LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS

















[RP Flash back – 2008][PV Ayla] L'ami des bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
Sam 20 Oct - 7:25

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

Contexte : 2008. Ayla a 12 ans et suis son père, consultant expert en potion, au Japon, pour une durée d’un an. Celui-ci vient rendre visite aux parents d’Ayumu, tous 2 amis de longue date. Ayumu a alors 19 ans et suis des études d’anthropologie à distance.

Ayumu releva la tête de son cahier. Les corbeaux étaient particulièrement bruyants aujourd’hui. Le jeune homme les observa un moment par l’interstice des cloisons ouvertes qui laissaient rentrer un air un peu frais mais pas désagréable. Il n’avait qu’une envie, se lever et aller voir de quoi il en retournait.
Il vérifia l’heure sur la vieille horloge accrochée au mur. 13h12. Sa mère lui avait expressément demandé d’être présent pour accueillir un ami qui devait leur rendre visite vers 14h. S’il faisait vite…
Un bruit plus fort que les autres le tira de ses réflexions. Un petit caillou se trouvait sur le bois usé de la veranda. Son regard croisa celui du corbeau monté à son niveau. Le doute n’était plus permis.

Ayumu referma cahier et livre, se saisi de son sac à bandoulière qu’il traînait partout avec lui, et ramena machinalement ses cheveux devant son œil droit. Il avait laissé pousser ses cheveux depuis l’accident avec l’Oomukade, dissimulant ainsi aux yeux de sa mère la cicatrice qui lui faisait détourner le regard avec un pincement de lèvres quand elle la voyait. Il avait essayé de porter un cache œil, mais le contact du coton sur son visage l’agaçait énormément. C’était au final plus supportable d’utiliser ses cheveux comme écran.

Le jeune homme sorti dans le jardin, prenant garde de refermer doucement le shoji derrière lui. Les corbeau ne s’envolèrent pas à son approche, semblant l’attendre. Ayumu vérifia que le jardin était désert. Il pouvait entendre 2 miko occupées à l’entretien du sanctuaire non loin, mais c’était tout. Il entendit les corbeaux s’envoler doucement, et les suivi à l’extérieur du sanctuaire shinto pour rejoindre, sans surprise, le sanctuaire magique.

Les feuilles mortes craquaient sous ses pas, et les couleurs de la forêt se mariaient avec celles de ses cheveux. Il aimait bien l’automne pour ça. C’était un de ces moments ou il se sentait plus intégré à son environnement que d’habitude. Sa main effleurait les arbres au passage, l’aidant à évaluer les distances et à ne pas leur rentrer dedans. Il n’était toujours pas parfaitement habitué à ne voir que d’un œil.

Sans raison apparente, les corbeaux s’éparpillèrent soudainement dans une envolée de plumes, croassant bruyamment. Dans le silence soudain, Ayumu perçu un grognement et un bruit de feuille non loin. C’est alors qu’il l’aperçu. Un jeune kitsune – il n’avait que 2 queues – qui boitait en grognant sous l’effet de la douleur infligée par la blessure apparente sur sa patte arrière gauche.

« Hey »

La créature se tétanisa, le fixant avec un regard empli de méfiance. Ayumu s’accroupit doucement avant de poser un genou à terre, se faisant le moins grand et le moins menaçant possible. Tout doucement, il se rapprocha avant de tendre une main bandée vers la créature blessée. Sans prévenir, le kitsune mordis la main tendue. Heureusement pour Ayumu, le bandage protégea sa main des crocs, et la morsure n’était pas si forte. Il sentait tout juste les pointes de ses crocs plantées dans la chair de sa main.

« Voilà, doucement. Ça va, regarde. Doucement ».

Il resta un long moment ainsi, le jeune kitsune diminuant son emprise mais ne le relâchant pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 20 Oct - 11:16

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Plantée là avec un sourire aux lèvres, j’attends patiemment que le quart d'heure de politesse s'écoule. Ces quelques minutes imposées par une convention social tacite, celle qui juge du temps minimum à passer aux cotés adultes lors des réunions familiales ou des visites amicales. Ces quelques minutes à sourire, à remercier pour les compliments, en faire quelques uns. Rien de vraiment difficile en temps normal, mais en temps normal ça ne se fait pas dans un endroit aussi fantastique que celui-ci.
Un sanctuaire.
Un vrai. C'est trop rare que j'y mette les pieds pour perdre trop de temps à écouter mon père me mettre la honte avec tout un tas d'histoires sur mes exploits de petites filles. Surtout que j'suis plus si petite que ça. Alors, je profite d'une anecdote sur leur passé commun pour demander gentiment à pouvoir aller « jouer ». On ne me refuse pas ce plaisir, surtout s'il est accompagné d'un sourire radieux et d'un regard suppliant. La seule condition : Ne pars pas trop loin et sois sage. Je suis toujours sage, et la notion de « loin » au final, c'est assez subjectif.
Un peu trop ravie de m'éclipser, j'ajuste mon sac sur mon dos pour me précipiter dehors avant qu'ils ne changent d'avis. L'endroit est magnifique. Le Japon est magnifique. Rien à voir avec le paysage aride et montagneux de Turquie, et, même si les couleurs chaudes et les longues montagnes escarpées ont tendance à me manquer, je dois bien avouer que les forêts japonaises et leurs couleurs d'automnes ont quelque chose de particulièrement envoûtantes.
Elles le sont encore plus quand on sait qu'elles cachent des merveilles.
J'avance aussi discrètement qu'il m'est possible de l'être. Avec ma taille d’asperge, mes cheveux blonds et mes yeux verts, je dois avouer que je jure assez dans le décor, pourtant, c'est pas faute d'essayer ! Par chance, ou par hasard, je distingue des voix s'éloigner de moi et distingue au loin les couleurs rouge et blanche des tissus long que portent les prêtresses. L’élégance de l'habit me laisse pantoise une seconde, juste une seconde avant de reprendre mes esprits et de me focaliser sur mon objectif principal. M'incruster dans le sanctuaire...
Pas loin, juste devant. Quelques pas, pas plus. Mais ces quelques pas se transforment rapidement en quelques pas de plus, et encore, et encore. Le nez en l'air, je perds rapidement la notion des distances et ne m'inquiète que très brièvement. Je ne suis pas si loin que ça, et je suis sage de toute manière.
Téléphone à la main, je contemple un bosquet d'arbres aux couleurs chatoyantes et immortalise immédiatement l'instant d'un cliché parfait. Pas besoin de filtre pour celui-là.
Fière de ce premier rendu, je poursuis ma visite clandestine des lieux, espérant de tout cœur tomber sur quelque chose de spécial. Quelque chose qui vaut bien de se faire un peu engueuler par son papa poule de père.
A peine espéré et déjà exhaussé.
Le bruit d'un froissement se fait entendre. Des feuilles qu'on piétine, un grognement léger. Mon corps se raidit par réflexe, j'en retiens ma respiration pour contenir l’excitation mêlée à une toute petite pointe d'angoisse. Y'a quelque chose ! Vraiment quelques choses.
Sur la pointe des pieds, je me faufile discrètement en direction du bruit et sort la tête d'un buisson sauvage pour tomber quasi nez à nez avec un homme.
Un peu décevant comme découverte.
La déception n'a pas le temps de s'installer qu'elle se fait balayer par la stupéfaction. L'homme n'est pas seul, en face de lui, trop proche de lui, un renard, du moins c'est ce que la plupart des gens voient. Moi je vois quelque chose d'autre, canidé certes, mais d'une beauté différente et doté de deux queues hérissées.
Un Kitsune.
Les yeux écarquillés par la surprise de cette première rencontre, ma bouche s’arrondit elle aussi pour formuler un « oh » d'admiration. Une joie éphémère elle aussi, rapidement chassé par la réalité. La créature mord le jeune homme. Elle attaque. Où peut être est ce l’inverse ? Un rapide coup d’œil sur le garçon ne me présage rien de bon. Cicatrices, cheveux roux.
Qu'est ce qu'il vient faire dans un endroit pareil !

« Hé ! Qu'est ce que tu fais! Laisse le tranquille ! »


Braconnier. Chasseur de créatures, les possibilités sont vastes, mais rien ne me fait peur. Avec tout le courage et la témérité que peut faire preuve une gamine de mon âge, je braque mon regard dans celui du rouquin, certaine que la vision d'une blondinette aux aires d'écolière et à la tignasse parsemée de feuilles mortes allait l'intimider comme il fallait. J'y ajoute les sourcils froncés et les lèvres pincés, des fois que ce ne soit pas assez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 20 Oct - 12:46

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

Ce jeune kitsune était étrangement méfiant. Bien sur, la douleur et la peur peuvent altérer le jugement, mais tout de même… C’était ainsi depuis quelques années. Depuis 2008. Ayumu n’était pas au courant de tous les détails, mais par le biais de ses parents, avait notion des bouleversements qui avaient secoués le monde magique et l’ordre des chevaliers.

La créature avait presque relâché son étreinte, lorsqu’une voix de jeune fille perça le silence de la forêt. Surpris, Ayumu tourna la tête vers elle tandis que le kitsune resserrait les crocs, reprenant une posture défensive.

« Que… Ah... »

Les dents serrées, Ayumu se força à rester coi, même si la douleur et la sensation du sang qui imbibait son bandage lui indiquait clairement que finalement, la morsure serait plus gênante que prévue. Mais il avait déjà un bandage hier donc sa mère ne remarquerait rien. Est-ce qu’il aurait le temps de le refaire avant d’aller accueillir le visiteur ? Ho non le visiteur, quelle heure était-il ?

Le jeune kitsune relâcha soudainement son étreinte, comme dérangé par le goût du sang, et recula de quelques pas. Ayumu ramena sa main contre lui, prenant le temps d’analyser ce qu’il voyait. Elle avait l’air jeune, peut-être 14 ans ? Et clairement pas japonaise. Une petite voix au fond de sa tête lui fit la remarque que lui non plus, mais il l’ignora. C’est à ce moment qu’il réalisa qu’elle avait parlé en anglais juste avant. D’où sortait-elle ? Et voyait-elle les créatures magiques, ou un simple renard ?

Il jeta un coup d’œil au kitsune qui n’avait pas bougé. Bon, il pouvait se préoccuper d’elle un instant. Il se plaça inconsciemment entre elle le et le kitsune, et fit un petit effort conscient pour passer à l’anglais. Il le comprenait mais ne le pratiquait pas tant que ça au final, tout le monde parlait japonais à la maison.

« Tu es perdue ? Le sanctuaire Omoriinari se trouve plus bas »


Les touristes égarés n’étaient pas légions mais suffisamment fréquent pour que le pattern se soit reproduit plusieurs fois. Mais jusqu’à présent, ça n’avait jamais été dans ce genre de situation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 20 Oct - 14:36

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Raté. Mes compétence d'intimidation sont certainement à revoir. Le garçon se tourne vers moi, laissant le renard mythique resserrer son emprise sur son assaillant. Soit ce braconnier est franchement nul, soit y a eu méprise sur la situation. À bien y regarder le jeune homme semble plutôt offrir sa main à la créature. Cette dernière finit par lâcher prise, la gueule en sang et le regard toujours méfiant, elle fait quelques pas en arrière sans quitter le rouquin des yeux, prêt à croquer de nouveau en cas de danger. Si la situation m'échappe un peu, la vision de la main ensanglantée elle, est nettement plus concrète.
Du sang. Du vrai sang.
Un frisson d'horreur se mêle au sentiment de panique alors que le garçon se redresse pour venir me faire face. Machinalement, mon corps se tend alors que mon regard ne quitte plus le bandage ensanglanté. Comme par réflexe mes mains se resserrent sur le téléphone, j'envisage une seconde de lui balancer au visage pour faire diversion et prendre la fuite.. Mais l'idée de perdre une chose aussi précieuse simplement pour survivre me semble un tantinet précipité. Et puis il a pas l'air méchant.
Juste étrange.
Les choses étranges sont souvent les meilleures choses au monde justement parce qu'elles sont différentes. Planté sur mes pieds, je tente de me redresser le plus possible dans l'espoir de me rendre plus intimidante que je ne le suis. Le garçon parle anglais. Un Anglais avec léger accent.. Mais de l'anglais quand même.
Ses mots me laissent une seconde penaude, réalisant seulement l'étendu du mal entendu, et mon visage, d'ordinaire si pâle, se teint d'un rouge parfaitement assorti aux feuilles de la saison.

« Non.. Je.. suis pas perdu.. mais.. qu'est ce que tu fais avec ce Kitsune... T’essaies pas de l'attraper  ou de lui faire du mal  hein !?.. »


Quoi qu'au vu de sa main meurtri, c'est certainement l’inverse. Mes yeux ronds se posent sur la blessure, impressionnée par cette dernière et par le calme qui émanait du garçon. Se faire manger la main par une créature magique et rester aussi zen.. C'est définitivement étrange.
La surprise passé, quelques questions se bousculent dans ma tête et me laissent plus méfiante. J'en plisse même les yeux pour planter un regard suspicieux dans celui du garçon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 20 Oct - 15:09

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

La jeune fille se raidit, visiblement embarrassée, et répondit précipitamment, s’inquiétant du sort du kitsune. Les yeux d’Ayumu s’écarquillèrent de surprise. Kitsune ? L’utilisation du mot en anglais ne posait pas d’ambiguïté sur le sens de sa phrase, contrairement en japonais ou le mot pouvait tout simplement signifier « renard ». Comment se faisait-il qu’une enfant seule puisse voir les créatures fantastiques ? En était une elle-même ?

Il suivi son regard sur sa main blessée, qu’il dissimula aussitôt derrière son dos comme un enfant pris en faute.

« Il est blessé, et il a peur… J’essaye de l’aider. »

Ayumu n’avait aucune idée de qui il s’agissait, mais au final, ce n’était pas vraiment important. Elle s’inquiétait du sort du kitsune, et présentement, c’était tout ce qui comptait. Ayumu offrit un petit sourire en réponse au regard suspicieux de la jeune fille.

« Tu veux m’aider ? Il ne devrait pas te faire de mal, il en déjà assez outré d’avoir du goûter mon sang »

Il rit doucement comme s’il avait sorti une bonne blague. Le kitsune quand à lui, considérait la situation avec suspicion, mais déjà moins de peur. Jeune et immature, il ne parlait pas encore le langage des hommes, mais était en mesure de comprendre leurs intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 3:46

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Finalement, il ne semble pas si malveillant que ça. Ou alors il est bon comédien.. Mais j'ai envie de croire que je me suis simplement un peu trop précipité.. Comme beaucoup de fois. Il dissimule sa main et marmonne quelques explications. La créature est blessée, il essaie de l'aider. Jusque là c'est crédible, assez pour me faire oublier l'air un peu inquiétant qu'il a avec tout ces bandages et ces cicatrices.
En plus, il me propose de l'aider.
Ça sort tellement de nul par que ma première réaction est simplement de le contempler avec l'expression d'un poisson mort. Je peux l'aider ? Pour de vrai ? En règle générale, quand je viens à croiser une créature pendant mes instants de fouinage, on m'expédie vite fait ailleurs sous prétexte que : C'est le travail des adultes.
Pour une fois que y'en a un qui a besoin de mon aide, parce que c'est certain que c'est le cas, je ne vais pas m'en priver ! Mon visage s'illumine d'un sourire alors qu'il tente de faire de l'humour comme il peu.

« Vu sa tête, tu dois pas être si bon que ça... On t'a jamais dit qu'il fallait pas donner sa main à manger aux créatures sauvages ? »

Sans bouger de ma place, je décale légèrement mon corps pour contempler la créature toujours à quelques mètres de nous, ses yeux toujours rivés sur la scène à guetter nos moindres faits et gestes.
Ce garçon essaye donc de l'aider, donc, ci ce n'est pas un chasseur ou un braconnier et qu'il peut voir les créatures.. alors..

« T'es un chevalier ?! »

Cette révélation me saute à l'esprit comme une évidence. Encore une fois, je me précipite sur une conclusion sans même lui laisser le temps de s'expliquer. Mais le nombre de chevalier officiel croisé jusqu'ici ce compte sur les doigts de la main, et en général, c'est souvent des amis de mon père, ce qui se résume à un paquet de personnes ayant passé la quarantaine. C'est la première fois que j'en vois un qui semble n'avoir pas plus de 20 ans.
J'ai bien fait de ne pas être trop sage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 7:12

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

Ayumu haussa légèrement les sourcils, surpris par la réaction globalement enfantine de son interlocutrice qui resta un instant figé sur place après sa proposition. Mais l’énergie qui l’habitait repris vite le dessus alors qu’elle lui faisait la morale sur l’attitude à adopter auprès des créatures fantastiques. Oui bon, il avait été un peu vite en besogne… Cela dit si elle n’était pas intervenue, il ne l’aurait pas réellement mordu. Mais il ne lui en voulait pas. Sa réaction protectrice à l'encontre du kitsune la rendait clairement appréciable à ses yeux, peut importe le reste.

La question le pris de court. Chevalier, lui ? Il avait un ressenti assez partagé au sujet des chevaliers. Plus jeune il avait commencé à caresser l’espoir d’en devenir un. 2 ans auparavant, on lui avait fait comprendre que s’il ne changeait pas d’attitude, il ne deviendrait jamais un chevalier. Depuis le déception faisait place à une sorte d’aversion envers les créatures fantastiques. Au final,  les chevaliers s’inquiétaient plus du bien être des humains que de celui des créatures. C’était facile de parler d’un équilibre entre les 2 mondes quand l’un des 2 était bien plus favorisé que l’autre.

L’idée lui traversa l’esprit que peut-être ELLE était un chevalier, mais il repoussa l’idée bien vite. Trop jeune, bien trop jeune. Cependant, la réflexion lui fit revenir en mémoire une bribe de conversation écouté d’une oreille. Le visiteur d’aujourd’hui n’était pas censé être accompagné d’une enfant ?
Ok, ça, on verrait plus tard. Ce n’était clairement pas l’urgence du moment.

« Non, désolé… » Il détourna le visage, embarrassé « Allez, approche toi. Doucement »

Demanda t-il, cherchant à remettre l’interaction sur des rails plus intéressants, à savoir s’occuper du jeune kitsune tendu derrière lui. Il se retourna vers lui. Il était toujours sur le qui vive mais semblait déjà plus rassuré. Ayumu regretta de ne pas avoir de tofu fris sur lui, cela aurait rendu les choses beaucoup plus simples.

« Laisse moi regarder ta patte s’il te plait »

Il était repassé au japonais de manière presque inconsciente pour lui parler. Il tendit sa main gauche, espérant de ne pas se faire mordre une 2eme fois – autant il prêtait peu d’importance aux blessures récoltées ici et la du moment que les créatures entraient en compte, autant avoir les 2 mains blessées pouvait vite se réveler très contraignant – et constata avec soulagement que le kitsune renifla doucement sa main sans animosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 11:22

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Non ? Pourtant, il y ressemble assez. Du moins, à l'idée que je m'en faisais. Pourquoi est ce qu'il essaie d'aider ce petit Kitsune alors ? Même si un bon nombre de questions persistent, une part de moi me souffle qu'au fond je me fiche bien de savoir ce qu'il fait là. Il y est et il me propose de l'aider. Y'a pas à chercher plus loin pour l'instant.
J’exécute son ordre en approchant sur la pointe des pieds, les mains solidement encrées sur les bretelles de mon sac à dos. La créature nous observe une seconde, toujours assez méfiante même si aucun signe d'hostilité est à noter. Même si elle est plutôt petite, presque un bébé en fait, elle risque de nous blesser une fois de plus. Mais cette perspective ne semble pas arrêter le rouquin qui tend une fois de plus sa main pour l'inciter à se laisser toucher. Il n'a même pas prit le temps de soigner la plaie sur son autre main, qui que ce soit il a une détermination à toute épreuve.
Et mon père ose dire que je suis une tête de mule.. Il a pas vu celle là !
J'observe sans un bruit, retenant presque ma respiration alors que le jeune homme se met soudainement à parler Japonais. Un Japonais parfait, pourtant, il n'a pas vraiment la tête des gens local. Je cache à peine ma surprise, me fends même d'un sourire, maintenant, je sais ce que ressente la moitié des gens quand je leur parle turque sans aucune difficulté. Les mois passés ici m'ont enseigné quelques bases, je crois qu'il lui demande sa patte ou quelque chose comme ça.
Par chance, cette fois, le Kitsune se contente de renifler la main sans la mordre. On avance ! Pour l'aider à nous faire confiance, une idée me vient à l'esprit. Très délicatement, je fais glisser une lanière de mon sac pour venir l'ouvrir avec lenteur et maîtrise, à croire qu'il pouvait exploser à toute seconde. J'en sors finalement ce qu'il me reste du bento emporté ce matin. Avant de passé ici moi et mon père avions déjeuné en forêt. Si j'avais su que je croiserais un Kitsune perdu et terrifié, j'y serais allé mollo sur la viande. Il va devoir se contenter de ce qu'il reste, c'est à dire une boulette de riz et une brochette au poulet. J'attrape cette dernière et la glisse lentement jusque dans la main du rouquin.

« Ce sera sûrement meilleur que tes doigts. »

On n'est pas supposé nourrir les créatures sauvages, mais la, c'est un cas de force majeure, et puis, créatures magiques ou simples animaux, la manière la plus simple de les amadouer, c'est encore avec de bonnes choses à manger.. Et c'est aussi vrai pour les humains à y réfléchir.
Contente de mon action, je relève la tête dans une fierté à peine dissimulé et adresse à mon compagnon de rescousse un large sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 13:21

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

Ayumu entendit la jeune fille s’agenouiller à coté de lui et fourrager dans son sac, prenant garde de ne pas effrayer le kitsune. Il en profita pour examiner visuellement la patte blessée. Ca avait l’air d’une vilaine coupure, avec un éclat dedans ? Il ne voyait pas bien sous les poils, il faudrait qu’il puisse le manipuler pour aller plus loin. Enfin, au moins ça semblait purement matériel et pas magique, ce qui simplifiait beaucoup les choses.

Son acolyte imprévue ouvrit une boite à bento contenant un reste de nourriture qui intéressa vivement le kitsune. Elle lui plaça la brochette à peine entamée dans la main avec fierté. Il lui sourit avec appréciation.

« Excellent assistante ! »

Il ôta un morceau de viande qu’il fit gouter au kitsune. Celui-ci ne se fit pas prier et commencer à déguster la viande, ses 2 queues remuant en rythme. Ayumu quand a lui, était confronté à un dilemme. Il lui avait proposé de l’aider oui, mais il ne pouvait pas lui demander de maintenir la créature pendant qu’il lui otait le corps étranger, il ne pouvait risquer qu’elle se fasse blesser. Mais lui demander d’ôter l’élément sans savoir ce que c’était, n’étais-ce pas pire ? Et elle semblait impressionnée par la vue du sang. Bon, en même temps une morsure de jeune kitsune, ça se soignait facilement. Et ce n’était pas comme s’il aurait des compte à rendre à ses parents après. Et ce n’était même pas sur qu’il la morde !

« J’ai l’impression qu’il a quelque chose planté dans la patte arrière… Je vais regarder pendant que tu le distraira avec la nourriture. Normalement il ne devrait pas te mordre, mais si ça arrive il a de toutes petites canines, ça se soigne facilement, j’ai l’habitude.» "Et puis tu ne vas pas la croquer kitsune-san n'est-ce pas ? "

Il marqua un temps d’arrêt, comme s’il pensait soudainement à quelque chose.

« Ah, il doit me rester un bandage dans mon sac, si tu veux enrouler ta main en protection. »

Ayumu aurait définitivement fait un parfait baby sitter, quel sens du détail.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 14:44

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Décidément, le rôle d'assistante me va à merveille. C'est toujours avec cette pointe de fierté dans le regard que j'observe le garçon nourrir le jeune Kitsune affamé. Il se jette sur la boulette et semble apprécier de se remplir un peu le ventre. Parfait ! L’excitation présente est difficile à contenir, mais le calme du jeune homme parvient à éviter tout débordement. Après tout, ce Kitsune est tout de même sauvage. Quasi au garde-à-vous, j’attends et exécute ses ordres sans la moindre hésitation.
Après analyse rapide de la créature, cette dernière semble effectivement blessé à la patte arrière. Il a l'oeil en tout cas, peut être que c'est un apprenti Chevalier ou un consultant... Je serais incapable de repérer ce genre de blessure du premier coup d’œil.
Toujours un peu admirative face au rouquin, je me contente de hocher la tête à ses remarques avant même de les avoirs vraiment comprises. Le nourrir pendant qu'il le soigne. Faire attention aux canines.. s'il mord c'est pas si grave. Une pointe d'angoisse s'accompagne au stress, c'est la première fois que je suis aussi prêt d'une créature qui n'est pas une Fée ou un Nipsie.
Il faut faire bonne impression !
Il me propose de prendre un bandage pour protéger ma main, c'est vrais que c'est une bonne idée pour minimiser les risques de blessures. Je suis sur le point d'accepter, mais mon regard se pose sur la main ensanglantée du jeune homme. Il s'est blessé pour aider ce Kitsune, alors, une part de moi veux prouver que je suis tout aussi capable de faire preuve d'autant de courage qu'un adulte comme lui. La tête haute, je lui réponds avec toute l'assurance et l'audace des gamins qu'ont peur de rien.

« Non c'est bon.. Je suis sûr que ça ira bien.. »

J'arrive à m'en convaincre et parviens même à ne pas trembler en approchant une boulette de la gueule du Kitsune. J’essaie d'être délicate, mais mon corps à le réflexe de retirer vivement ma main une fois que la créature s'est saisie de la viande. Heureusement, le geste ne semble pas l'inquiéter.. J'en soupir de soulagement et me rappelle que je suis supposé avoir l'air sûr de moi, alors, je me redresse comme si rien ne s'était passé et tend cette fois le reste de riz, plus confiante de secondes en secondes.

« Il est très mignon en faite.. Je me demande comment il s'est blessé le pauvre.. »

La paume à plat, je sens sa langue me lécher le bout des doigts pour profiter des quelques grains de riz encore collés. Le bento s'amenuise et il ne me reste plus que des cookies pour finir.. Pas certain que ce soit la meilleure alimentation possible pour ce genre de créatures.. Mentalement, je repasse en revue le contenu de mon sac des fois que quelque chose de comestible pour créature y ai été oublié. Malheureusement, mis à part quelques pierres, plantes et autres végétaux magiques ou non dédiés aux potions... mais c'est peut-être une idée.

« J'ai des trucs pour la cicatrisation si tu veux. »


Pour le Kitsune, ou pour lui. Après tout, l'un comme l'autre étaient blessés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 21 Oct - 16:02

Recrue
Points : 133
Messages : 21
Habitation permanente : Chez papa maman
Occupation : Consultant / aide veterinaire / prof de dessin d'anatomie
avatar

Trop concentré sur le kitsune, Ayumu ne perçut pas la crainte tapis derrière les mots de la jeune fille, prenant son assurance pour argent comptant, et se contenta de hocher distraitement la tête, avant de concentrer son attention sur le jeune kitsune.

Il entrepris d’écarter les poils sur sa patte pour mieux observer la plaie tandis qu’elle le nourrissait. Comme prévu, il s’était enfoncé quelque chose. Un petit éclat de… Verre ? Du verre de bouteille sûrement. Ayumu contint son agacement face à la découverte. Les gens ne pouvaient-ils pas respecter un minimum la forêt plutôt que d’y balancer leurs déchets ? Le Japon avait cet image de pays propre, mais la vérité était tout autre. Le japonais moyen, s’il n’était pas observé, avait tendance à se défaire de ses ordures comme il le pouvait. Les bouteilles brisées en pleine forêt étaient dangereuses pour les créatures vivantes et pouvaient occasionner des feu de forêt dévastateurs.

Il ne répondit pas à la question, occupé à réfléchir au meilleur moment pour retirer l’éclat. Lorsque Ayla mentionna avoir de quoi le soigner, il la regarda avec intérêt.

« Ah, très bien. Comme il va repartir après, on ne peut pas lui faire de bandage. Il n’est pas gravement blessé, quand il retrouvera ses parents ça ira. Par contre il faut quelque chose qu’il puisse lécher. C’est à base de plantes ? »


Ayla ocha vivement la tête, sortant de son sac une fiole contenant un onguent fait maison. Ayumu retint une petite moue. Elle était pleine de bonne volonté, mais il ne connaissait rien sur ses capacité en terme de fabrication d’onguents et n’avait pas envie de mettre n’importe quoi sur la plaie du kitsune… Il ouvrit le flacon, reniflant le contenu avant d’en verser sur ses doigts pour goûter. Reconnaissant l’amertume typique du millepertuis, il eut un petit soupir rassuré. Même mal préparé, ça ne pouvait pas faire de mal. Lui de son coté n'avait pas d'onguent sur lui, donc....

« Bien. Je vais enlever le morceau de verre. »

Il laissa quelques instant à Ayla pour se positionner, avant de retirer le bout de verre d’un geste sec. Le kitsune glapit mais ne chercha pas à mordre, au contraire il chercha à se dégager, appuyant vivement sur le sol avant ses pattes avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 22 Oct - 5:10

Recrue
Points : 516
Messages : 31
Habitation permanente : Un appartement à Ankara en Turquie / Les auberges de jeunesses un peu partout dans le monde.
Occupation : Consultante
avatar

Je savais que les cours de potions de mon père seraient utiles, mais je ne m'attendais pas à ce qu'ils le soient aussi vite ! Sachant que nous rendions visite à des gens de l'Ordre, j'ai troqué mon sac de cours contre celui d'apprenti chevalière en devenir. Ce dernier est bien évidement bourré d'ingrédient divers et varié, de plantes, de pierres, de flacons en tout genre et de récipient aux formes et tailles diverses. Du coup, forcément, de temps en temps ça sert ! Comme ce garçon se montre intéressé par ce que j'ai à proposé, j'abandonne la boite à bento sous la truffe du Kitsune qui se fait un plaisir de lécher ce qu'il reste de sauces.
Une main dans le sac, j'en sort un onguent à base d’argile verte et de millepertuis. Le rouquin s'en saisie et l'observe sous toutes les coutures, allant même jusqu'à en goûter la mixture. Je me sens un peu comme en face d'un prof en train d'examiner mon devoir. Est ce que c'est bien ? Il à l'air satisfait ? C'est bon signe ? Dansant nerveusement d'un pied sur l'autre, j’attends son jugement et souris de plus belle face à son approbation silencieuse.
Je l'ai fait moi même en plus, alors, j'en suis d'autant plus fière, reboosté une bonne fois pour toute et prête à crapahuter à travers toute la foret pour sauver toutes les créatures sur mon chemin !
Mais faut peut être commencer par celle ci.

« Prête ! »

Je crois.
Oui.
Quoi que non.
En tendant de nouveau le bento vers le Kitsune, je n'ai pas le temps de paniquer que le garçon s'est déjà chargé de retirer de morceau de verre. L'animal n'est pas le seul à glapir pour le coup puisqu'un petit cri m'échappe. Un réflexe à sa détresse et à la surprise. En tout cas c'était plutôt rapide comme intervention !

« Waa... c'est finit ? On l'a sauvé ? »


C'est pas si compliqué, quoi qu'un peu impressionnant. La créature, visiblement toujours gênée par la douleur, se met à remuer d'une patte à l'autre, cherchant à s'enfuir, je tente de lui faire oublier la tourmente à grand coup de reste de boulettes et de salade en sauce. Vu le peu qu'il restait, on a plutôt intérêt à se dépêcher.. Surtout que la pauvre bête à l'aire de vouloir retrouver sa liberté mine de rien.

« Tu peux tout prendre ! Je m'en referais ! »

Autant que mes mixtures servent à quelque chose d'utile ! Pour une fois que c'est quelqu'un d'autre que mon père qui les testes en plus... Y'a rien qui me rend plus fière que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

[RP Flash back – 2008][PV Ayla] L'ami des bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Flash-back
» [Software] Screen des prochains Jeu flash bionicle 2008
» [Web] Preview Bionicle.com été 2008
» [Shop] Le site LEGO fait du rabais sur les 2008
» [Dérivé] Nouvelles cartes BIONICLE 2008
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Asie-