LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS










La vigueur à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Mer 1 Aoû - 17:46

Recrue
Points : 1061
Messages : 57
Habitation permanente : Un appartement à Old Fyre
Occupation : Chevalier à temps plein
avatar

La brise de l’automne remplaça l’humidité de l’été, rafraîchissant le corps de Yermolai qui, enfin, s’arrêta pour se reposer au creux d’un arbre. Il retira une bouteille d’eau de son sac et en but le contenu avec ardeur. Le jeune adulte haleta, essuyant la transpiration de son visage avec son t-shirt. Il ne comprit encore pas comment la simple chaleur du soleil pouvait l’écraser alors qu’il avait vécu milles et unes terreurs: il n’était qu’à peine midi lorsqu’il décida de sortir de la maison! Heureusement, il prit soin d’apporter quelques ravitaillements ainsi que des armes pour l’arrivée de son tout premier élève.

Sa position, ses coups portés… Toutes ses techniques de combat étaient simplement déplorables; il aurait sûrement besoin d’aide pour se remettre à pied! Donc, suite à une rencontre dite fortuite au dojo du village, le gentleman qu’était Yermolai l’avait invité à s’entraîner avec lui. De toute façon, un terrain vague serait un excellent lieu pour se mettre en forme sans encombre!

Quelques minutes se dissipèrent, et la patience du slave s’appauvrissait. Qu’il y avait-il à faire autre que l’attendre? S’il était arrivé, on aurait déjà commencé! Ses mains se renfermèrent en poings tandis que sa respiration se saccadait. Yermolai devint progressivement nerveux, et les frissons derrière son dos ne firent rien pour l'aider. « Seulement un élan, et hop! Je décolle d’ici comme une fusée », se dit-il.

Après une grave considération, il secoua la tête. S’il partait aussi rapidement, tout ceci serait inutile. Il n’avait pas le cœur d’abandonner un camarade, un homme comme lui! Mais, le pire de tout, il aurait gaspillé son temps, et le sien… Après tout, le chevalier n’avait-il pas accepté d’être son professeur; non seulement pour lui enseigner quelques habiletés, mais aussi pour s’améliorer lui-même, et ainsi compenser pour les erreurs de sa jeunesse? Il ferma les yeux, caressant de quelques doigts les cicatrices de son visage. Malgré ce ressentiment inconfortable, il devait rester à cet endroit; ne serait-il pas agréable de regarder les feuilles de couleurs chaudes tomber des arbres, d’entendre les doux chants d’oiseaux et, en même temps, de soulager son agacement grandissant?

Ayant répondu à ses questions, Yermolai contempla ses provisions et saisit le sandwich qu’il avait soigneusement préparé. Il en prit une première bouchée, se disant que son repas serait vachement mieux si, au moins, il aurait pu arriver à décongeler la viande.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mer 8 Aoû - 5:23

Recrue
Points : 2050
Messages : 109
Age : 30
Habitation permanente : Old Fyre
Occupation : Photographe - Esclave ménager d'Hylïane
avatar

ZZZZzzzZZ..... Hhuummmm... Encore 10 minutes...  ZZZzzzZZZZ..... Nooooon, encore 10... Ggggrrrr.... Maaaaiiiiis.... Laisse-moi tranquille... ZZZzzZZZZzzz.... Raaahhh mais quoi ? Gardant les yeux fermés, j'ai sondé à tâtons la table sur laquelle vibrait avec énergie – pour mon plus grand déplaisir - mon portable. Que... HEIN ? 11H58 ??!!!! MERDE !!

Je suis tombé du canapé plus que je ne m'en suis levé, la tête complètement dans le cirage. J'étais en retard, voire plus qu'en retard. Maudit réveil... Ou plutôt, maudite pleine lune. J'avais fait un bras de fer avec elle pendant une partie de la nuit, tant et si bien qu'à l'aube je n'avais pas encore pu fermer un œil. Et dire qu'avant je l'aimais bien cette lune... Il paraîtrait qu'elle n'aurait aucune influence autre que psychologique sur les choses telles que moi, mais ceux qui ont écrit ça ne devaient pas être concernés par le sujet - j'en étais convaincu - car durant des nuits comme celle-ci on se sent à la fois fragile et capable de tout. Et c'était terriblement angoissant. Évidemment, trouver le sommeil dans de telles conditions relevait du petit miracle, mais je n'avais clairement pas l'étoffe d'un prophète. Alors j'avais attendu patiemment que le jour se lève en vidant avec application les étages du frigo, et sur les coups de 9 ou 10 heures, le sournois marchand de sable m'avait jeté au nez son poison somnifère avec insolence. Et me voilà en retard. Définitivement.

Avec précipitation, j'ai attrapé mon sac qui contenait bouteille d'eau et petites friandises en cas de coup de mou, et j'ai dévalé les escaliers de l'immeuble pour rejoindre le terrain vague où devait normalement m'attendre mon professeur russe.

De ce que j'avais compris du type, il était chevalier depuis une paire d'année et il maîtrisait fort bien les techniques de combat rapproché. Je l'avais rencontré complètement par hasard, au dojo d'Old Fyre, alors que j'exécutais assez maladroitement des exercices physiques et des prises enseignées par des coachs quelconques sur Youtube. Le russe était intervenu pour me signaler que je faisais n'importe quoi, ce dont j'avais du mal à me rendre compte par moi-même car je n'avais jamais pratiqué aucun art du combat étant plus jeune. Mon truc à moi, c'était plutôt l'art tout court, pas les arts martiaux. Alors, pourquoi perdre mon temps à m'entraîner ? Deux raisons simples à cela : si j'espérais pouvoir un jour compter parmi les chevaliers de l'aube, il me fallait impérativement me mettre à niveau. Certes, j'étais fort, mais la force ne fait pas tout, et si j'avais la possibilité de me confronter physiquement à à peu près n'importe quelle créature, ne pas faire n'importe quoi devenait essentiel pour protéger les autres et rester en vie. Puis, j'avais dans l'espoir que pratiquer des exercices physiques m'aiderait à maîtriser davantage mon corps, à en connaître tant les possibilités que les limites et - ce que j'espérais par dessus tout – à contrôler la Bête hargneuse qui m'incitait toujours, de millier de manières différentes, à me verser dans la rage, la haine et la violence. Qui contrôle son corps contrôle son esprit, non ? Et c'était bien ce que j'avais l'intention d'atteindre avec le temps. Mais pour ça, encore eut-il fallût que je ne froisse pas mon professeur en arrivant en retard dès notre premier rendez-vous !

J'ai couru à travers les rues tout en me fourrant quelques gâteaux dans la bouche – exercice somme toute plutôt difficile – et c'est haletant que je suis arrivé sur le lieu de notre rendez-vous. Yermolai était déjà présent, assis au pied d'un arbre dont les feuilles jaunissantes se balançaient légèrement dans la brise automnale. Tiens tiens, lui aussi est en train de manger. Boooon... Pendant quelques instants, l'idée incongrue d'attaquer par surprise le russe m'a traversé l'esprit. C'était assez excitant, mais je me suis rapidement raisonné : nous ne nous connaissions pas encore suffisamment pour que je me laisse aller à ce genre de pulsions. Je me suis approché lentement de lui et, posant mon sac à l'ombre de l'arbre, l'ai salué d'un timide « Privet ».

« Pardon pour le retard, j'ai... j'ai eu quelques imprévus, mentis-je. Merci encore pour ces cours particuliers, j'apprécie, vraiment. »

Lui laissant le temps de réagir à mon arrivée, je rajoutai ensuite : « Prends le temps de manger, je vais euh... m'étirer. »

J'ai retiré mon t-shirt, profitant du geste pour faire tomber discrètement les quelques miettes de friandises qui étaient restées au coin de mes lèvres et dans ma barbe, et je me suis placé au centre du terrain vague, sous le soleil de midi. J'ai fermé les yeux, profitant de la morsure de ses rayons sur ma peau et soufflant légèrement pour me concentrer et effacer les angoisses de cette nuit. Ça y est, je suis prêt à en baver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Jeu 9 Aoû - 21:02

Recrue
Points : 1061
Messages : 57
Habitation permanente : Un appartement à Old Fyre
Occupation : Chevalier à temps plein
avatar

Yermolai restait encore un moment à l’ombre, savourant le silence. Généralement, il appréciait la présence humaine, mais parfois, la solitude lui procurait cette tranquillité indescriptible, mais connaissable. Il prit une grande inspiration, absorbant ce nouvel air frais. Même s’il avait effectué de mauvais choix, il était fier de ce qu’il avait accompli: il espérait continuer son bon comportement en montrant l'exemple aux autres. Pour ça, il fallait le faire étape par étape; la première était de former Nawar pour le combat.

Tandis qu’il allait fermer ses yeux, un bruit le surprit. Il sursauta, cherchant celui ayant activé son mécanisme de défense. Son pouls s’accélérait, ainsi que sa confusion. Vais-je être attaqué? Il se souvint soudain des chefs militaires, lui criant des ordres pendant qu'il les exécutait sans un mot. Par contre, seulement un petit « Bonjour » en russe ressortit. Attends... c'est la voix de... Alors qu’il tourna la tête, il constata que ce n’était que son élève qui posait son sac sur le sol. Il le regarda pendant quelques instants avant de le saluer d’un geste de la main.

« Enfin! Tu es là; nous pouvons débuter. Où étais-tu; j’attendais depuis un moment, déjà? »

Même s’il ne voulait pas l’avouer, Yermolai se sentait un peu frustré, dû à son impatience. Ses instincts le poussèrent à exprimer cette dernière, la déversant sur la première personne dans son chemin. Ses patrons avaient l’habitude de faire cela, mais ils avaient plutôt été peints comme des enfants colériques que des hommes dignes du respect. Et ça, le russe ne le voulait pas… Même à l’Armée, le respect était gagné; être considéré comme bêtement violent n’y arriverait pas, et les actions de ses supérieurs l’avaient justement prouvé. Le chevalier conclut donc qu’il n’avait pas besoin de « se défouler » envers Nawar, surtout au premier cours. Après tout, il ne voulait pas être répondu avec la même agression! De toute façon, ces dix minutes n’étaient pas si longues que ça…

« Ça va, dit-il en souriant, ce qui compte, c’est que t'es là! »

Lorsque l’autre homme continua à parler, Yermolai hocha la tête. Il était très important de s’échauffer pour éviter de se blesser! Donc, il le laissa partir. Le jeune roumain croqua une autre fois son sandwich, retenant un morceau de poulet qui se dégelait dans sa bouche. Il l’avala tout rond et, après avoir fini son dîner, se leva et rejoignit son disciple.

« Même si t'as fini de te préparer, il y a quand même des choses que tu dois savoir. Premièrement, tu n’auras pas de résultats immédiats: tu dois donc t’entraîner au moins quelques fois par semaine, même si je serais pas là. »

Yermolai s’éloigna de quelques pas avant se retourner vers son élève.

« Deuxièmement, on doit s’échauffer. J’ai déjà quelques exercices en tête... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 10 Aoû - 10:40

Recrue
Points : 2050
Messages : 109
Age : 30
Habitation permanente : Old Fyre
Occupation : Photographe - Esclave ménager d'Hylïane
avatar

Yermolai m'avait rapidement rejoins au centre du terrain vague, signe que mon retard ne l'avait nullement vexé ni entamé sa motivation. Ouf, car je n'aimais pas particulièrement me mettre des gens à dos, surtout ceux qui pouvaient m'accompagner un peu sur le chemin de ma nouvelle vie. Déjà, mon cœur s'accéléra : c'était vraiment parti. Une véritable leçon avec un véritable coach. Plus question de revenir en arrière. Plus question de se trouver des excuses. Plus question d'avoir peur, il était trop tard pour dire stop...

- ...Premièrement, tu n’auras pas de résultats immédiats : tu dois donc t’entraîner au moins quelques fois par semaine, même si je serais pas là.

Cette première règle leçon ne me surpris pas ; en effet, j'étais bien conscient que vu le niveau d'où je commençais – environ moins huit mille* – je n'allais pas me transformer en Bruce Lee ou autre Chuck Norris en deux jours, mais j'étais motivé, et je m'étais résolu à m'entraîner au moins trois fois par semaine. Du moins, dans un premier temps... Le temps et l'envie me diraient par la suite comment moduler cela. Quant à nos rencontres, même si j'étais certain des capacités d'enseignement du russe - de toute évidence indispensables pour progresser correctement - une peur qui avait pris naissance cette nuit revint me tirailler : qu'adviendra-t-il de moi après avoir encaissé quelques coups ? Serai-je capable de répliquer en bonne et due forme, ou serai-je habité par une haine telle que je mettrai mon professeur en danger ? Non, non et non ! Espèce d'idiot ! Si j'ai décidé de m'y mettre maintenant, c'est que je suis persuadé d'être prêt à affronter ça. Ne l'oublie pas bordel ! Et puis, ce n'est plus le moment de douter. Courage. Glisse*. J'ai ainsi acquiescé d'un coup de tête aux paroles du jeune homme, le laissant m'aviser de la sauce avec laquelle il avait décidé de me cuisiner en ce doux midi.

- Deuxièmement, on doit s’échauffer. J’ai déjà quelques exercices en tête...

J'ai regardé le sol un instant avant de rencontrer le regard de mon professeur :

- Je t'écoute. Par quoi allons-nous commencer ? Ne me ménage pas surtout, je suis... plutôt endurant, finis-je en un rictus légèrement malicieux.

Car, si j'avais bien un atout, c'était celui-là, et j'avais envie qu'il s'en rende compte en le testant au maximum. Après tout, nous n'étions pas ici pour cueillir des fleurs...


ça faisait longtemps !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 20 Aoû - 15:22

Recrue
Points : 1061
Messages : 57
Habitation permanente : Un appartement à Old Fyre
Occupation : Chevalier à temps plein
avatar

Suite aux paroles de l’autre homme, Yermolai fût certain qu’il était déterminé à se remettre en état; les étincelles dans ses yeux ne firent que le confirmer. Même si ce dernier fût un peu rouillé depuis l’année dernière, il s’était bien rattrapé avec ses entraînements des plus rigoureux. Alors, pourquoi ne pourrait-il pas l’aider dans ce domaine? Après tout, Nawar ne voudrait-il pas être plus puissant, lui-aussi?

« Tout au long de l’entraînement, je vais te montrer un exercice et le faire quelques fois. Ensuite, quand t’aurais compris, tu vas m’accompagner et on le fera ensemble. »

Il prit une pause afin d'assurer la compréhension.

« On va commencer par exercer le haut du corps, dont les bras, la poitrine, les épaules et les abdos, dit-il en indiquant sur son corps les muscles nommés. Les pompes –ou les push-ups- servent à tonifier, principalement, les triceps et les pectoraux, ou la poitrine, les épaules et les bras. »

Yermolai se coucha sur le ventre et posa ses mains sur le sol, parallèle aux épaules. Il s’allongea et écarta ses pieds, pliant ses épaules et abaissant son corps vers le sol tout en inspirant. Lorsque sa poitrine toucha presque l’herbe, il déplia ces premiers tout en expirant. Pendant les premières répétitions, il prit son temps, jetant quelques coups d’œil à la performance de Nawar. Même s’il dût parfois se déplacer pour intervenir, il se remettait toujours à sa position initiale et continua le travail dans un mouvement constant. Au fil du temps, il accéléra le pas. Il ne portait plus attention à l'autre et se concentra plutôt sur ses pompes. À ce rythme, chaque mouvement - chaque motion - fût rapide et continuel, sans pour autant effectuer un faux pas. Les prochaines respirations furent lourdes, ressortant presque comme un halètement. Alors que ses bras s’engourdirent, il décida de les laisser reposer...

Tandis que le russe ralentit, il porta un vif regard à son partenaire avant de fixer le sol. L’air chaud s’infiltra dans sa bouche et vint gratter le fond de sa gorge. Il s’assit et contempla le ciel. Les oiseaux partirent pour laisser place à de nuages qui cachèrent partiellement le soleil. Après quelques grandes respirations, il toisa une autre fois Nawar et lui sourit.

« Premier exercice et t’es déjà fatigué? »

Yermolai s’étendit, cette fois-ci sur le dos, et plaça ses mains derrière sa tête.

« Ne te délasse pas maintenant; on n’a pas fini de sitôt! On a aussi des sit-ups à faire… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

La vigueur à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Lois en vigueur dans notre pays
» L'épreuve du FEU!
» Traités en vigueur au Berry
» [HRP] Projet Fricotage
» Napoleon_Louis - 10.X.1458 - R - TOP (Diffamation)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville-