LIENS UTILES
Code de vie
Contexte
Annexes
FAQfadet
Actualités
Habiletés
Défis
Défis mensuels
Missions
RP vedettes
Absences
Partenariat
RUMEURS
La société de l’étoile du soir aurait tenté de recruter un chevalier. Soyez sur vos gardes.
Le QG est étrangement vide depuis le début de la mission d'infiltration au Canada.
Attention aux pluks : ils sont en plein rut et suspicieusement affecteux. Eurk.
SCÉNARIOS





Béni par le feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Mar 13 Fév - 18:22

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement
Points : 1957
Messages : 218
Habitation permanente : Un appartement en Australie
Occupation : Assistante vétérinaire
avatar

« Au final, le pluk s’avance doucement vers moi, gobant le morceau de gâteau que j’avais dans la main. Il part aussitôt. »

  Hmm... Je fixe l’ordinateur, me demandant si je devrais remplacer le verbe « gober » par quelque chose de mieux. Je secoue la tête : pas besoin de me presser, je n’ai qu’à remettre ce document la semaine prochaine. Par contre, j’aurais beaucoup plus de points si je le remets avant. Pas nécessaire, mes notes sont déjà très bonnes cette année. Soupirant, je ferme le laptop et regarde l’horloge :

18 :00

  Six heures? Il est encore trop tôt pour se coucher! Prenant mon sac à main et tous mes essentiels, je verrouille la porte et me dirige dehors.
  Les rayons du Soleil m’inondent, une bouffée d’air frais rentre par mes narines. Je m’immerge de crème solaire, faisant attention à ne pas abîmer ma chère peau, si pâle et frêle. Apercevant une animalerie, je m’infiltre dans une assez petite salle où des animaux de toutes sortes sont établis dans diverses cages.
  Les pauvres, ils n’ont aucune chance de s’échapper. À moins de les adopter... Cependant, je ne devrais pas prendre quelqu’un pour la simple raison de lui donner de la liberté. Peut-être que certains animaux sont contents de rester dans un logis restreint au lieu d’être lâchés à la nature impitoyable, se faisant dévorer à la dernière seconde.  
  Un géant aquarium, couvrant tout le mur, se dresse contre moi. J’adore les poissons; ils sont calmes et ont besoin de peu pour survivre. Les prendre ne ferait que les laisser dans un petit bocal solitaire. Je soupire.

RIIIIIIIIIIIIING RIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING
RIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING

 Je sursaute. Tout le monde se dirige dehors. D’après la sonnerie, quelque chose d’anormal se passe. Une fois à l’extérieur, tout le monde s’écarte.
-Que personne ne bouge! Un pas de plus et je tire la fillette.
  Un homme est à peine quelques mètres de moi, portant une tunique noire typique de voleur. Il pointe son fusil sur moi, prêt à me tirer dessus. J’écarquille mes yeux, manquant de crier. Un autre homme, habillé de la même façon, s’écrie plus fort que le premier.
-Jetez vos portefeuilles à terre. MAINTENANT!!!
  Je laisse mes mains en l’air, ne sachant quoi faire. Tout le monde laisse échapper leurs sacs, leurs téléphones, et surtout leurs porte-monnaie. Le Premier amorce son arme.  Le Deuxième s’avance vers moi avec un regard plein de malice. Je ferme les yeux.

POW

  Petit à petit, j’ouvre mes yeux. Le Premier, pétrifié, tombe par terre. Le Deuxième, me regardant de travers, s’effondre lui aussi. Un inconnu vêtu d’un cape me prend par le bras et cours vers le coté. Je le suis docilement, sans me débattre. Un policer nous arrête, menaçant l’étranger. Il enlève son masque, dévoilant des cheveux gris qui ne dépassent guère sa tête. L’agent hoche la tête et nous laisse passer. Ce personnage se tourne vers moi et me lâche le bras. M’observant de ses yeux vitreux, sa peau quasi transparente s’illumine comme une lampe qu’on allume la nuit avant de dormir. Il s’adresse à moi, presque par télépathie de la façon où sa bouche se bouge.

« Viens, je t’amènerai en sureté. »

  Un sentiment étrange de calme m’envahit. Au lieu de partir, je prends sa main, espérant encore entendre sa voix rassurante chanter dans ma tête. Nous marchons mollement dans la ville envahie par le stress. La fatigue me consomme peu à peu... Je pourrais fermer les yeux à tout instant.
  Soudainement réveillée, je constate une petite cabane en face de moi, la lune déjà haute dans le ciel. Regardant à la droite, j’aperçois mon sauveur qui ouvre la porte, m’incitant à entrer.
  À ma vue, une pléthore de chats des plus colorés s’enfuient, se cachant dans diverses meubles adaptés pour eux. Ravalant ma salive, je m’avance lentement au milieu de la pièce. Je m’assis à genoux sur le parterre de paille, mes mains sur mes cuisses.
  Après un certain moment, un chaton noir se place directement vis-à-vis de moi. M’assurant de ne pas l’effrayer, je me mets à quatre pattes, m’approchant de plus en plus de la boule de poils. Ses yeux rouges pétillants me font face avec passion. Il se met à deux pattes, son nez touchant presque le mien. Il pose sa patte sur ma main tendue dans sa direction. Sur son cou, un collier d’argent scintillait dans la clarté floue de la pièce.

« Lucifer »

Quel joli nom. Sans un bruit, l’homme s’accroupit vis-à-vis de moi.

« Dalia, appelle-moi Yuki. »

Comment connait-il mon nom? Apeuré, Lucifer saute dans mes bras comme pour se retrouver en
sécurité en me câlinant. Yuki glousse doucement.

« Il semble t’aimer. Pour une petite somme d’argent, il est à toi. »

Je hoche ma tête. Je sors doucement de la demeure, posant un bisou sur la minuscule tête du félin.

***

  Me laissant tomber sur mon lit, j’ouvre mon ordinateur et passe en revue mon texte. Tout semble correct, sauf la dernière phrase. Je corrige immédiatement la faute.

« Au final, le pluk s’avance doucement vers moi et gobant dévore le morceau de gâteau que j’avais dans la main. Il part aussitôt. Rassasié, il s’enfuit.»
Je fixe mon nouvel compagnon, et lui me toise à son tour, satisfait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Béni par le feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Océanie-