LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS






J'aurais voulu être un oiseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Mar 31 Juil - 22:43

Invité

Invité
¤ Vole vole, petit oiseau. Vole dans les cieux. Profite de ta liberté, de cette magnifique sensation de plénitude. Vole vole, petit oiseau. Contemple notre monde des cieux. Observe les humains parcourir le monde. Vole vole, petit oiseau. De ton arbre, fixe nous, mais ne juge pas nos actions. Car nul ne mérite d'être jugé, seulement d'être guidé. ¤



Des fois, Vara se  demande ce qu'elle a fait au monde pour vivre ça "T'es née meuf, voilà !". Elle contemple le vide de sa vie sociale, dépitée du néant qu'elle est. Vide, rien, aucun intérêt envers personne. C'est le vide, le néant... un véritable trou noir. Dépit. Morosité. Lassitude. Voilà quelques sentiments qu'elle ressent en ce moment. Vara voudrait bien partir en mission, mais chaque fois qu'elle réussie à se trouver un ou une partenaire, ils finissent par partir en courant devant sa poisse légendaire. Mais c'est pas de sa faute à elle, si ? "et bien en fait oui" Elle ne sait plus quoi faire. Continuer cette quête futile ou se concentrer sur autre chose ? "autre chose meuf, autre chose, t'es tellement maladroite que tu saurais même pas marcher droit sans te viander par terre en mission, alors la discrétion... ohlala!".

Grommelant contre sa petite voix intérieure, elle finie par détourner les yeux des différents groupes partant en mission. C'était fini, personne ne l'avait choisie. Ça se finissait toujours comme ça de toute façon. Elle, seule dans son coin, tout le monde en équipe sauf Vara. Poussant un soupir de lassitude, elle jeta un dernier regard vers son chef avant de se détourner et de partir, le moral à plat. De toute façon, que pouvait-elle y faire ? Les missions en solo n'était pas accepté puis, même si elle voulait essayer, sa maladresse était telle qu'elle pourrait se blesser toute seule en pleine mission, voire crever sur le bord de la route sans que ça n'inquiète personne. Après tout, elle n'était peut-être pas faite pour être chevalière. Peut-être n'était-ce pas sa vocation et que sa mère avait fondée de trop grand espoir ? "possible meuf, possible"

Un reniflement plus tard (et non elle pleure pas, c'est le vent, voilà !), elle laissa ses pieds décider tout seul d'où aller. Souvent, Vara faisait ça. Elle laissait ses pieds vagabonder à leurs guises, marchant de-ci de-là dans tout Old Fyre. Aujourd'hui, étrangement, le tout l'emmena dans une forêt. Une forêt très... euh... "glauque chérie, on dit glauque"... très glauque, voilà. Et effrayante aussi, très effrayante. Mais tellement captivante, tant son mysticisme était exacerbé grâce aux lueurs de l'aube. Un petit sourire aux lèvres, Vara se mit à tournoyer sur elle-même, avant de se prendre le pieds dans un objet non identifié "c'était une racine meuf, une putain de racine... t'as trébuché, sur une racine... oh putain", de débouler la colline... *oooooh un oiseau, qu'il est joliiiiiiii*... tombant, tombant *I BELIEVE I CAN FLYYYYYY*, dévalant la pente, qui semblait interminable *Oh bon sang, mais c'est quoi ce truc, mais c'est dégueulasse, c'est tout visqueux* pour finir par atterrir dans un petit lac en contre-bas. Alors que ses pieds touchaient le fond, Vara laissa son regard admirer le paysage autour d'elle et voulu parler, mais se rappela qu'elle était sous l'eau et se la ferme "Pour une fois". Après un moment à contempler le fond marin "Meuf, j'savais pas que t'avais autant de souffle" elle finie par donner un coup de talon sur le sol et remonter à l'air libre, crachotant l'eau comme un petit chaton qui se noie.

*Oh bon sang, l'eau de ce lac est immonde, ça goûte la pisse de chien (et ne lui demander pas comment elle le sait, elle ne vous répondra pas... NIET !). Finissant de crachoter, elle toussa un bon coup, expédiant hors de son corps les derniers relent d'eau. Vara finie par quitter le lac, le corps dégoulinant d'eau, les cheveux retombant sur ses yeux "meuf, tu ressemble à un chaton mouillé, c'trop drôle". Grognant encore une fois contre sa voix intérieure, elle rassembla ses cheveux sur le côté, les essorant... seulement maladresse+eau+sol mouillé=catastrophe. C'est donc sans grande surprise que Vara mit le pied dans une flaque d'eau, que celui-ci dérapa, qu'elle tomba sur une forme qui lui sembla vaguement humaine et c'est dans un gros PLOUF qu'ils tombèrent dans le lac derrière eux. "HAHAHAHA OMG MEUF C'ÉTAIT DÉLIRE" Ressortant la tête de l'eau, Vara se rendit compte que le truc qu'elle avait percuté était un gens... une gens en fait, car c'était une fille.

Sortant de l'eau, elle aida l'autre à faire de même et, contrite, parla.

- Bonjour, je suis Varendra. Je suis vraiment désolé de cette chute, ce n'était absolument pas voulue. En fait vous voyez y'avait cette... "euh, meuf j'crois qu'elle s'en fou de savoir ça"... *ouais t'as raison)... oui bon euh voilà, je suis vraiment désolé.

Un petit rire gêné sortit de sa gorge et elle leva une main, légèrement tremblante, vers sa comparse. Après tout, qui irait serrer la main de la personne qui venait de la faire se viander dans un lac ? À part elle, bien entendu !
Revenir en haut Aller en bas
Message
Mar 16 Oct - 14:54

Recrue
Points : 636
Messages : 16
Habitation permanente : Pour le moment chez son papa en Hongrie
Occupation : Observer et soigner les êtres magiques. | Etudiante en médecine par mi-temps| Dompteuse de créatures et d'animaux | Apprentie chevalière de l'Aube
avatar


Tu t’étais retrouvé par ici grâce à une rumeur qui n’a fait qu’un tour dans ton cerveau. Ton journal de bords sur les créatures commence à devenir plus une encyclopédie qu’un journal. Tu l’as déjà changé trois fois, entre les notes que tu rajoute, les photos, les dessins et tout autre chose que tu colles à l’intérieur… Mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui. Tu étais ici pour retrouver la trace d’une créature qu’on semblait avoir perdu de vue. Mais il semblerait qu’elle ait mutée pour prendre une nouvelle apparence afin de s’acclimater avec son nouvel environnement. Après tout ce n’est pas rien de bouger de la France pour venir vivre en Afrique du sud !

Bref.

Alors que le bruit de tes pas se laisse engloutir dans la forêt qui semble vouloir te retenir prisonnier, tu aperçois une silhouette qui pourrait convenir au "dit-on" des autres voyageurs. Avançant prudemment, écoutant les hululements de ta chouette qui ayant pris de la hauteur pour prévenir le potentiel danger, semble un peu méfiante sur la chose. Tu passes ta main doucement dans ta petite pochette qui garde précieusement le nouvel agenda pour noter tes observations. C’est alors que du coin de l’œil, tu l’aperçois vraiment. Ses couleurs, ses formes. Tu entends même son chant, du moins c’est ce qui semble être un chant, tu n’en as pas vraiment sur, mais tu le notes, dans un coin, avant de commencer à dessiner. Laissant le crayon tailler un peu à la va-vite à l’aide d’une des pointes d’une de tes flèches glisser sur la page un peu rêche. Mais voilà que l’ombre disparaît de ton champ de vision. Paniquer à l’aide de voir partir un potentiel futur compagnon de route, tu le suis sans prendre le temps de réfléchir. Ni une ni deux te voilà face au lac. Gonflant tes joues face à l’échec que la créature venait de te mettre, tu ranges au fond de ta poche le crayon avant de laisser l’air s’expulser, laissant avec lui un grand bruit d’agacement.

Alors que tu t’apprêter à faire demi-tour voilà qu’une énorme masse te tombe dessus. Toi qui es si fragile, tu n’as eu le choix que de te laisser guider par sa chute. Un petit cri de surprise et te voilà bec dans l’eau. Un petit moment de panique fit agir ton corps, de l’air et vite !

• Pfouah !!!

Tu respires un bon gros bol d’air aussi vite que possible, avant de cracher un peu l’eau qui par son odeur te rappela les égouts de ton enfance. Plaquant dans un mouvement lent tes cheveux imbibés de cette eau croupie sur le haut de ta tête laissant ainsi ta petite bouille voir autour de toi ce qui se passe. Relevant ton regard bleu azur, tu trouves enfin la raison de pourquoi te voilà le cul dans l’eau. Une femme se présente devant toi. Un peu apeurée aux premiers abords, tu la scrutas du regard avant d’attraper le même sourire qui arborait sur son visage. Écoutant ses paroles, tu lui pris la main tout en laissant un petit rire s’échapper.

• Bonjour Varenda, je suis Melusine ! J’espère que tu ne t’es pas fait mal dans ta chute !


Une fois debout, la remerciant du coup de main, tu ne pus t’empêcher de faire le tour de son corps pour voir s’il y avait d’éventuelles plaies ouvertes. Puis tu tapas doucement sur tes propres fesses pour en retirer l’excès de boue qui restait coller. Non sans grimacer.

• Je pense que l’odeur va nous suivre pendant un petit moment...Haha…

Tu passas la main derrière ta tête avant de lui indiquer le bord du lac, au sec.

• Nous ne devrions pas rester là dans l’eau, je crois qu’il y a des sangsues et d’autres monstres dont rien que le nom donne la nausée !

La tête basse et la main sur ton menton tu réfléchie sagement, fallait-il sécher les vêtements, les faire bouillir avec un peu d’herbe pour en retirer l’odeur ? Quoi que pour traquer certaines espèces locales cela pourrait être utile. Marchant doucement vers la terre sèche tu levas les bras. Ton fort n’est pas de réfléchir. Tu sortis de tes poches ton petit carnet qui laisser dégouliner l’encre de tes dessins précédents. Laissant un soupir.

• Mais dit moi ! Tu parles ma langue !!!! Tu es une aventurière toi aussi ?

Oui c’était seulement maintenant que tu venais de réaliser cet incroyable détail. Trouvant alors une souche d’arbre non loin de là, tu posas ton fessier retirant chaussures et chaussettes dans l’espoir qu’elle sècherait vite. Indiquant a la jeune femme de s’assoir ici, à tes côtés, pour en faire de même.

• Comment es-tu arrivé ici ? Oh ! A tu vu un monstre ressemblant à un chien mais avec des espèces d’écaille et une tête genre….humm... difforme ?


Avec tes mains tu essayer d’imiter la bête, laissant alors ta moue d’enfant prendre le dessus sur l’adulte que tu es.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

J'aurais voulu être un oiseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Elle a eu tout ce que j'aurais voulu avoi [JESSICA & OXANNA]
» Le roi l'oiseau 2012
» [MOC] L'oiseau
» Je savais que j'aurais dû me mêler de mes affaires.
» Un oiseau de mauvaise augure
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: La paperasse :: Archives :: Aventures oubliées-