À défaut de vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Mar 6 Juin - 2:50

The rule is : old enough to get killed, old enough to drink
Points : 519
Messages : 11
avatar

Une histoire, avant tout, nécessite un public. Sans ça, ce n'est rien qu'un mensonge qu'on se conte tout seul, et là, ça devient plus triste. On ajoute la bonne audience, et soudainement, le mensonge prend une autre dimension. Le mensonge fait rire, sourire, pleurer. Le mensonge arrête d'être mensonge. Le mensonge prend vie. Soudainement, plutôt que masquer la vérité, on peint un décor, des évènements, des personnages. Si on réussit bien l'exercice, on oublie tout le reste: on écoute une histoire.

Maintenant, on ajoute un peu d'alcool à l'équation, et le niveau de difficulté baisse. Et on peut beaucoup plus se marrer.

"Et c'est comme ÇA que j'ai perdu mon bras."

L'éternelle question de l'ivrogne local. La plus populaire de nature non sexuelle sans doute. Je me souviens encore du temps où mon bras m’embarrassait. Maintenant c'est presque un point de fierté d'enlever ma prothèse de temps en temps. Ça contribue au mythe, à la légende, au personnage de Lillian Stingray, Bartender Extraordinaire. Et puis... Au royaume des aveugles... Euh... les gens... avec un seul bras... Hm.

Ouais bon ça va, si t'as un proverbe mieux t'as qu'à le sortir.

... Ou bien j'aurais pu ne pas sortir de proverbe du tout. Ça aussi. Oui. Bon. La ferme. Et oui. C'est  ça mon titre maintenant. Fight me, bitch.

"... Ouah... c'est... c'est fou quand même."

L'alcool fait les meilleures audiences. Il a même pas remarqué mes grimaces pendant qu'on s'engueulait. Il est trop absorbé par mes talents. Bon aller, y a pas grand monde cette nuit, j'peux m'en servir un autre. Personne ne devrait remarquer si je deviens un peu trop bourrée. Et puis au fond, je les emmerde. Ils ont qu'à se plaindre à la patronne. Eheh.

Parce que c'est moi, la patronne.

... Finalement on va peut être faire un demi-verre.

.... Va pour un quart.

"Eh oui... Pas mon meilleur moment, mais... c'était la belle époque."

"Lutter à main nue contre un tigre quand même c'est... Wow...."

"C'est pas pour rien qu'on m'appelait The Tamer"

Oui bon, la prochaine fois c'est toi qui choisi le nom de lutteuse qui se bat contre des animaux sauvages dans sa brève carrière au Costa Rica. Ou en Jamaïque.... Putain j'ai déjà fait mieux quand même. Quelle cruche ce type. Par contre j'ai hâte de le voir essayer d'aller répéter celle-là à ces amis. Ça, ça va être du spectacle.

Mais je te garantis: 1v1? Je te l'aurais démonté le tigre.

Bon aller, je lui dis de se calmer et d'aller dormir. S’il a avalé ÇA, c'est que dans pas longtemps, il va me redécorer le plancher au vomi, et je ne me colle définitivement pas à la serpillère ce soir.

Au revoir, au plaisir, yadda yadda. Crisis averted. Go me.

Partie comme on est, y risque pas d'y avoir beaucoup plus de clients ce soir... Y a quelques visages pas familiers par contre. Le type là-bas, connais pas. La fille un peu brune là aussi, ça fait quelques fois qu'elle reste assez longtemps, mais pas parlé plus qu'il faut. Elle sait boire par contre.

Je devrais peut être faire mon job.

Non Emett, je dis pas ça parce qu'elle est de mon goût.

Non, ça veut pas dire qu'elle est de mon goût.

Pour un truc qui parle pas, tu sais vraiment pas fermer ta gueule.

God I need a drink.


Il est tard de toute façon... Aller, on remet la prothèse et on se lance. C'est pas pro, mais bon.

Elle a qu'à se plaindre à la... eheheh....

Ahem.

"Oi, new kid! Pas encore eu le plaisir. La prochaine est pour moi. Qu'est-ce que tu prends?"

Parce que moi je me reprends une bière. Au pire je réveillerais un des conards qui glande en bas si soudainement y a du monde qui se pointe. N'empêche, de proche, c'est vrai qu'elle est pas mal.

Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : traiter de la consommation d'alcool.
Pour féliciter ton exploit, 20 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mer 7 Juin - 4:07

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1638
Messages : 492
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar


Comme une histoire de mystère
Troisième interlude
Printemps 2017


Aujourd’hui, c’était la quatrième fois.

La première fois, Victoria était vraiment, mais vraiment soule et n’avait retenu que deux choses : le fait que la barman avait perdu son bras dans le cadre d’une mission pour l’ordre, et le fait que sa prothèse était un des plus spectaculaires artéfacts qu’elle n’ait jamais vu de sa vie.  

La deuxième fois, elle avait écouté plus attentivement et avait mentalement pris en note quoi faire et quoi ne pas faire advenant une rencontre avec des vouivres zombifiées.

La troisième fois, elle avait compris qu’elle racontait toujours n’importe quoi, mais qu’elle avait quand même l’air de s’y connaitre en gnomes mangeurs d’hommes.  

Donc, aujourd’hui, c’était la quatrième fois qu’elle écoutait la jeune femme raconter comment elle avait héroïquement perdu son membre, et elle avait, par le fait même, deviné que la vérité était ou bien vraiment lamentable, ou bien vraiment terrifiante.

Elle avait tout écouté, mais en gardant les yeux rivés sur les reflets ambrés de son whisky qui ondulait au rythme des papillonnements de ses doigts sur le bord du verre. Elle avait même analysé et réfléchi à ses histoires, malgré elle, surtout pour fuir toutes pensées concernant sa nouvelle mission qui commencerait le lendemain matin.  La Sibérie et la jungle amazonienne, ça lui avait bien plu, mais cette fois…Cette fois, on lui demandait de remettre son veston et son attitude de détective afin… d’infiltrer… le FBI.  Non seulement elle pensait que c’était un très mauvais plan, mais en plus, elle n’avait pas du tout envie de réintégrer le monde policier qu’elle essayait justement de noyer tous les soirs dans l’alcool.  

Elle avait porté sa consommation à ses lèvres en voyant du coin de l’œil le seul autre spectateur sortir – puisque l’autre mec, là-bas, assit à la table du fond, ne semblant pas vraiment y avoir porté attention – signifiant la fin du spectacle. Dommage.

Puis, ses yeux glissières sur la silhouette athlétique qui s’approchait d’elle, une bière pleine à la main.

… Ou bien le début de son propre spectacle privé.

Maintenant son contact visuel, Victoria sourit contre le verre, puis en but une toute petite gorgée.

- J’ai tendance à voir le verre comme étant à moitié plein.  

Dit-elle enfin en l'agitant doucement avant de le déposer entre elles.

Un petit poisson coloré se glissa contre sa joue gauche, et dans le même mouvement qui servit à gentiment l’éloigner, elle s’approcha un peu plus du bar, allant jusqu’à y déposer son coude, avec sa joue contre sa paume.  En dessous, ses genoux nus touchaient maintenant à la surface froide du comptoir.

- Sur le même ordre d’idée… Plutôt que l’histoire du tigre, ou des vouivres, ou des gnomes – peu importe – je suis surtout curieuse d’apprendre comment tu as déniché cette merveille.

Disant cela, son index et son majeur se déhanchaient sur la surface du bar qui les séparait, s’arrêtant finalement, poliment, à un centimètre à peine de sa prothèse.

Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : traiter de la consommation d'alcool.
Pour féliciter ton exploit, 20 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Message
Ven 30 Juin - 0:47

The rule is : old enough to get killed, old enough to drink
Points : 519
Messages : 11
avatar

Il était une fois une fille. Une femme. Cette femme avait- Ouais non. En fait je commence à me souler déjà donc on va faire court. La femme c'est moi et l'histoire que j'allais raconter de façon prétentieuse et désagréable c'est celle de comment j'ai réussi à me trouver une nouvelle prothèse plus belle que l'ancienne.

Non pas qu’il y avait un problème avec l'ancienne.

Non je déconne, elle suçait l'ancienne.

...Donc.

À la base, j'en voulais pas de prothèse. C'est lourd, encombrant, et pas très naturel. Le seul problème, c'est que mon corps, de base, il est pas très naturel, et pas avoir de bras non plus c'est pas super naturel. Du coup, ce qui se passe quand on a pas de bras, c'est principalement un problème d'équilibre. Ça parait pas, vite dit comme ça, mais un bras c'est lourd. On enlève ça de l'équation et tout de suite le côté droit semble sacrément plus lourd.

Pour la peine, un truc lourd et encombrant, ça commençait à sonner pas plus mal. Faire de la course, avec un seul bras, c'est étonnamment plus compliqué qu'il n'y parait. Donc - avant que j'oublie ce que je raconte - ce qui c'est passé c'est que je suis allée voir un médecin. Un vrai. Pas un sorcier ni rien. Juste un bon vieux docteur. C'était pas donné, mais éventuellement on m'a fait faire ma première prothèse.

Pure merde.

Je sais pas comment ils font les non-adeptes de magie quand ils perdent des bras. Les prothèses typiques, c'est vraiment pourri. Du coup je me suis tourné vers un truc un peu plus excentrique, et ça aussi c'est une longue histoire, mais j'ai fini par un truc digne d'un bon film steampunk. C'était pas ce qu'il y avait de plus pratique, mais honnêtement, ça avait la classe.

Seul Hic c'est que ça passait pas inaperçu. C'est pour ça que je me suis tournée vers un sorcier spécialisé en... en... Hum. En tout cas il avait un nom pas prononçable et j'veux pas avoir l'air raciste donc j'vais même pas essayer, ça va me gaver. Vasi...Vasilye... Va... Vo....

Ouais, voilà, gavée.

En tout cas c'était un sacré pro. En quelque chose. Qui était pas les prothèses d'ailleurs. Oui du coup ça porte à confusion, je sais que j'ai dit ça comme si j'étais allée le voir pour un bras, mais en fait pas vraiment. En fait je voulais vendre un truc. Un artéfact de mon héritage, je crois. Un truc cool! Mais qui servait à rien. Pour moi. Enfin, j'avais essayé de faire fonctionner le machin et... et non. C'est pas mon truc les vieux bibelots rares inestimables.

.... Ou alors c'était peut être un Estonien. En tout cas je peux pas blairer son nom.

Et du coup...

Huh...

Donc... Oui. Mon bras... C'était super cher ce truc. Un vrai expert. C'était.... à, mais du coup c'était même pas le polonais... Quoiqu'il arrive ça m'a couté....

Oh.

Oh mon dieu.

OH!

Ta GUEULE Emett, je m'en fous! Sois je dis le foutoir qu'est cette histoire dont j'ai trop bu pour me rappeler tous les morceaux importants, soit je dis... ÇA. Oh putain je m'aime. Ta gueule Emett. Tu m'aimes aussi. C'est pas réciproque. D'ailleurs; je te dirais d'aller te faire foutre si ça ne comprenait pas les implications qui viennent avec.

"Ahh, ça? Ça m'a... Ça m'a.... phew..."

Vas y Lillian, tu peux le faire. Air confiant, regard perçant, droit dans les yeux. Vas-y. C'est parfait.

"Ça m'a coûté un bras."

... Ne ris pas. Ne ris pas. Garde ton sérieux Lillian. Si tu exploses de rire maintenant tu ruines toute la blague. Respire. Ne ris pas. Zen. Calme. Oui, c'est hilarant. C'est sûrement ta meilleure blague depuis des mois. Oui, c'est le jeu de mots parfait. Oui. Oui. Ne gâche pas tout. Préserve le timing com.......

Oh putain j'en peux plus.

J'explose de rire. J'aurais duré un bon 9 secondes avant d'éclater. C'est meilleur que certains mecs.

Ahem.... Phew... Bon...

Elle est bien mignonne la nouvelle. Elle flirt et tout. Avec un peu de chance, je lui ai pas fait peur avec mes conneries. Honnêtement, quant à moi, je mérite une médaille et une demande en mariage. Sauf si elle swing pas de mon bord. Auquel cas, maintenant, elle swing de mon bord.

C'est toi l'abruti Emett. Blow me.

"No worries love -... hihi... Ahem... Y a une vraie bonne histoire derrière ce truc. Je te promets que je te la raconte un jour où je serais capable de m'en souvenir. Juste pour ce soir... Humor me. Parle-moi un peu de toi. Y faut bien que je connaisse ma clientèle. Si tu veux, commence par me dire où t'as trouvé..."

Je pousse son bras gauche du doigt, un peu trop avachie sur le comptoir, et un peu plus brusque que j'aurais voulu. Oops.

"Cette merveille. J'en avais un comme ça, mais j'le retrouve plus."

...Dis-je en reprenant une 8ème gorgée de trop pour ce soir. I'm on a roll.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 1 Juil - 0:14

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1638
Messages : 492
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar

Victoria soutenait le regard sérieux de Lillian, mais malgré toute sa contenance initiale, celle-ci explosa finalement de rire après quelques secondes. Mais, en vrai, neuf secondes, c’est plus long en réalité que ce qu’on pourrait le penser : ce fut suffisant pour que les doigts de Victoria effleurent enfin l’épiderme artificiel, pour qu’elle se demande à quel point celui-ci était sensible et lui permettait de ressentir son contact, pour que, de son côté, un sourire incontrôlable s’élargisse sur ses joues, et pour que ses yeux commencent à pétiller.

Sans être audible, son expression faciale répondait à son hilarité. S’en nourrissait, même, dans la mesure où elle s’émerveillait à le regarder rire. Lillian reprenant la parole, les yeux de Victoria continuaient de sourire. Elle l’écoutait tandis qu’elle trempait son doigt dans l’alcool et le glissa ensuite entre ses lèvres. Le gout brulant sur sa langue faisait écho à celui qui était déjà descendu le long de sa gorge. Juste à cause du contexte, par osmose avec son interlocutrice qui expirait un chaos festif, sa propre chaleur éthylique augmentait de façon croissante sans pourtant qu’elle n’ait bu beaucoup plus.

Le doigt de Lillian s’enfonce dans son muscle, ce à quoi elle répond en faisant cul sec, déposant son verre vide sur le côté.

- Oh, mais moi, je peux tout te dire !

Disant cela, elle se dégagea du bar pour retirer sa veste qu’elle jeta sans plus de cérémonie sur le banc à côté d’elle. Ensuite, utilisant sa main droite, elle désigna son bras gauche, flexant légèrement le muscle de celui-ci avant de l’entendre sur le bar entre elles, ses doigts effleurant presque le haut de son ventre qui était appuyé contre le rebord de comptoir.  

- Modèle italien, fabriqué en 1990. Maintenant, pour la fabrication en soi... Tu vois, en général, quand deux personnes s'aiment très fort, ils baissent, et parfois, ils finissent par faire des enfants, et la plupart du temps, ça – dit-elle en désignant magistralement son bras concerné – … Vient avec.  

Elle lui accorde un clin d’œil, se mord la lèvre inférieure, puis, en regardant les siennes, continue :

- Mais pas pour ce modèle : non ! Le secret, dans ce cas-ci – Dit-elle, cette fois, en passant sa main droite de long de son propre cou pour le désigner, glissant ensuite deux doigts jusqu’au rebord de son débardeur – c’est de prendre deux inconnus.

Histoire vraie, en l’occurrence.

Bon. Dans ce cas-ci, il leur manquerait des ingrédients, mais la marche à suivre demeurait sensiblement applicable.

- Soooo …

À propos de ce verre.



Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Message
Jeu 13 Juil - 1:28

The rule is : old enough to get killed, old enough to drink
Points : 519
Messages : 11
avatar

Bon. Assez joué. Au travail.

Alors... Qu'est-ce qu'on a ici. Nouvelle arrivée, ça, c'est établie. Italienne, parents... On va noter compliqué, pour le moment. Fréquente régulièrement le bar (Excellent goût en établissement). Seule. Évite de parler aux autres. Tendance à l'observation. Ne se laisse pas avoir par mes tours de passe passe classique. Bois du whisky. Remarque très rapidement que mon bras est de haute qualité. Elle est top, d'ailleurs, cette prothèse, mais c'est pas tout le monde qui sait à quel point. Flirt habilement. Est amusée par mon cirque - pas complètement blasée.

Militaire? Non non non. Posture pas assez stricte, trop relâchée. Détective peut être? ...C'est encore un vrai métier détective ou alors c'est que un truc de romans? Peut être barman? Vu ce que je suis en train de faire, on est pas loin du compte non plus.  Détective ça serait plausible. Même avec les yeux virés sur son alcool et les pensées flottantes elle a quand même réussi à capter ma conversation avec l'autre ivrogne, ET à me faire de la répartie. C'est pas tout le monde qui peut me faire de la répartie. Toi tu sais pas me faire de la répartie. Artefact à deux ronds.

Moi aussi je t'emmerde.

Du coups... policière peut être? On va laisser ça en suspens. Elle est au moins plutôt familière avec la magie, assez pour déterminer la valeur de mon bras à l'œil. Donc plutôt beaucoup familière avec la magie. Du coup, nouvelle recrue, mais avec du vécu derrière elle. De l'expérience. Quel genre d'expérience, c'est dur à dire avec ce que je vois et ce que j'ai bu, donc pas besoin d'aller plus loin. Mais elle connait son truc. Peu importe c'est quoi son truc.

Niveau feeling, elle est dans le genre morose ce soir. Les dernières fois ça allait pas mais là elle avait vraiment besoin de se changer les idées. Bien. Bien.

Quoi d'autre. Quoi d'autre. Elle est jolie, ça on a dit. J'pourrais faire les maths pour trouver son age mais si je prend plus que quelques secondes mon temps de réaction va commencer à me trahir. Et j'ai bu. Beaucoup même.

Est-ce qu'on joue safe? Ou alors on gamble et ébloui?

Silly question.

Deux petits verres à shooter sur le comptoir, on saisit la bouteille de Sotch, on sert. D'un seul mouvement, rapidement, expression faciale professionnelle, touche enjouée, charmante - il faut bien continuer à flirter.

Et... deux petites gouttes de ma fiole personnelle. C'est pas donné à faire ces trucs là, mais bon, il faut fidéliser sa clientèle.

"Une petite touche de joie, on the house."


Et chug! Ahhhhhh, c'est fou ce que c'est bon! Meilleur que d'habitude ce whiskey non? Enfin, je l'aime bien mais là c'est... woaaahhhh. Ça réchauffe et tout, même un tout ptit verre!

"Alors détective, avant le prochain verre, qu'est-ce qui vous tracasse en cette siiii belle soirée? Assurément pas la compagnie? Et surtout, how may I help?"

Si les détectives ça existe, et que j'ai raison...

SCOOOOOOOOOOORE.

Sinon who cares? Je rattraperais bien le coup. Je rattrape toujours le coup.

God I'm awesome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mer 26 Juil - 1:25

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1638
Messages : 492
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar

La joue apposée dans sa paume, elle saisit délicatement son shooter du bout des doigts. Malgré la petite démonstration de la barman, sous son nez, les effluves ne laissaient pas deviner autre chose que le whisky. Et un bon whisky, d’ailleurs.

Cul sec.

Elle songea, très brièvement, au fait qu’aucune de ses histoires n’avait mentionné l’art des potions, et ce n’était pourtant pas exactement une expertise innée à tous les barmans. De son côté, l’alcool, ça, elle connaissait, les potions, pas plus qu’il fallait ; mais visiblement, elle allait devoir apprendre si le mélange valait le coup.

En bouche, le scotch était vaguement plus pétillant qu’elle aurait pensé, et une fois le liquide avalé, la texture sur sa langue était douce, de plus en plus légère, comme son humeur d’ailleurs. Sa gorge chatouillait vaguement, mais pas de façon désagréable, comme une bouchée d’air frais.

- Oh, tu sais … Mission de merde avec un plan foireux en perspective. Dit-elle avec un grand sourire. Elle lève alors son verre de whiskey vide, comme pour en prendre une gorgée, puis, réalisant qu’il était déjà vide, le redéposa sur le comptoir et le poussa sur le coté des bouts des doigts.

Qu’importe, c’était un réflexe avant tout, car elle sentait déjà une douce euphorie la gagner sans ressentir le besoin de s’enivrer davantage pour le moment.

Poussant un soupire d’aise, elle étendit à nouveau son bras sur le bar, cette fois, couchant sa tête dans le nœud son épaule en poussant un gloussement de plaisir, fermant les yeux quelques secondes pour mieux apprécier la joie intense qui bouillonnait dans son ventre.

- La soirée et belle, et la compagnie aussi, dit-elle, sans hésiter et sans broncher, presque ronronnant, et ce sera la dernière avant un long moment. Disant cela, elle ouvrit les yeux, contemplant les poissons colorés qui nageaient tranquillement au loin.

Détective. Peu de gens savaient cette information ; soit elle était très bien informée, ou c’était elle puait la force de l’ordre. Dans tous les cas, c’était curieux.

Basculant sa tête sur le côté, elle leva alors sur elle son regard nu de toutes prétentions à la subtilité, un sourire espiègle sur les lèvres, mais peu après, son expression faciale s’amoindrit progressivement vers quelque chose de plus las, de presque contemplatif.

Le problème avec les émotions artificielles, et ce que Victoria découvrait justement, c’est que quand ça retombe, ça retombe fort, et dans son état, ça retombe vite. Son euphorie passée, le vide qui la rongeait déjà semblait d’autant plus profond. Elle ne laissa pas pour autant  transparaitre l’étendue de son down, l’ombre d’un sourire flottant toujours sur ses lèvres.

Se redressant enfin, elle replaça doucement ses cheveux d’un geste de main.

- Aider. Huuuum.  Son sourire grimpa vaguement sur le coin droit. Je peux penser à plein de choses, mais je ne pense pas que ce soit bon pour ta business, continua-t-elle en indiquant l’autre client présent d’un rapide mouvement oculaire, et je dois me lever tôt de toute façon. Disant cela, elle tira vers elle son veston, le posant sur ses genoux. Même si je dois avouer que … Je suis curieuse de savoir tout ce que tu peux encore deviner sur moi. Dit-elle finalement en haussant des épaules de façon décontractée.


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Message
Sam 14 Oct - 21:29

The rule is : old enough to get killed, old enough to drink
Points : 519
Messages : 11
avatar

Je sais plus trop quand j'ai commencé à apprécier les mixtures d'émotions.  C'est arrivé un peu naturellement en fait. L'expérience est plutôt prenante, et bien qu'artificielle, plus vraie que nature. Au début, c'était l'euphorie, mais avec le temps... c'est le crash que j'commence à apprécier. Au fur et à mesure que les émotions fortes disparaisse, une léthargie s'installe. Au début, c'est le côté plutôt pas sympa de la chose, mais éventuellement la léthargie diminue et laisse en place une... sérénité? Quand l'émotion quitte elle emmène avec elle beaucoup plus que ce qu'elle a apporté. Clarté d'esprit. Mélancolie.

Étrangement, ça dé-saoule vite aussi. Peut être une petite erreur de jugement.

...

...Est ce que je penserais si je savais pas que mon jugement était infaillible.

...

Même pas une remarque désobligeante? J'apprécie.

"Nous apprécions le compliment, mais la plus grande fierté de l'Aquarium reste et demeure sa clientèle!"

Sauf les pouilleux. Ils font chier les pouilleux.

Ça y est, le crash. Plutôt normal pour une première fois. Mais c'était plutôt mignon de la voir faire le chaton sur mon comptoir. Note à moi-même: refaire le coup une autre fois. Pour la science. Non. Ne me traite pas d'obsédée. J'accepte pas l'insulte d'un bidule qui a décidé de s'installer spécifiquement entre mes seins.

Si tu dis "Quels seins?" je t'avertis je vais chercher une putain de pioche et je te fais un relooking.

Ahem. Oulah... Voilà....

Les épaules qui tombent, les poumons qui s'ouvrent un peu plus, l'œil un tant soit peut plus perçant... À ce stade je sens à peine le high en prenant les shots de joie. Après tout, les shots sont pas là pour générer l'émotion, juste pour se souvenir qu'elle existe. Mais la suite c'est.... divin.

Non, je suis pas bizarre.

Toi t'es bizarre.

En fait t'es tellement bizarre que t'es le truc le plus bizarre à propos de moi aussi.

Bon la ferme, j'ai du travail.

"Pour la première offre... on s'y reprendra une autre fois, peut-être. Pour la seconde par contre..."

Je m'avance un peu plus, les mains sur le comptoir. Mes yeux creusent directement dans les siens, instinct bienfaiteur et prédateur s'entremêlant subtilement en une expression qui est toute mienne... Enfin... au moins à 50%. Plus trop sûre de savoir quels 50%, cela dit.

"Déjà... dans la posture, la façon de parler, la pesée des mots. Habitude de paraître bien, professionnelle, masquer ses émotions. Classique, en soit, chez les femmes à haut rang. C'est dur d'imposer le respect si on montre de la faiblesse. La solution simple c'est de pas être faible. À la différence de la plupart, par contre, c'est... plus naturel, plus élégant. Compétence innée, en soit."

Est-ce qu'on touche au plus sensible?

Aller, il faudra bien un jour.

"D'habitude, c'est pas spontané. Ça se développe sur une vie. Quand on à quelque chose à se prouver à soi-même ou à un parent."

..... Un peu haineuse l'expression sur cette phrase. On va vite revenir à l'autre. Ça aura pas duré longtemps sûrement qu'elle aura pas remarq- Ouais ok bon. Noyons le poisson.

"Le revers de la médaille, c'est que être ici, c'est pas le premier choix. Trop de tension par rapport à une mission pour être quelqu'un qui a rejoint l'ordre par passion. Mais assez passionnée pour savoir à quel point mon bras est intéressant. Donc, c'est probablement pas par ta décision que tu te tiens ici, devant moi, et pas devant ton ancien bureau."

Je souris un peu plus.

"Vu que je peux pas blairer les hypocrites de la police, mais que je peux bien plus que tolérer ta présence... Je donne pas longtemps à ce que tu te rendes compte que t'es à ta place ici bien plus qu'ailleurs."

Je m'approche encore plus de son visage, proche, très proche. Je ne lâche pas ses yeux. Ma langue passe délicatement sur ma lèvre supérieure.

"Après tout, la compagnie y est bien plus belle."

Je reste, impassible.

Puis je m'éloigne enfin, l'expression un peu sotte et heureuse.

"Et puis, j'étais comment? Détective c'est pas trop mon rayon. Je suis qu'une humble bartender! Je suis sûre que tu peux en dire bien plus sur moi que l'inverse!"

As if.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mar 24 Oct - 22:56

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1638
Messages : 492
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar

Elle était trop lucide et elle contemplait avec une nostalgie précoce le high qui continuait de faire planer la barman. Encore une fois, au moins, elle était assez contagieuse pour faire flotter sur ses joues un sourire que son down n’arrivait pas à tirer avec lui.  

Même lorsque Lillian déclina son offre tandis que Victoria mimant de faire la moue tout en papillonnant des paupières, au coin de ses yeux demeurait l’ombre de son amusement. Puis elle l’écouta lui parler d’elle, ou plutôt, elle la regardera parler ; ses yeux ne se détachant de ses lèves qu’une fois celles-ci trop près des siennes. Elle ferme alors les yeux pour un très court instant avant de les rouvrir devant les siens, presque surprise de la distance, à la fois inexistante et incommensurable, qui persistait entre leurs bouches.  

- Magnifique. Vrai sur toute la ligne. Presque un frôlement. Presque.

Donc, elle avait raison sur toute la ligne… Hormis qu’elle avait bel et bien fait le choix de lâcher son travail et de rejoindre l’ordre. Elle aurait pu rester; elle aurait pu ravaler sa fierté et digérer la malhonnêteté; elle aurait pu continuer en portant le couteau planté dans son dos comme un rappel de ne jamais faire confiance à une institution pour assumer la justice de laquelle elle se vêt.  Mais elle avait raison que ce n’avait été son premier choix. En fait, ça n’avait jamais été son choix du tout du moment où elle était née sur un sanctuaire et que sa formule pour nourrissons n’avait jamais été autre chose que du lait magique.

- Je peux commencer en contredisant ta prétention d’être une humble barman…   Répondit-elle, l’air soudainement un peu plus blasé, glissant sur elle un regard reculé, mais quand même indiscret, seulement plus avec la même intention qu'un instant auparavant. Elle pouvait trop facilement deviner sa musculature et la forme physique incroyable qu’elle incarnait. Et puis, son bras, l’artéfact, était trop précieux pour avoir été déniché par un tartempion. Et avant de l’acquérir, d’ailleurs, pour en arriver à en avoir de besoin… Et puis, les histoires (fausses) pleines de créatures magiques (pourtant réalistes), les potions, les ingrédients rares pour les faire, le sens de l’observation, le venin craché contre le mot parent …

- Mais pense que je suis présentement trop lucide pour continuer cette conversation.   Dit-elle enfin avant d’enfiler son veston.

Ses fesses glissèrent du tabouret et ses pieds trouvèrent le sol, un peu plus dur qu’à ses souvenirs, d’ailleurs.  

- Sauf peut-être pour affirmer que tu sais comment donner envie à ta clientèle de revenir te voir.  
Pas nécessairement, au bar, mais ça va sans dire.


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Message
Hier à 22:13

The rule is : old enough to get killed, old enough to drink
Points : 519
Messages : 11
avatar

Un bar c'est particulier. Ce bar l'est encore plus. Tous les gens qui viennent ici ont du vécu, beaucoup plus de vécu que la majorité de l'humanité peut simplement concevoir, imaginer. Évidemment, je n’échappe en rien à la règle. C'est un peu ça le plaisir. L'Aquarium, c'est un sanctuaire. Un havre de paix, loin de tous les autres problèmes. Peu importe la tempête qui attend, ici, on est saufs.

C'est pour ça que j'ai ouvert l'endroit, et c'est pour ça que je continue. J'ai un rôle à jouer ici, bien plus profond que les potions, tout aussi important que les missions. Je me dois d'être une oasis, pour tous ceux qui continuent de se battre, là où moi j'ai tiré ma révérence. Et c'est tout à fait O.K. comme ça. Même si tu continues de me casser les couilles, Emett.

La nouvelle? Qu'est-ce que j'en pense?

Intéressante. Elle risque de durer un bon moment. Elle est pas sure de son coup pour le moment, mais j'pense bien qu'elle va trouver sa place ici. On la reverra bien assez tôt.

Si elle se fait pas buter, ou autre.

C'est vite arrivé, dans le métier.

Ça aussi, ça fait partie du boulot.

On peut pas servir un verre de la même façon quand chacun a le potentiel d'être le dernier. C'est...excitant, à sa façon.

Ouf, la nostalgie elle tape fort ce soir. Ça devrait bientôt finir malheureusement. J'adore ces trucs, c'est pas pour rien que je garde un aussi gros stock d'avance.

Mais bon. Humble? Moi? Bien sure que je suis humble. Je suis tellement humble que j'la mets au défi de trouver une seule salope plus humble que moi. J'vais leur montrer moi ce que c'est, l'humilité. En vrai c'est sûr que ce genre de blague c'est plus marrant quand on les prononce, mais en vrai, je fatigue. Et elle aussi. Elle se lève, elle s'apprête à partir.

En regardant son cul vite fait pendant qu'elle s'éloigne, je peux pas m'empêcher de me dire qu'elle va s'en sortir. Elle est faite pour durer celle-là. C'est pas le genre qui va faire défaut du jour au lendemain. J'aurais qu'à prier pour son succès. Comme pour celui de tous les autres.

...Plutôt pas mal en vrai. Vraiment plutôt pas mal.

Je m'incline. C'est la fin de sa soirée. La mienne va continuer encore un peu, mais à ce rythme, le gros est terminé de mon côté aussi. Pas plus mal, je suis plus trop d'humeur de toute façon.

"Thanks for coming, we do pray we will be seeing you again."

On attend avec impatience, eh, Emett?

...I need a beer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

À défaut de vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» il faut sauver le soldat ryan
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» [Recherche] Voici les Bionicle qu'il me faut absolument
» [Règle] Rebond et dextérité
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville :: l'Aquarium-