LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS












En flagrant délit-vrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Dim 2 Sep - 19:29

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 2874
Messages : 228
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
Dalia Cova

Je crachai mon thé, éparpillant son contenu sur la table.

« Vous… vous n’êtes pas sérieux? »

« Mais oui, s'exclama-il en souriant. Ce sera ta chance de découvrir l’inconnu, explorer de nouveaux horizons tout en résolvant un mystère! En plus, c’est une bonne excuse pour voyager… »

Monsieur Jean s’appuya contre le dossier de sa chaise et sirota son thé. Je me levai pour prendre un mouchoir et revins rapidement vers la salle à manger en essuyant de mon mieux le liquide sur le meuble.

« Non, mais vraiment… »

Il se pencha sur la table et approchait son visage du mien. Arrêtée dans ma piste, j’écarquillai mes yeux. Son regard, si inconnu mais familier, si sérieux… La tension de la pièce se resserrait sur moi et je détournai la tête pour ne pas avoir à la confronter.

« Quoi que tu le veuilles ou non, le capitaine a besoin de ton aide. Et j’ai déjà acheté les billets d’avion… »

Il haussa les sourcils, effaçant son expression grave aussi rapidement qu’elle était apparue. Je restai bouchée bée pendant quelques instants jusqu’à ce qu’il me donnait une feuille et me renvoyait à la porte. Alors que je m’apprêtai à rouspéter, il m’assura qu’il s’occupera du reste avant de la claquer sur ma face.


***

Pendant que je me dirige vers l’école, je vérifie pour une énième fois mon ordre de mission sur laquelle j’ai noté toutes les informations et découvertes que j’ai faites jusqu’à maintenant.





Rien.


Il n’y a, tout simplement, malheureusement, rien sur ce verso de page.

Mais qu’est-ce que je fais ici? Depuis quelques semaines, Monsieur Jean m’a envoyé -jetée- au Canada pour travailler, pas pour me détendre! Et, depuis la rentrée, j’ai fait… rien?!

Respire, Dalia, respire… Ne t’énerve pas… C’est correct que tu as totalement procrastiné jusqu’à maintenant… On va faire quelque chose aujourd’hui, promis!

En tant qu’élève temporaire, en tant que quelqu’un qui a l’opportunité de toutes ces pauses pendant la journée scolaire, je n’ai rien fait. Je m’assois sur le banc le plus proche et sors mon petit cahier de notes. Toujours fidèle, il s’ouvre à moi dans les moments les plus frustrantes, comme celle-ci. J’y écris alors mes sentiments du moment, comme mon arrivée brusque dans un nouveau climat, dans une nouvelle école, comme Lucifer me manque, son odeur qui éprend mon nez lorsque je le prends dans mes bras… J’ai l’impression de revenir en arrière et de revivre mon adolescence! Croyez-le ou non, cette dernière a été assez difficile pour moi, et l’idée d’y retourner ne m’enchante pas trop… Imaginez que je me retrouve au plein milieu d’une troupe d’enfants plus grands que moi, moi qui n’arrive plus à comprendre certaines tendances d’aujourd’hui, et moi qui reste seule, penaude, comme si je suis la seule en mission… Au son de la cloche, je soupire tandis que je ferme mon livre et me relève avant de frayer un chemin vers mon prochain cours.

***

Je m'assieds rapidement à mon bureau et ouvre un manuel. Tous les yeux sont braqués sur le prof qui écrit des instructions sur le tableau interactif. Goutte par goutte, le temps s’écoule. Les questions à résoudre se copient dans des feuilles mobiles. Sans un son, le calme se diffuse dans la pièce. Grattant mon nez, je jette un regard furtif autour de moi. D’habitude, mes camarades sont censés soupirer, tapoter leurs crayons sur leurs bureaux, chuchoter entre eux... Mais, tout ce que j’entends est ce silence trop… silencieux.

Des gouttes de sueurs perlent de mon front, glissant jusqu’à mon échine qui frissonne. Je me recroqueville devant mon pupitre, essayant de me concentrer sur mon travail jusqu’à ce qu’une main se pose sur mon épaule. Je lève les yeux pour apercevoir mon professeur inquiet se pencher vers moi. À ses questions, je lui réponds le plus calmement possible, lui signalant qu’il n’a rien à s’inquiéter tant que je reste assise. Alors qu’il s’éloigne de mon bureau, une idée s’allume dans ma tête. Si je peux sortir de ce cours, je peux donc aller dans le corridor et inspecter l’école! J’apporte mes mains sur mon ventre et feins de gémir. Je titube vers la porte, accompagnée par l’enseignant qui me donne le numéro de l’infirmerie.

***

Le vent souffle dans mes cheveux pendant que je pousse la porte vers la cour. Je respire une bonne bouffée d’air, soulagée qu’enfin, je ne suis plus dans la (très) angoissante salle de classe. Je m'installe sur la bordure de la fontaine, fouillant mes poches pour ne ressortir qu’un juron. Maldita sea! J'ai oublié mon cahier… Je soupire et regarde les nombreux nuages errer dans le ciel, saluant le soleil qui brille de mille feux. Après un moment, je jette une œillade à chaque angle et coin de la cour, ne pouvant me décider par où commencer. Et priant que personne ne soit dans les parages…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mer 5 Sep - 22:18

Recrue
Points : 2013
Messages : 70
Ether Minh Hô

Ether était en pause et il vagabondait. Les mains dans les poches, les épaules lousses et les yeux perdus dans le vide, il déambulait dans les couloirs sans trop savoir où aller. Il n’était à River Stone High que depuis quelques jours, mais plus la mission progressait, plus il était envahi par l’impression que son séjour allait tirer en longueur.

Il regardait paresseusement son environnement, attendant presque que les indices lui tombent dessus en direct de la providence. Il faut comprendre qu’Ether est un homme d’action, de terrain. Et quand on parle de terrain, on entend ici des déserts arides, des forêts humides, des clairières vénéneuses et des montagnes abruptes… Pas des cours d’école, aussi similaire à la jungle puisse-t-elles être.  

Dans cet habitat scolaire et passif, il se sentait aussi inutile qu’emmerdé.

Le seul bon côté c’est qu’il bossait supposément avec son bro Cy... Sauf qu’ils n’avaient pas encore eu la chance de juste se croiser et ce fait frustrait Éther presque encore plus que la simple solitude.  
Soudainement, son attention fut attirée par une silhouette suspecte de l’autre côté de la fenêtre. Ce n’était pas un monstre malheureusement, mais, bien que la nuance soit discutable, plutôt une élève ordinaire. Une petite dame qu’il reconnaissait d’ailleurs, car elle avait suivi son cours de Géo de secondaire 5 le matin même.

Il aurait pu fermer les yeux, l’ignorer et continuer son chemin, mais en plus d’être dehors alors que ce n’était pas permis, la gamine n’avait pas l’air en pleine forme.

Animé seulement par empathie et avançant presque à reculons pour tout le reste, Ether prit la sortie la plus proche et s’approcha silencieusement de la jeune fille.

J’imagine que tu as une raison valable pour foxer ton cours ?

Demanda-t-il doucement, son ton sans agressivité aucune. Après tout, il pouvait la comprendre, oui, parce que lui aussi voudrait bien skipper ses cours… Tristement, il devait les donner et son absence se ferait beaucoup plus remarquer que celle d’une élève. Qui plus est, à son âge, il avait fait bien pire que d’attendre la cloche dans la cour d’école et pourtant il s’en sortait plutôt pas mal comme adulte.  

Ether s’assoit à son tour sur le rebord de la fontaine, ni trop près ni trop loin d’elle. Ensuite, pour éviter de la fixer, il détourne les yeux vers les petites vagues, l’eau capotante et le fond rempli de petites pièces brillantes.

⇨ Inspecter le fond de la fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mer 5 Sep - 22:43

Admin
Points : 1187
Messages : 263
Le narrateur


Des paillettes scolaires arrosent l’eau de lumière.  

Vous avez inspecté le fond de la fontaine :

Vos yeux amerrissent sur la surface avant de plonger jusqu’au fond ; votre exploration visuelle vous amène finalement à remarquer une forme étrange cachée dans l’ombre du jet d’eau.

Il faudra vous mouiller pour la récupérer, mais d’ici là elle ne risque pas de bouger de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 23 Sep - 13:48

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 2874
Messages : 228
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
Dalia Cova

Le soleil s’est levé tôt en cette journée d’automne, illuminant les quelques nénuphars décorant la surface de la fontaine. Une petite roche s’installe sur un lit de pierres et de pièces et attend, tel un chien pour son maître, à l’endroit même où elle vient d’être jetée. Les sons atténués par les jets de la borne à goulots rendent la vue d’ici encore plus magnifique. Dans ce presque silence, pour passer les temps morts entre les cloches, une panoplie d’idées la fait imaginer la genèse de sa sortie à l’air libre, comme l’air frais caressant ses parois, les voix indistinctes des élèves qui deviendront plus claires auprès d’elle… Par contre, elle ne sait pas combien de temps elle restera ici, ni même si elle s’en sortirait, et se résigne donc à se concentrer sur autre chose que des probabilités impossibles.

La pierre admire le paysage déformé par l’eau quasi antédiluvienne et sûrement non potable, ce qui justifie son incompréhension lorsqu’une masse noire et inconnue vient lui cacher la vue. À première vue, celle-ci est complètement indécise; elle se meut, se rassoit et se relève de la bordure du bassin sans but précis, comme si elle veut s’enfuir d'un quelconque danger. Mais, ce spectacle muet prend un tournant inattendu lorsqu’une deuxième ombre arrive sur scène, interagit pour un moment avec l’autre et s’établit près d’elle. Ses yeux voyagent partout sur son domicile avant d’établir une œillade sur le joyau même. Et ils s’observent pendant un moment jusqu’à ce que la première forme se rende compte elle-aussi de sa présence. Elle se penche donc vers la fontaine jusqu’à enfouir sa main sous l’eau.

Ce spectateur, qui a commencé à s’ennuyer, ne proteste pas au moment qu’une main inopinée le sort de sa torpeur.

-Woah…

Maintenant hors de sa prison liquide, sa couleur atavique se reflète par de gros yeux bleus s’attardant sur elle, s’arrachant chaque coin et parois de celle-ci.

-Monsieur Ether, vous… vous savez c’est quoi?

Une voix douce, mais faible résonne, convenant avec la curiosité et l’incrédulité de l’humaine qui la dépose devant un homme musclé.

-Regardez; il y a des lignes qui se forment ici…, dit-elle en parcourant ceux-ci d’un doigt fin. S…saviez vous ce que tout ça v-veut dire? Devrions-nous le montrer à quelqu’un?

À qui? La cour d’école est vide, donc il serait très peu probable qu’il y aura une autre personne disponible pour l’examiner! De toute façon, aucun humain lambda ne comprendrait le petit objet bizarre à moins d’avoir une connaissance approfondie de ce dernier…  Même à cela,  ils ne sauront non plus l’emplacement de ses copains à moins de les réunir.

Alors que la dame à l’odeur d’hibiscus ouvre sa bouche, elle la referme et amène une main à son menton, portant son regard ailleurs pour réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 19 Nov - 18:10

Recrue
Points : 2013
Messages : 70
Ether Minh Hô

Les yeux d’Éther trouvent rapidement le fragment mystérieux, mais il repose sa concentration sur l’élève en détresse, se promettant mentalement de ramasser l’objet après, lorsqu’elle serait de retour en classe et qu’il pourrait mener son enquête en toute discrétion.

Trop tard ! Merde. La jeune fille avait suivi son regard et trouvé le morceau à son tour.

Contrairement à lui, elle s’empresse de le récupérer et l’examine avec curiosité. Non, Ether n’avait aucune idée de ce qu’était l’objet, mais il le trouvait assez étrange pour vouloir le récupérer pour sa mission. Il retient donc son souffle, sa panique intérieure toute naturelle en voyant la jeune fille lui voler sa trouvaille.

Lorsqu’elle continue de le questionner par contre, il ne peut s’empêcher de noter sa familiarité, comme si elle s’attendait à quelque chose de lui. Il hausse les sourcils, surpris, et il se demande soudainement si elle pouvait être l’une de ses collègues, glissée chez les élèves. À bien la regarder, elle semblait un peu plus âgée que la moyenne des élèves, non ? Dans le doute, il ne dit rien en ce sens, mais profite de l’ouverture qu’elle lui donne pour prendre doucement le morceau d’entre ses petits doigts délicats pour l’observer à son tour.

- Ça vient peut-être du cours d’arts plastiques ? Je pense qu’ils ont fait des mosaïques avec des poteries cassées l’an dernier. Invente-t-il en souriant chaudement. Bien sûr, il n’avait pas été présent l’année précédente et il n’avait aucune idée de ce qui se passait dans les cours d’arts… Mais ça, elle, elle ne pouvait pas le savoir. À moins d’être de l’ordre des chevaliers, ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi elle n’était pas en cours. Quoiqu’elle ne semblait pas être en train de fouiller non plus pour le moment.

- Du coup, est-ce que tu veux me raconter ce qui ne va pas ? Dit-il doucement en glissant ni vu ni connu, pendant qu’elle regardait ailleurs, le fragment dans la poche de son pantalon. Juste au cas où, il ne dirait rien qui puisse paraitre suspect pour une civile, mais en lui laissant la porte ouverte si elle en savait plus que lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 7 Jan - 14:41

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 2874
Messages : 228
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
Dalia Cova

Je continue à activer mes neurones sans toutefois arriver à une conclusion. La théorie de Monsieur Minh me semble plausible; n’étant pas présente l’an passé, j’ignore totalement les projets ayant eu lieu.

- V-vraiment? C’est vrai, avec sa forme et sa couleur, que ça pourrait juste être un morceau de poterie. Pourquoi n’y ais-je pas pensé avant?

En tenant compte d'autres possibilités, impossible de croire celle-ci entièrement. Pas lorsqu’on m'envoie pour cause surnaturelle, pour n’atterrir que sur une fausse piste. Je ne connais toutefois pas trop le sujet; mon domaine se limite plutôt à l’étude des cryptides* en classe, voire l’exploration de certains lieux du monde pour prouver leur existence… Et non celle de ce type d’objet, quoique fascinant.

De toute façon, quel genre d’élève jetterait de la poterie dans une fontaine? S'il voulait vraiment s'en débarrasser, la poubelle serait un meilleur endroit, puisque d'autres déchets le recouvriraient. Au milieu de seulement quelques pièces de monnaie, une anomalie comme celle-ci se trouve aisément. Cette petite roche doit sûrement venir d’une source magique, mais laquelle?

À moins que je me trompe?

Je retourne la tête au moment où mon interlocuteur me demande, d’une voix douce, ce qui ne va pas.

- Ce n’est rien de grave… J’avais juste besoin d’un peu d’air.

Je dois amener cet objet à quelqu'un connaissant plus profondément la magie, sinon le capitaine. Il serait tout de même impoli de demander à Monsieur Minh de partir! Je n’ai d’autre choix que de continuer la conversation, priant de ne pas me faire abruptement renvoyée en classe.

- Et vous? N’étiez-vous pas censé enseigner pendant les cours? Que faites-vous ici?

*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 25 Jan - 16:53

Recrue
Points : 2013
Messages : 70
Ether Minh Hô

Un sourire candide flotte sur ses lèvres, mais son regard est inexpressif et placide. La réponse de la jeune fille sonne fausse, en quelque sorte. À cause de la question vers la fin, peut-être. Dans tous les cas, Ether n’y ajoute rien, se contentant d’hausser les épaules pour éloigner le sujet. Maintenant qu’il avait le morceau dans sa poche, le reste importait très peu. Enfin, au détail près qu’il devait quand même assumer les responsabilités d’un prof, et donc, il ne pouvait pas laisser une élève trainer toute seule… Sauf, encore une fois, si elle n’était pas vraiment une élève. Ça expliquerait pourquoi ils essayaient de se voler ce fragment à tour de rôle alors que l’objet semblait assez inintéressant.

Il y avait une hésitation entre eux. Il le persevait un peu comme deux personnes, dans un film, qui se plairaient sans oser prendre les devants de peur d’avoir mal interprété la situation. Au plan professionnel, bien entendu. La comparaison le ferait honnêtement sourire si la possibilité d’un crush élève-enseignant, pire civile-chevalier, ne le rendait pas aussi inconfortable.

- Les enseignants ont des périodes libres entre les cours… Pour planifier et corriger... Et s’assurer qu’il n’y a pas de petites créatures égarées dans la cour d’école. Dit-il en lui accordant son meilleur sourire forcé. Il parlait d’elle tout comme des vraies créatures qu’ils pourchassaient, lui et l’ordre, et peut-être elle y compris.

- Dans quel cours es-tu censée être ? Si ce n’est rien de grave, comme tu dis, je vais devoir t’y escorter sur le champ… À moins que tu me donnes une bonne raison de ne pas le faire.

Invite-t-il en haussant suggestivement des sourcils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

En flagrant délit-vrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Amérique du Nord :: River Stone High :: La cour d'école-