LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Missions
RP libres
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS






L'art peut être aussi familier qu'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Ven 16 Fév - 16:43

Recrue
Points : 283
Messages : 7
avatar

La beauté des paysages australiens ne cessaient de surprendre Kwanita. C’était sa seconde fois sur le sol australien, et elle se disait que jamais elle ne pourrait se lasser de ces vastes espaces. La chaleur étouffante du désert, c’était peut-être ce qu’elle préférait. Pourtant, aujourd’hui, elle ne faisait pas un road trip comme elle pouvait les aimer. Aujourd’hui, elle était du côté de Canberra. La capitale était plutôt reconnue pour ses galeries d’art et ses marchés d’artisanat local.

C’était d’ailleurs ce qui l’amenait par ici. L’art. Elle voulait en apprendre plus sur les aborigènes australiens, et pour l’amérindienne, il n’y avait rien de mieux que l’art pour comprendre un peuple. Vagabondant entre les différents artisans et stands, elle ne pouvait s’empêcher de remarquer les quelques similarités entre les amérindiens et les aborigènes.

Les peintures sur le corps par exemple, bien que différentes, étaient surtout utilisées lors de cérémonies. Leurs croyances étaient, comme pour de nombreux peuples, polythéistes. Eux aussi voyaient de nombreux esprits dans la nature. Cette dernière régissait d’ailleurs beaucoup leur mode de vie. En revanche, ce qui les différenciait vraiment relevaient plus de leur mode de vie, de leur vision de l’esthétisme.

D’ailleurs, ce dernier point fascinait la brune. C’était coloré, très cyclique et avec beaucoup de pointillisme. Certaines oeuvres étaient abstraites, d’autres représentaient quelque chose de concret et réel. Mais c’était aussi plus sobre, gravé dans la pierre ou le bois, à connotation religieux ou non.

Prenant dans ses mains un collier en bois, elle ne pu s’empêcher de constater la finesse du travail, les traits de peinture délicats. Kwanita avait surtout un coup de coeur pour cette petite pièce. Ni une, ni deux, elle se permit d’acheter ce bijoux. Le vendeur lui tendit une petite carte qu’elle lut à voix haute pour elle-même.

- Aboriginal Dreaming Gallery…
- Oui, c’est une galerie sur les arts aborigènes, répondit le vendeur. Aujourd’hui c’est le vernissage d’une nouvelle collection de bijoux si ça vous intéresse.
- Oh, merci !

La jeune femme gratifia l’homme d’un sourire et se dit qu’il serait fort intéressant d’aller faire un tour à cette fameuse galerie. De toute façon, elle n’avait pas grand chose à perdre mis à part du temps. Elle n’avait aucune obligation, et elle voulait simplement se laisser guider et voir où les événements la mènerait. C’était ainsi que la Comanche faisait de chaque jour une nouvelle aventure.

Bien décidée à aller voir l’art de cette galerie, la voilà partie pour découvrir ce lieu d’exposition. Arrivée sur place, elle est surprise. La façade du musée semblait simple et moderne. Elle ne s’attendait pas à ça, mais après tout, c’était ce qui était à l’intérieur qu’elle venait voir. D’un pas vif et décidé, elle entra dans le bâtiment.

Voilà ce qu’elle attendait : du dépaysement. Et elle n’était pas déçue. Entre les gravures, les sculptures et les peintures, Kwanita en prenait plein les yeux. C’était grandiose. Déambulant entre les pièces d’art, elle s’arrêta devant une mosaïque en particulier. Ca lui semblait familier et en même temps très étranger. C’était un sentiment bizarre, loin d’être déplaisant. Mais ça réveillait en elle un fort sentiment de curiosité.

Elle resta plantée devant la mosaïque, les yeux parcourant chaque millimètre carré de l’oeuvre, comme si elle cherchait à découvrir le secret que renfermait la pièce en question.

- C’est quoi ? Une tortue ? Un soleil ? Se questionna-t-elle à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 23 Fév - 14:01

Invité

Invité
C’était mon weekend de repos, et j’avais décidé de quitter Old Fyre pour quelques jours, histoire de calmer la créature sauvage et avide de liberté en moi. Voler me manquait, même si je ne trahirais pas la promesse que je m’étais faite pour rien au monde. Ma vie pouvait en dépendre après tout. Ce qui ne m’empêchait pas de me sentir enfermer dans ma peau, comme une démangeaison sous l’épiderme que je ne pouvais pas gratter pour la calmer. Tout ce que je pouvais faire c’était de penser à autre chose, de m’occuper l’esprit. Et s’il y avait une chose qui fonctionnait bien, c’était l’art. Depuis que j’avais découvert les œuvres magnifiques qu’étaient capables de créer les humains, elles m’avaient toujours attirée, et je pouvais passer des heures à m’en délecter. De quoi me faire oublier le ciel tentateur. J’avais donc pris le bateau, direction la terme ferme d’Australie. Une île à l’histoire intéressante dont la diversité témoignait de cet héritage particulier. Cela s’en ressentait dans l’art, mélange de la culture aborigène et européenne. Ma destination fut Canberra, cette ville étonnante qui n’avait été créée que dans le but de devenir la capitale d’Australie. Une ville riche, jeune et animée, autant centre des affaires administratives du pays que de l’aspect culturel. Un lieu qui me plaisait et m’intriguait donc.

A peine avais-je posé mes affaires dans un hôtel un peu excentré – et donc un peu moins cher – j’avais lancé une recherche depuis mon smartphone pour savoir quels évènements culturels étaient susceptibles de m’intéresser. Les Smartphones. Une invention géniale que personne n’aurait osé imaginé à l’époque où j’avais été contrainte à quitter l’humanité. Un petit boitier qui tenait dans une main, qui émettait et recevait image et son, et permettait à son utilisateur d’accéder à une quantité de connaissances considérable. Autant dire que j’étais amoureuse de ce petit appareil et que pour rien au monde je m’en séparerais. Il ne me fallut pas longtemps pour opter pour le vernissage à l’Aboriginal Dreaming Gallery . Un taxi plus tard, je mettais les pieds dans ladite galerie. L’extérieur n’annonçait pas la couleur, mais je ne m’attendais pas plus de la part d’une ville construite spécialement et entièrement sur des plans d’architecte. A l’intérieur par contre, divers type d’œuvres se côtoyaient, colorées et géométriques. Le vernissage annonçait des bijoux – dont je devais le reconnaitre j’étais plutôt friande – mais je supposais que cette partie de l’exposition devait se trouvait un peu plus loin, là où il aurait plus de monde. Je m’attardais donc plutôt sur les autres œuvres, curieuse de l’inspiration et des techniques utilisées. Mon regard s’attardait sur les détails, imaginant comment l’artiste s’y était pris, essayant de comprendre tout ce que la pièce d’art traduisait. Comme hypnotisée, je ne pris pas garde au temps qui passait – ce qui était bien entendu le but de toute façon. Ce fut une voix féminine qui me sorti de ma transe. Juste derrière moi une femme, d’après la silhouette, à la chevelure foncée s’interrogeait à voix haute sur ce que représentait l’objet devant elle. Attirée malgré moi, je me décalai pour apercevoir dans son entier la mosaïque observée. Cercles et pointillées, sautaient aux yeux, a priori sans aucun sens. Me rapprochant, je laissai mon regard errer dessus avant de dire lentement : « Je ne suis pas sûre que ce soit le soleil. Pour les aborigènes, le soleil est une déesse qui porte des torches, et ça n’y ressemble pas. ». Mon regard se tourna enfin vers elle, appréciant son profil aux pommettes hautes, traduisant ses origines amérindiennes. Je me demandais comment elle avait atterri dans ce coin du globe.
Revenir en haut Aller en bas

L'art peut être aussi familier qu'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Débat: quel familier pour un panda eau
» [Familier] Tofoudre !
» Comment un Nasbaztag peut-il envoyer son adresse MAC ?
» [T-Shirts] Est ce que cela peut vous intéresser ?
» Apres une résu au dongon familier........
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Océanie-