LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS














Home sweet home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Lun 10 Sep - 9:19

Recrue
Points : 1150
Messages : 56
avatar



Après une mission
Dans l’eau pour laver sa peau
L’odeur du citron

Foyer, doux foyer.

Tandis qu’il chassait la moiteur de ses cheveux à l’aide de la serviette, Ether ouvrit grand la porte pour laisser s’échapper les vapeurs humides qui règnent dans la petite salle de bain. Une fois la buée qui rongeait le miroir enfuie, Ether inspecta sa barbe naissante, piquante, blanche et, tout compte fait, pas assez visible pour qu’il ressente le besoin urgent de la raser pendant son congé. Finalement, il se tourna pour observer la blessure qui rayait son dos, admirant son cul au passage, avant de maladroitement appliquer de l’onguent non sans se contorsionner dans une suite de positions inconfortables et moyennement efficaces. Un petit coup de déodorant sous les bras plus tard, il commença à se diriger vers le salon.

Ether était fin prêt pour une soirée de parfait glandage. Ça lui arrivait pas souvent… Peut-être deux ou trois fois par an, mais aujourd’hui il était bien déterminé à passer la soirée nu et seul sur son canapé à écouter des dessins animés sur Netflix en mangeant des cochonneries. Il avait même acheté du popcorn sucré, des croustilles et des réglisses qui reposaient patiemment sur le comptoir de la cuisine.  

Il s’arrêta net quand, au détour du salon, il aperçut une silhouette près du canapé, près de son citronnier. Ce citronnier qu’il aimait voir grandir, mais qu’il n’avait pas toujours l’occasion de bichonner … Et c’était justement pour cela qu’il avait littéralement harcelé Danaé, une bonne poire qu’il ne connaissait que de réputation, pour qu’elle vienne s’en occuper à sa place. Évidemment, elle n’avait eu aucun moyen de savoir la date exacte de son retour, alors qu’Ether n’avait jamais pensé à l’en aviser. À vrai dire, il n’aurait jamais même imaginé se retrouver une telle situation… L’arbre n’avait besoin d’être arrosé qu’aux deux semaines et vu le peu de temps qu’il passait chez lui, il aurait aussi bien pu ne jamais la croiser en plusieurs mois. Bref, il comprit rapidement de qui il s’agissait et de ce qu’elle faisait chez lui, mais ça ne l’empêcha de se figer comme un animal sauvage surpris par les phares d’une voiture.

Il n'osait pas bouger ou emmètre le moindre son de peur qu’elle le remarque, lui et sa nudité intégrale. Immobile et tendu, Ether n’avait ni serviette ni vêtement à portée de main, mais il était prêt à se retourner au quart de tour dès qu’elle bougerait de sorte à lui exposer son dos et ses fesses plutôt que le paquet avant qui était beaucoup trop exposé pour le moment.  

Home fucking sweet home.

Ether, appréhensif, déglutit lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 10 Sep - 16:19

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 1862
Messages : 30
avatar

Pourquoi est-ce que je n'avais pas refusé, déjà? Ah, oui. Parce qu'à la longueur de son "s'il te plaît" il m'avait paru vraiment désespéré et que j'avais seulement pu bafouiller que oui, bien sûr, j'allais m'occuper de veiller sur son arbre.

Je m'étais un moment demandée pourquoi il avait besoin que quelqu'un arrose son citronnier. Ces plantes n'étaient pas connues pour être fragiles, pourtant. Dans la nature ils pouvaient survivre des décennies sans autre eau que celle qui voulait bien tomber du ciel. Puis, au plus j'y réfléchissais, au plus je me disais qu'il devait y avoir une bonne raison.

Peut-être avait-il appartenu à quelqu'un qui lui était cher? Peut-être que cet arbre représentait un souvenir précieux, dont il avait pris un soin évident. Et aujourd'hui, il avait besoin que je m'en occupe pendant que le devoir l'appelait ailleurs.

Alors j'avais accepté de m'occuper de la plante, et avais récupéré une clef du logement auprès des chevaliers. J'avais utilisé le internet pour faire des recherches sur les soins à apporter aux citronniers et, chaque jour ou presque, j'étais venue le voir.
J'avais vérifié que la terre demeurait humide, mais qu'aucune eau ne restait dans la soucoupe placée sous le pot. Je vérifiais aussi qu'elle ne s'écoulait pas trop vite, ce qui d'après le internet était un signe que la terre avait grandement manqué d'eau.

Aujourd'hui ne faisait pas exception. Vêtue d'un jeans, d'une paire de baskets sombres et d'un haut blanc à manches de dentelles, assez peu approprié pour le jardinage en fait, je m'étais rendue jusqu'au domicile d'Ether. Je tâtais la terre du bout des doigts, évaluant l'humidité et décidais que oui, il fallait que je l'arrose aujourd'hui. Je me redressais, chassant une partie de la poussière qui était restée accrochée à mes doigts et me tournait pour me rendre dans la cuisine quand je tombais nez à nez avec un mâle humain, dans la force de l'âge et complètement nu.

"Oh, bonjour, vous devez être Ether je présume? Enchantée."

Lançais-je avec un sourire lumineux, alors qu'il se détournait précipitamment et me présentait son dos qui était barré d'une grande blessure. Je fus un peu surprise par le geste, aucun autre humain n'avait fait cela devant moi jusqu'à présent, mais je choisi de ne pas me laisser démonter.

"Je m'excuse d'être entrée sans prévenir, je ne savais pas que vous seriez là. Je vous serrerais volontiers la main, mais j'ai encore un peu de terre sur les doigts et je ne voudrais pas vous salir. Voulez-vous que j'arrose tout de même le citronnier ou voulez-vous le faire vous-même?"

Demandais-je, alors que je me dirigeais vers la cuisine pour me rincer les mains et remplir l'arrosoir que je posais soigneusement sur un tissu destiné au ménage après chaque utilisation afin de ne pas laisser de gouttes d'eau où que ce soit.

"Je suis contente de pouvoir enfin mettre un visage sur un nom."

Et il était toujours intéressant de savoir qu'il y avait au moins un homme ayant le potentiel de faire un bon reproducteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mar 11 Sep - 21:44

Recrue
Points : 1150
Messages : 56
avatar


Éther était complètement interloqué, car même en ayant pu se retourner à temps, la réaction de la jeune femme était complètement inopinée. Au mieux, il s’attendait à des exclamations amusées, gênées ou encore ravies. Le pire scénario aurait été qu’elle le prenne pour un pervers et se mette à crier, qu’elle l’accuse d’être un détraqué exhibitionniste … Et qu’elle refuse de s’occuper de son arbre à l’avenir. Son manque de réaction était bien le seul scénario qui n’avait pas traversé son esprit pendant les quelques terribles instants d’attente. En fin de compte, c’était aussi inquiétant que rassurant. Oui, il avait entendu dire qu’elle était guérisseuse, ou quelque chose comme ça… mais son habitude du corps humain ne pouvait certainement pas être aussi insensibilisant, n’est-ce pas ? Même en étant elle-même confortable avec la nudité, il y avait un aspect social qui devait être pris en compte ! Elle aurait au minimum dû être gênée pour lui !

- Oui, c’est moi. Je… Je viens de revenir. Enchanté, Danaé. Débita-t-il, son trouble évident dans sa voix hésitante. Malgré l’indifférence claire de la jeune femme, il ne se retourna pas pour lui serrer la main comme l’étiquette l’exigerait en toutes autres circonstances. Il le ferait plus tard, quand sa nudité ne risquerait pas de lui imposer des images mentales pour les moins impures en alternative. Voyez-vous, Ether était déchiré entre une pudeur atavique encadrée par les valeurs culturelles antédiluviennes qu’on lui avait enfoncées dans la gorge et la débauche que sa physionomie et son âge recherchaient ardemment. Ainsi, autant se montrer nu devant une jolie inconnue pourrait lui faire plaisir dans les bonnes circonstances, autant ce n’était juste pas une façon acceptable de faire des présentations alors qu’elle n’avait rien demandé… Et cela même si ça ne semblait pas la déranger.

La grande ironie c’est que c’est elle qui s’excusait… Parce que ses mains étaient sales... Parce qu’elle ne voulait pas le salir lui. À l’insu de Danaé, Ether rougissait plus vivement qu’un hibiscus tandis que des pensées intrusives déformaient ses mots et leur sens.

- Allez-y, moi je vais… Je vais me couvrir. Dit-il, réalisant que ses vêtements étaient dans sa chambre et qu’il devrait traverser le salon pour s’y rendre. Il opta plutôt pour la serviette humide suspendue dans la salle de bain. Celle-ci était verte, jaune et couverte de motifs de grenouilles et de nénufars, ce qui en faisait un pagne improvisé enfantin, mais décent.

C’est ainsi qu’il retourna dans le salon où il inspecta le citronnier verdoyant. Il lui semblait beaucoup plus touffu et plus vert que jamais et Ether découvrit même ses tout premiers bourgeons, soit la genèse de récoltes à venir.

- Mais tu as vraiment le pouce vert ! S’exclama-t-il, oubliant momentanément de la vouvoyer. Après tout, qu’est-ce que la politesse quand elle avait déjà vu ses fesses et peut-être beaucoup plus… Ether préférait ne plus y penser pour l’instant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 14 Sep - 5:22

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 1862
Messages : 30
avatar

"A tout de suite alors."

Lançais-je joyeusement quand Ether me signala qu'il allait se couvrir. C'était vrai qu'en dehors de mes patients, et encore je n'avais pas tous besoin de les déshabiller, c'était la première fois que je croisais un humain nu. On m'avait expliqué quelque chose à ce sujet… ah, oui, que ça ne se faisait pas d'être sans vêtements en public. En toute logique, cela ne devait pas s'appliquer au domicile dans ce cas, puisque ce n'était pas un lieu public. Peu m'importait, au fond, je ne blâmerais personne pour leur tenue ou, dans ce cas-ci, leur manque de tenue.

Je soulevais donc l'arrosoir comme s'il ne pesait rien et allais arroser l'arbre par à-coups, laissant l'eau pénétrer gentiment dans la terre pour ne pas risquer qu'elle déborde du pot. J'avais pratiquement fini, le citronnier n'avait pas besoin de beaucoup d'eau aujourd'hui, quand le chevalier revint dans le salon avec une très jolie serviette couverte de grenouilles et de nénuphars nouée autour des hanches.

"Oh, merci, mais je n'ai fait que suivre les recommandations du internet. J'ai trouvé une page qui expliquait que, quand il s'agit d'un arbre en pot comme celui-ci, il fallait veiller à ce que la terre demeure humide mais ne pas laisser d'eau dans la soucoupe. Alors comme il fait chaud et que la terre s'assèche vite en ce moment, je suis passée... souvent."

Expliquais-je, un peu gênée de recevoir des félicitations alors qu'en réalité je n'avais rien fait d'extraordinaire. Certes, à force de côtoyer les humains j'avais l'impression que peu se seraient donné la peine de s'occuper aussi régulièrement de la plante d'un autre humain, mais en ce moment ce n'était pas non plus comme si j'avais mieux à faire.

"Comment s'est déroulé votre mission? Pas trop mal j'espère?"

De ce que j'avais vu, et je ne pensais pas que grand-chose ait pu m'échapper compte tenu de sa nudité d'abord puis de la taille somme toute modeste de la serviette qui entourait maintenant ses hanches, il n'avait qu'une seule blessure. Mais elle était d'une taille impressionnante. Avait-il eut d'autres chevaliers avec lui? Etaient-ils sains et saufs ou blessés? Par pitié, qu'ils ne soient pas morts.

"Je… vous permettez que je jette un coup d'œil à votre blessure?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 24 Sep - 19:13

Recrue
Points : 1150
Messages : 56
avatar

Ether haussa les sourcils pendant que Danaé lui expliquait les attentions données à son arbre... En tout cas, cela rendait leur rencontre beaucoup moins improbable ! Mais pas moins gênante. En pensant à tout cela, un sourire en coin embarrassé se dessina sur son visage, contre sa volonté, comme si son propre corps cherchait à se moquer de lui. Son esprit aussi était un sale traitre et continuait de lui imposer des images mentales capables de le rendre sa gêne héréditaire.

Non, pas parce qu’ils feraient des enfants ensemble.

Concentrons-nous plutôt sur l’arbre qui avait reçu les petits soins de Danaé, sur les feuilles verdoyantes de santé, sur les bourgeons gras, sur l’écorce de plus en plus dure …  Ether, non.  

- Ben je l’apprécie beaucoup, merci Danaé. Dit-il sincèrement, ignorant du mieux qu’il pouvait la petite voix qui lui parlait d’autres soins et d’autres troncs solides. Il ne faudrait pas croire qu’il était un obsédé pervers, ni même qu’il était attiré à Danaé au-delà du raisonnable, mais vu les circonstances de cette première rencontre… Il ne faisait que répondre, involontairement, de façon inappropriée à une situation encore plus inappropriée pour lui. Avec du recul, il trouverait ça drôle, mais pour le moment, il se contentait de combattre le sourire crispé qui persistait sur son visage et les images exubérantes qui prenaient trop de place dans sa tête.

Repenser à sa mission l’aiderait certainement, se réjouit-il en revisitant sa mémoire pour ressentir le froid, le sol dur et les griffes de la harpie. Ça l’aidait à ne plus penser à des bêtises, mais tout compte fait, ça ne le rendait pas plus à l’aise, bien au contraire.  Dans un geste sensé le réconforter, sa main droite vient se poser sur son épaule gauche où commençait la blessure.

- La mission était bien jusqu’à ce qu’on rencontre trop de harpies en même temps. Expliqua-t-il, un pincement douloureux se dessinant sur son visage alors qu’il y repensait plus en détail. Heureusement, on savait qu’on allait en rencontrer et on avait des doses d’antipoison exprès dans notre équipement. Il se tourna pour lui montrer son dos. La plaie n’était pas jolie, mais quand même beaucoup plus que le jour même, quand il évacuait encore l’infection purulente et foudroyante qui avait eu le temps de faire des ravages dans les quelques instants nécessaires à lui administrer l’antidote.  

- D’ailleurs, on m’a recommandé d’aller te consulter pour m’assurer que tout guérisse bien, alors tant qu’à être déjà ensemble … Gâte toi. Il évita de dire qu’il n’aurait sans doute pas fait appel à elle à ce sujet, car il n’aimait pas particulièrement jouer au docteur et ....

Voilà, dans le futur, son arrière-petit-fils commençait à rougir.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Jeu 27 Sep - 9:03

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 1862
Messages : 30
avatar

Je vois sa main voler jusqu'à son épaule, la différence subtile dans sa posture, la crispation brève de son visage et je fais un effort considérable pour ne pas grimacer quand il me parle de harpies. J'ai été amenée à me renseigner sur elles, parce que cela fait malheureusement partie des blessures qu'on pourrait presque considérer comme courantes chez les chevaliers, et je refuse d'essayer d'imaginer ce qu'il a pu vivre.

"C'est un soulagement."

Je fais, en hochant légèrement la tête, quand Ether évoque les doses d'antipoison. Sans ça il n'y aurait sans doute pas survécu. J'étouffe la pointe de fierté qui à l'entente de la recommandation qu'on lui a donnée, parce que c'est normal. C'est mon travail, mon rôle auprès de l'Ordre. Aider les chevaliers à se remettre de leurs blessures.

Alors quand il me dit de me gâter, et l'expression m'arrache un gloussement amusé, je viens me placer dans son dos et grimace aussitôt en voyant la façon dont il a étalé son baume.

"Je ne doute pas que vous ayez fait de votre mieux, mais je pense que compte tenu de l'emplacement de votre blessure il vaudrait mieux que quelqu'un vous aide pour les soins, au moins au début. Quand la guérison sera plus avancée, ce sera moins nécessaire."

J'explique, en glissant mes doigts là où l'onguent a débordé pour en rajouter un peu sur les zones qui mériteraient d'en avoir plus. Malgré tout il s'est bien débrouillé et je me mords la lèvre inférieure pour réprimer un sourire amusé en l'imaginant se tordre dans tout les sens pour essayer d'atteindre toutes les zones. Ce sont des soins, ça n'a rien d'amusant.

"En tout cas la blessure évolue dans le bon sens, on voit que vous faites des efforts pour bien vous en occuper."

De ma main propre, je lui tapote le biceps en un geste approbateur avant de m'éloigner pour rejoindre l'évier, ramenant par la même occasion l'arrosoir dans la cuisine.

"Avez-vous quelqu'un qui pourrait vous aider? Si ça n'est pas le cas, je serais ravie de m'en charger. Ça me donnera un prétexte pour avoir des nouvelles du citronnier."

Je laisse l'amusement percer dans ma voix sur la dernière partie de ma tirade, lui adressant un clin d'œil tandis que je frictionne mes doigts pour les sécher après les avoir correctement rincés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 19 Nov - 16:36

Recrue
Points : 1150
Messages : 56
avatar

Les doigts sur la plaie n’étaient pas très agréables sans pour autant lui faire mal non plus. Donc il ferme les yeux et la laisse faire son travail.

- Oui ben, mon corps est mon outil de travail. Répondit-il simplement, en omettant d’inclure que c’était son outil de tout et de n’importe quoi en dehors du travail aussi. Il avait déjà perdu plusieurs mois de sa vie dans un état catatonique, sans parler des semaines après pour retrouver ses capacités. Peut-être qu’il devrait faire plus que bien le soigner, se dit-il vaguement tandis que la femme termine son oeuvre en touchant sa poitrine au passage.

- Il n’y a personne, non, répondit-il à sa question, souriant vaguement en jetant un coup l’œil ironique vers le citronnier. La prochaine fois je porterai des vêtements ! Moqua-t-il ensuite en suivant Danaé dans la cuisine où il prit et ouvrit le paquet de réglisses. Mais c’est quand même un long détour pour mettre un peu de crème et saluer mon arbuste, non ? À vrai dire, il n’avait aucune idée d’où vivait la jeune femme et il fallait avouer qu’elle ne pouvait pas être à des kilomètres non plus en considérant la petite taille du quartier général. Dans tous les cas, c’était quand même une initiative un peu trop gentille et gratuite pour qu’il soit à l’aise de la laisser faire sans ressentir le besoin compulsif de la remercier et de la compenser pour son trouble. Déjà, il commença par lui tendre le paquet de confiseries pour qu’elle se serve si ça l’intéressait.

- … Tu aimes les dessins animés ? demanda-t-il avec hésitation, un sourire détaché, pour éviter d’être gêné, dessiné sur les lèvres. Oui, parce que, tant qu’à se déplacer tous les jours chez lui, le moins qu’il puisse faire en échange était de partager son compte Netflix, non ? Surtout qu’il comptait bien en abuser lui-même pendant ses vacances.

Non Ether, tu ne viens pas vraiment de lui proposer un Netflix and chill. Tout nu, ajoutons-le. Ou bien oui, mais dans le sens littéral. Dessins animés, friandises, c’est tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mar 20 Nov - 9:29

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 1862
Messages : 30
avatar

"Et j'éviterais de passer à l'improviste."

Répondis-je avec un petit rire, quand Ether m'annonce qu'il portera des vêtements la prochaine fois. Il me demande si ce n'est pas un trop long détour et je secoue légèrement la tête.

"Non, je ne suis pas si loin. Et puis même si c'était un peu long, je n'ai pas de patient à domicile pour le moment alors je m'en voudrais de vous laisser vous débrouiller alors que les choses seront infiniment plus faciles si je vous donne un coup de main."

Expliquais-je, en attrapant un bonbon dans le paquet qu'il me tendait, le remerciant automatiquement. Le goût était fort, mais pas désagréable pour autant. Je haussais légèrement un sourcil à sa question sur les dessins animés et penchais la tête sur le côté.

"Je… Je ne crois pas en avoir déjà regardé."

Fis-je, dès que la friandise cessa suffisamment de me coller aux dents pour que je puisse articuler sans difficultés. Je n'allumais que peu la télévision que Zéphyr possédait, je préférais généralement cuisiner ou lire, ou broder, ou… bref, je l'allumais plus pour les gens qui venaient chez moi que pour moi-même.

"Mais les gens sur le internet ont l'air d'être tous d'accord sur le fait qu'ils trouvent ça amusant, alors je ne vois pas pourquoi je ferais exception?"

Peut-être, me souffla une petite voix, parce que tu n'es pas humaine. Peut-être parce que tu n'es pas l'une des leur et que tu ne fais pas partie de leur monde.

"Il va falloir que je m'y intéresse, j'ai encore beaucoup de retard à rattraper."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 1 Déc - 19:57

Recrue
Points : 1150
Messages : 56
avatar

Honnêtement, Ether était éberlué. Quand elle lui avoua n’avoir jamais regardé de dessins animés, ses sourcils montèrent brusquement vers le haut de son front tandis qu’un sourire en coin, tordu et incrédule, déformait ses traits.

Il était presque offusqué (ce qui était quand même ironique en considérant qu’il y avait beaucoup plus choquant juste en dessous de son nombril) par son manque de culture, sans parler de la façon vieillie dont elle parlait du net et des médias. On aurait dit sa grand-mère, sauf qu’il aurait beaucoup de mal à les comparer en dehors de ça, et il n’avait pas trop envie d’essayer non plus.  

- Je .... Commença-t-il, avant de se reprendre, Mais c’est inacceptable ! Il faut rectifier ça tout de suite, décréta-t-il sérieusement, c’est pas parce que les chevaliers de l’aube sont en majorité des vieux poils qu’il faut te couper du monde et de la culture. En disant ça, il se pencha, non sans tenir la serviette comme si sa vie en dépendait, pour attraper la télécommande et appuyer sur le gros bouton vert. Plus loin dans le salon, le moniteur plat s’anima, tout en rondeurs et en couleurs, avant de laisser apparaitre un menu interactif. Il dirigea le pointeur sur le gros N rouge, et pendant que l’application prenait vie sur l’écran, lentement mais surement, il fila à la cuisine pour vider le popcorn sucré dans un grand bol.

Kidnappant les autres confiseries au passage, il déposa le tout, pêlemêle sur la table basse, avant de se jeter lui-même sur le canapé. Ni vu ni connu, il replaça rapidement le pagne de fortune qui s’était brièvement rebellé, optant finalement pour tirer la jetée en laine tricotée sur ses cuisses et son abdomen.  

Les séries défilaient sur l’écran tandis que la roulette de la télécommande tournait sous son pouce. À la base, il pensait se faire la nouvelle saison de Voltron, mais Danaé n’y comprendrait rien, alors il chercha autre chose. Il vagabondait donc entre les robots géants, les dragons, les vampires et les trolls, pensifs, avant de s’arrêter sur la tête chauve et fléchée d’un jeune moine hilare. Les images bleues et glaciales défilèrent tandis que la voix de Katara commençait à expliquer la situation mondiale et Ether se retourna vers Danaé avec un grand sourire espiègle pour l’inviter à venir le rejoindre.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Home sweet home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Missions : Home Sweet Home
» Sarah Ellowyne et son Home Sweet Home
» [Z-corps] Home sweet home
» GFX-Home : Votre nouvelle communauté graphiste
» I'm coming home, coming home... To Winterfell, I'm coming home!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville :: Les habitations-