine pas qu'ils étaient sur le point de tomber de sommeil. Oui, ça paraissait un bon plan, même s'il tenterait d'éviter l'exercice tant que le Marchand de sable ne passerait pas.

« Petite précision, tout de même : tu nous laisses tout de même dormir pendant la journée, n'est-ce pas ? Parce que là, ça va être un tout petit peu tendu, je pense... »

Attendez, Cy avait dit que Victoria s'amusait à l'habiller d'un legging au fond des bois ? De manière très rapide, il eut un petit coup d'oeil jaloux, peut-être en directement des deux, d'ailleurs, un peu frustré également de ne pas, lui, s'habiller d'un tel legging au fond des bois. Cette histoire de relation commençait à être sérieusement dérangeante, il détourna alors la tête pour s'empêcher d'y penser.

Et hop, pendant que Cy s'habille, il enfila lui-aussi des vêtements assez confortables. Comme cela, il avait l'air assez bien habillé et...très honnêtement, s'il lui fallait les retirer, surtout pour un changelin, il ne dirait pas non, il se connaissait bien. Il finit par retirer la serviette sur ses cheveux, y passa un coup de brosse et les laissa sécher sur ses épaules. En temps normal, il préférait leur donner un bon coup de sèche-cheveux, mais il n'en avait pas, de temps.

Maintenant prêt, il sourit à ses deux compères puis leva le bras, comme s'il avait un trop plein d'énergie à vider.

« C'est partiii. », scanda-t-il, les cernes, l'allure générale et le fait qu'il cligna effectivement beaucoup plus souvent des yeux prouvant qu'il était vraiment plus prêt à enchaîner sur une bonne nuit de sommeil qu'une mission de surveillance.

Revenir en haut Aller en bas
Message Back In Black Empty
Dim 28 Juin - 6:05

Barbie Prince Metal
Points : 2482
Messages : 66
Cy Thorne

Cy Thorne
Au lieu de se calmer en entendant qu’il pourra porter un haut et un bas, Cy se hérisse plus encore. Les sous-entendus sur sa pudeur peut-être légèrement exagérée le font monter d’un cran sur l’échelle de la mauvaise volonté, au point où il reste sous la douche à bouder alors que ses deux amis -ou plutôt deux traîtres en chef- sortent pour se sécher.

- S’éclater.

Le verbe tombe à plat contre les murs des douches, chargé de morgue. Il est résigné, bien sûr, et il fera le travail correctement comme toujours. Ca ne veut pas dire qu’il ne va pas relever chaque détail qui le chiffonne.
Et il y en a beaucoup. Le lieu en lui-même, leur couverture, le dress-code, tout ce qu’il imagine déjà avoir à croiser. Rien ne va, à part éventuellement le fait qu’il s’agit d’une mission nocturne et qu’il n’aura pas à se lever aux aurores pour le gloire de l’Ordre. Mais bien sûr, il est pieds et poings liés : toute sa mauvaise foi, chacune de ses récriminations, rien ne changera l’issue de la soirée. Il fera ce qu’on lui demande. Il le fait toujours.
Il sort donc de la douche, enfile sa paire de bottes, s’enroule dans sa serviette et se dirige vers ses affaires pour se préparer sans rien ajouter. Va pour observer, va pour le lendemain, va pour peu importe quoi. Va. Victoria a l’air de savoir ce qu’elle fait, Emanuel a l’air enthousiaste. Il se laissera mener par eux deux -et se cachera certainement derrière son ami et guitariste régulièrement pour se faire oublier. Les plus beaux cheveux de la galaxie devraient au moins attirer l’attention sur quelqu’un autre que monsieur Thorne.

Le repérage avait été… Hé bien, un repérage. Ils avaient traîné autour du club, observé la faune et la flore locales, Cy avait grimacé toutes les dix minutes à la vue d’une chose ou d’une autre. Et puis ils étaient rentrés. Ils avaient dormi. Ils s’étaient réveillés, avaient pris un café, et fait plein de choses profondément inintéressantes -dont se glisser dans son pantalon de cuir pour grincheux aux cheveux blonds, opération qui lui avait pris un bon moment.
Et maintenant, ils sont prêts.
Et maintenant ils sont en train de marcher vers le cabaret extravagant où se trouve leur Changelin, prêts à se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas afin d’empêcher une créature de stupre et de luxure -possiblement- de s’amuser. Il s’est pendu au bras d’Emanuel après une seconde de réflexion, préférant éviter d’offrir à son autre collègue une occasion de l’ennuyer. Et puis il faut admettre qu’il y a pire à regarder que Týr, ce qui veut dire qu’il n’y a donc aucune honte à faire croire qu’il est son préféré.
Peut-être même qu’il l’est. Qui sait.
En tout cas il est celui qui l’a le plus vu nu et c’est déjà quelque chose.

- Je vous jure que si le physionomiste nous juge…

Il ne fera rien, bien sûr, à part se renfrogner. Mais il serait malvenu de la part du videur de ne pas leur accorder l’accès alors qu’ils font tous clairement tourner des têtes sur leur passage et qu’objectivement, ils seraient des plus décoratifs dans la moindre pièce. Même Cy et sa simple chemise noire assortie au pantalon ridiculement moulant dans lequel il est à moitié sous-vide.
Revenir en haut Aller en bas

Back In Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Amérique du Sud-