LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS









Derrière ces murs je sais qu'il y a la mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Jeu 2 Aoû - 1:01

Recrue
Points : 349
Messages : 15
avatar

¤ La mer, elle n'a jamais pu l'apercevoir jusqu'à aujourd'hui. Oh, elle sait bien sur ce que c'est, mais l'apercevoir ? Jamais. Le pas sautillant, elle se dirige vers la porte pour se rendre compte, trop tard, que celle-ci avait été scellée de l'extérieur. Elle était piégée à l'intérieur du Phare, sans moyen d'en sortir. La mer, à portée de bras, sans qu'elle ne puisse jamais l'atteindre. Prisonnière de ses murs, elle finit par se laisser mourir de chagrin. ¤


Un bruit sourd suivi d'un hurlement de rage interrompit la quiétude des lieux. Le bruit sourd en question se trouva être un livre ayant atterri violemment contre un mur. Le hurlement de rage, lui, fut poussé par Vara, exaspérée. Elle ne savait pas comment elle s'était retrouvée bloquée dans ce Phare, mais elle allait le découvrir, même si pour ça elle devait y laisser sa peau. Au fil des heures, les livres s'empilèrent et l'exaspération de Vara se transforma en désespoir.

Rien. Il n'y avait absolument aucun écrit d'un possible Phare en Océanie. Pourtant elle ne rêvait pas, elle était bloquée à l'intérieur de l'un d'eux, sans aucun moyen de sortie et aucune compagnie, sauf sa petite voix intérieure, qui était bien silencieuse pour une fois... ce qui était inquiétant. De rage, elle balança son livre sur le mur, des larmes d'impuissance dans les yeux. Qu'allait-elle devenir ? Bloquée dans ce phare, allait-elle y rester longtemps ? Des semaines ? Des mois ? Des années ? Voyant sa fin devant ses yeux, Vara déglutit nerveusement et jeta un regard autour d'elle, espérant que quelque chose puisse l'aider à se sortir de la situation actuelle.

C'est alors qu'elle aperçut la petite fenêtre, placée au milieu du mur du phare. *Et si...*. L'espoir grimpant doucement en elle, Vara se hissa, avec difficulté, sur le bord des escaliers et jeta un oeil à l'extérieur. Par chance, la fenêtre ne donnait pas sur une vaste étendue d'eau, mais sur une plage qui s'étendait à perte de vue... du moins plus loin que son regard put aller de là où elle se trouvait.

Descendant souplement -enfin c'est vite dit, elle manqua se manger le mur du phare-, Vara regarde autour d'elle, à la recherche de quelque chose qu'elle pourrait lancer à travers l'interstice. Il lui fallait quelque chose qu'elle pourrait plier et qui pourrait voler sur au moins un mètre. Puis, son regard s'arrêta sur les livres. *Non, quand même pas... quoi que.. .OH et puis c'est sa faute hein, il avait qu'à pas m'enfermer ici. Pardon le bouquin*.

Arrachant une des pages du livre, Vara attrapa un stylo qu'elle avait toujours sur elle *Merci maman* et arracha presque le bouchon, écrivant alors; Aidez-moi, je suis prisonnière du Phare. Je vous en supplie, ne me laissez pas crever ici ! La porte a été scellée de l'extérieur, je ne peux rien faire.

Jetant le stylo quelque part dans la pièce -elle n'a pas suivi son trajet en fait-, Vara plia la feuille en un semblant d'avion -en fait, considérant le résultat final, ce n’est pas vraiment un avion, et puis avec une aile cassée, il ne volera pas bien loin, mais ça fera l'affaire-, monta sur les escaliers, calcula sa trajectoire et fit un rapide mouvement de bras, le balançant dans l'action. Par chance, il ne se prit aucun des rebords de la fenêtre et vola bancalement à l'extérieur.

*J'espère que quelqu'un trouvera bientôt mon mot, je commence à avoir faim, mine de rien.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Jeu 2 Aoû - 16:46

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 1700
Messages : 210
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
avatar

Depuis presque un mois, je me suis dit qu’il faudrait profiter de tout ce que la vie offert, même si elle ne dura jamais trop longtemps. Alors, j’ai décidé de m’adonner à un passe-temps qui, je souhaite, deviendra une passion: l’écriture! Réfugiée bien dans ma bulle, j’écris tout et n’importe quoi: je note et me confie, que ce soit dans un cahier ou un portable, sans avoir peur du jugement externe. Je m’évade dans mon imagination, pensant à des scénarios loufoques que je déverse sur papier. Aux moments les plus désespérés, je passe mon temps à les feuilleter, me rappelant même les instants plus positifs. Tant que j’ai mon carnet, je serais en paix: je ne me perdrais plus jamais…

***

Je me suis perdue.

Des rires tordus bruirent à travers ma conscience suivis d’un torrent d’applaudissements.

Quand tu disais que tu ne te « perdrais plus jamais », je n’aurais jamais su que t’allais t’égarer sur la plage!

J’imagine Dada s’incliner vers l’avant, s’esclaffant de ma déveine. Elle pourrait quasiment tomber par terre tellement elle rit à gorge déployée, en plus, afin que tout le monde puisse l’entendre!

Je freine ma bicyclette et m’y débarque doucement vis-à-vis le sable. Le contenu du panier miaule gentiment, me scrutant des yeux de cette couleur familière de feu. Le serrant dans mes bras, je glousse tout en grattouillant son ventre. Même si je viens de l’adopter depuis à peine quelques semaines, je le considère déjà comme mon fils: il est vraiment précieux pour moi! Puisqu'il adore aller dehors, on s'est baladé avec mon vélo dans les environs du quartier, venant jusqu'à atterrir sur cette plage sans autant savoir où nous sommes. Au moins nous avons du temps pour explorer les lieux!

Soudain, un bout de papier virevolte dans le ciel avant d’atterrir dans l’eau. J’avance à petits pas dans la marée jusqu’à ce que celui-ci soit dans mes mains. J'ai du mal à discerner le message transmis; il est trop trempé!

Qu’est-ce que ça peut bien être…? Euh… Dada? Tu pourrais m’aider un peu, là?

...

Hm? Que disais-tu, je dormais…?


Je soupire tandis que Lucifer gesticule dans mes bras.

Arrête de gémir; tu n’as reçu que quelques gouttes sur la fourrure. Moi, je me suis presque noyée et je suis encore en vie! En fait, j’ai a.do.ré l’expérience d’après…

Des larmes viennent à mes yeux et ma fréquence cardiaque s’augmente. Les souvenirs de janvier rejouent dans ma tête, me rendant impuissante face à ma mémoire. Comme si je ne les répétais pas déjà en boucle...

A-arrête! On avait dit de ne plus parler de ce qui s’est passé l’été dernier!

Ce qui vient d'arriver est arrivé, pas besoin de pleurnicher pour rien!


Les sons précédents s’éteignent lorsque je laisse échapper quelques larmes. Je dépose le chaton sur le sable et me recroqueville, intensifiant mes lamentations.

N’il y avait-il pas un autre moyen que d’utiliser la violence? Ne serait-ce pas mieux pour tout le monde si je ne serais plus sur cette planète?

J’enfoui mon visage dans une main et serre ma camisole avec l’autre. La douleur dans ma poitrine s’aggrave, menaçant de l’exploser. Pour la première fois depuis l’incident, j’ai l’opportunité de respirer l’air de la mer sans touristes autour de moi, d’entendre les vagues dévaler contre le rivage et admirer le paysage ensoleillé en toute tranquillité. Mais, je ne peux plus en bénéficier lorsque j’ai ôté tout ça d’une créature consciente et sensible! La vie simplement magnifique ruinée par Dalia…

Mon cœur manque de sauter un battement. Ahurie, je contemple mon compagnon ainsi que l’acte qu’il vient d’accomplir. Comment se fait-il qu'un chat de sa taille puisse grimper mes jambes et lécher mes larmes? Si je m'écouterais et disparais, qui s’occupera du petit poupon noir? Qui embrassera ma famille en Espagne? Qui occupera mon appartement, mon travail? Plus encore…

Rassemblant toutes mes forces, je parviens à régulariser ma respiration, mais un léger soupçon de vertige persiste. Mon cœur, tu ne sortiras pas de ma poitrine si tôt! Mes yeux irrités s’écarquillent pendant que je déchiffre la lettre, tâche rendue davantage difficile grâce à mes pleurs. Oh Dios mío... Quelqu’un est emprisonné dans le Phare! Jetant un coup d’œil autour de moi, je pose Lucifer prestement sur le sol et me dépêche vers le vélo appuyé à la tour. Si je ne serais plus là, qui sauvera l’auteur de la note?

-Je m’excuse, mais je ne peux pas m’occuper de toi maintenant, je dois faire quelque chose!

J’attache hâtivement sa laisse pour ensuite me précipiter vers la porte. Je fouille mon sac à main, espérant trouver l’objet qui délivra le malheureux prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Jeu 2 Aoû - 17:49

Recrue
Points : 349
Messages : 15
avatar

Assise par terre, les jambes ramenées contre sa poitrine, Vara laissait les larmes tomber de ses yeux, dévaler ses joues et mourir sur ses lèvres, ne prenant même pas la peine de les effacer. L'espoir, au fil du temps, s'était doucement appauvrit, jusqu'à s'éteindre. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle se trouvait ici, mais ce dont elle était certaine, c'est que personne n'avait trouvé sa note, sinon ils seraient venu ici bien avant. L'idée de faire quelque chose de totalement fou lui avait traversé l'esprit plusieurs fois, mais elle ne pouvait pas faire ça, elle ne pouvait décevoir ainsi sa mère. Un sanglot étranglé fini par passer la barrière de ses lèvres. Sanglot qu'elle retenait depuis des heures, maintenant. En entendant ce son, ce fut trop pour Vara qui laissa tomber les vannes. De lourds sanglots secouèrent son corps frêle, le faisant trembler sous leurs puissances. Des hoquets lui échappaient et Vara cherchait son air, se sentant étouffée. Plus rien n'allait pouvoir la sauver maintenant.

C'était fini, la fin approchait. Vara sentait comme si la vie s'échappait de son corps. C'était comme si elle avait abandonnée tout espoir d'en réchapper. Le noir s'installait doucement devant ses yeux, ne laissant plus qu'un mince rayon de lumière. Puis, un bruit interpella Vara. Se redressant en toute hâte, elle écouta les bruits alentour. C'était peut-être rien, peut-être n'était-ce que des goélands, mais et si...

Se redressant sur son séant, Vara se releva, les jambes tremblantes, sécha ses larmes et se dirigea vers la porte, l’espoir grimpant doucement en elle.

-  Y...Y'a quelqu'un ? Hého, vous m'entendez ?

Puis, tout bas, elle murmura, au bord des larmes

-  Je vous en prie, faites qu'il y ait quelqu'un

La main posée sur la porte, elle essayait de sentir une présence, un bruit, n'importe quoi. Quelque chose qui lui prouverait que non, elle n'était pas en train de devenir folle et que oui, il y avait bien quelqu'un derrière la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 3 Aoû - 13:20

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 1700
Messages : 210
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
avatar

Je lâche la sacoche qui percute l’asphalte, déversant les milliers d’objets à l’extérieur. Je m’accote sur le bois de la porte, découragée. Que puis-je faire si je n’arrive pas à répondre à la situation? Et comment la personne est-elle arrivée ici en premier lieu? Dès que j'entends une voix résonner à travers la porte, je sais qu’elle est réellement en danger… alors je cogne plusieurs fois, signalant enfin ma présence.

-Oui, je suis là! Je viens vous délivrer, vous inquiétez pas!

Je tourne la poignée de la porte, mais sans succès. Je renifle en essuyant mes larmes de mon visage, considérant les lieux. Si moi, je serais à sa place, comment pourrais-je sortir?

-Y a-t-il quelque chose que vous pourriez faire de l’intérieur? Ou bien essayer de défoncer la porte?

Même si les chances que ça marche soient très basses (et qu’en plus, les blessures seront inévitables), je garde l'espoir d'un succès. Après tout, n'est-il pas logique d’entreprendre tous les moyens afin d’échapper?

Le prix payé pour la liberté… Quel bel exemple que tu nous montres là, Dalia!

Je soupire. Quel sera le prix pour la faire taire, celle-là? Je reporte mon attention sur la porte lorsque je constate qu’il y a une serrure.

-Sinon, je vais aller chercher la clé.

L’idée de devoir abandonner la mission, ne serait-ce que pour quelques secondes, me rends de plus en plus déterminée à relâcher l’étrangère. De toute façon, je ne tolérerai pas de répéter l’incident. Pas aujourd’hui…  Je vais la sortir de là, coûte que coûte! Au pire, j’appellerais la police…

Au premier coup d’œil, la plage semble vide, mais j’espère qu’un deuxième me montrera autre chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Derrière ces murs je sais qu'il y a la mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Carte] {Héritiers de Numénor} Derrière des Murs Puissants - timing du bonus [Résolu]
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Qui se cache derrière les pseudos des bateaux ?
» Mais je n'peux pas, je n'sais pas
» mais qui se cache derrière duc.leto????!!!!?????????
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Océanie-