Aux petits soins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Sam 3 Fév - 10:07

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 553
Messages : 14
avatar

Comment de telles choses étaient-elles possibles? Comment une jeune fille pouvait être enlevée par des créatures et réduite en esclavage? Je serrais les dents en songeant que je n'étais certes pas humaine, mais j'avais moi aussi été capturée. J'avais la chance d'avoir été traitée correctement, mais ça n'état pas son cas à elle. Le chevalier qui m'avait avertie qu'on me la confierait m'avait précisé qu'elle était gravement blessée, et il avait émit l'hypothèse qu'elle ait été battue. Moi qui avait si mal vécu ma captivité, je n'osais pas essayer d'imaginer ce qu'elle avait dû vivre. Si je le faisais, j'allais m'écrouler et c'était la dernière chose dont j'avais besoin.

Ce qu'il fallait, c'était que je prépare tout ce dont elle pourrait avoir besoin dans l'immédiat. La toute première chose, c'était que selon l'état dans lequel ils allaient me l'amener, elle voudrait sans doute se sentir propre. Ensuite il faudrait que je m'occupe de traiter ses blessures de mon mieux et qu'elle se repose. Peut-être aurait-elle faim?

C'est donc d'un pas décidé que je montais à l'étage pour préparer la chambre d'amis qui avait une toute petite salle de bains attenante. Je n'avais rien contre le fait qu'elle utilise la principale, il faudrait que je le lui dise d'ailleurs, mais j'espérais que l'idée d'avoir une douche à elle lui ferait plaisir. Draps propres, volets et fenêtres ouverts pour aérer, une tenue de rechange que je savais confortable parce que j'ignorais si elle aurait des affaires avec elle. De quoi la soigner, également : désinfectant, pommade et bandages en tout genre.

Je terminais d'occuper le temps que j'avais avant qu'elle n'arrive avec une fournée de pancakes. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'elle pouvait aimer ou pas, du dernier repas qu'elle avait pris. Quelle heure était-il? Je n'avais même pas regardé. De toute manière je n'avais plus le temps de préparer autre chose, ce qui réglait la question.

Je fus tendue jusqu'à ce que, enfin, on sonne à ma porte. Je fonçais aussitôt ouvrir, m'essuyant nerveusement les mains sur mon tablier rose à froufrous en regrettant de ne pas avoir pensé à le retirer plus tôt.

"Bonjour, entrez, entrez."

Fis-je avec un demi sourire, en ouvrant la porte en grand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 10 Mar - 15:15

Recrue
Points : 214
Messages : 14
avatar

L’esclavage était enfin terminé. Secourue par le genre humain, Ea et ses compagnons d’infortune avaient été relocalisés à travers divers refuges de l’ordre de l’aube de façon à diviser les charges. Ea fut envoyée au QG. On lui avait expliqué que, là-bas, une jeune femme avec des dons de guérison avancée était prête à l’accueillir chez elle le temps de son rétablissement, de sorte que son temps de convalescence en serait grandement diminué.

Ainsi, Ea avait été soignée et pensée, et quand son état fut stable, elle fut transférée au QG ou une chevalière la prit en charge. Elle se retrouva assise dans un fauteuil roulant, car la route serait trop épuisante autrement. La chevalière commença donc à la guider à travers les couloirs du manoir, pour finalement, rejoindre son collègue qui portait une grande valise.

Le soleil éblouit la demoiselle, qui protégea son seul œil en levant son seul bras valide. L’autre étant plâtré et reposait ans une hâtelle à cause de multiples fractures qui se rendaient jusqu'à l’omoplate.

Une fois à Old Fyre, le trio circula à travers les ruelles du village, cherchant à éviter les foules. Ce fut un cheminement lent et silencieux qui les mena vers la maison de la guérisseuse. Quelques coups furent cognés et une dame ouvrit, grand sourire au visage, les cheveux mauves et les yeux marron. Ea détourna le regard. En comparaison, elle se savait mutilée et immonde. Elle ne voulait pas infliger sa présence à la guérisseuse, mais elle se savait sous l’autorité des chevaliers.

La chevalière salua la dame et lui donna un dossier – qui contenait des informations sur l’état de santé de la rousse - et une valise qui contenait un minimum de vêtements et un nécessaire de toilette. Ensuite, ils partirent, bien contents, car ils ne semblaient pas du tout à l'aise en présence de la survivante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 12 Mar - 15:19

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 553
Messages : 14
avatar

Je ne m'étais pas attendue à ce que la chevalière accompagnant ma patiente s'en aille aussi rapidement avec son collègue. Je pensais qu'elle me l'aurait présentée, qu'ils seraient restés avec nous, pas qu'ils prendraient la fuite après m'avoir fourré dans les mains un dossier et une valise.

"J'imagine qu'ils devaient avoir à faire… eh bien tant pis, cela fera plus à manger pour nous!"

Fis-je, d'abord perplexe puis plus enjouée. Je baissais les yeux sur le dossier et l'ouvris le temps d'y jeter un rapide coup d'œil pour obtenir son prénom et de vérifier à quel point elle avait besoin de son fauteuil roulant. Manifestement, c'était plus pour éviter qu'elle se fatigue que parce qu'elle ne pouvait pas marcher ce qui était plutôt une bonne nouvelle compte tenu que les chambres se trouvaient à l'étage.

"Alors, dans l'ordre qui te plaira je te propose de déguster quelques pancakes avec une boisson chaude, de faire un tour de la maison, de te montrer ta chambre. Et après tout ça, on verra si tu me supportes encore ou si tu préfères que je te laisse un peu tranquille."

Plaisantais-je, avec un sourire affectueux. La pauvre avait manifestement beaucoup souffert. Il n'y avait qu'à voir son attelle et ses trop nombreuses cicatrices, dont son œil manquant.

"Par quoi souhaites-tu commencer, Ea?"

Demandais-je, en dénouant mon tablier rose avant de le retirer, le pliant machinalement tout en lissant les froufrous blancs. J'aurais vraiment dû faire ça plus tôt et le ranger avant son arrivée, j'avais l'air un peu ridicule. Réalisant soudain que je ne pourrais que difficilement tenir mon tablier et faire avancer le fauteuil roulant, je décidais de le poser sur la commode de l'entrée qui était la surface plane la plus proche. Je pourrais toujours le ranger plus tard.

"Si tu n'aimes pas les pancakes, je ferais autre chose. Dis-moi juste ce qui te fait envie."

Proposais-je, en me souvenant de l'inquiétude qui m'avait prise un peu plus tôt. Cela dit, qui n'aimait pas les pancakes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 24 Mar - 15:36

Recrue
Points : 214
Messages : 14
avatar

La rousse observait le tablier rose a Froufrou de son hôtesse. Sa mère aussi aimait bien cuisiner avec un tablier, elle disait que cela évitait de se salir même si elle finissait toujours par mettre de la farine dans ces cheveux en replaçant une mèche rebelle. Un simple tablier ramené tant de souvenir a la balafrée, de bons souvenirs qu’elle prit automatiquement la femme sans nom en sympathie.

-Vous n’êtes pas obligé de vous donner tant de mal…

Comprenant qu’il serait difficile de faire rentrer le fauteuil roulant si elle y était toujours assise, Ea s’appuya sur les bras de la chaise pour se relever et faire quelques pas dans la maison.

-Merci de votre accueil. J’ai confiance que m’accueillir n’est pas plaisant pour vous, je me ferais discrète…

McNeil essaya de sourire, mais elle avait oublié comment voilà bien longtemps, ainsi, ses lèvres se déformèrent en une sorte de grimace sympathique. L’Écossaise ne voulait pas être un désagrément pour la dame en mauve, mais c’était un mal qu’elle savait nécessaire. Son état était précaire et cela empêchait toute autonomie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mar 3 Avr - 12:30

Home is made of love, dreams and warm pancakes
Points : 553
Messages : 14
avatar

"Ne t'en fais pas pour moi, ça me fait plaisir."

Répondis-je avec un sourire affectueux, en baissant les yeux sur cette petite rouquine. Trouvait-elle que j'en faisais trop? C'était possible, après tout elle n'avait plus l'habitude qu'on s'occupe d'elle. Je la surveillais d'un œil vigilant lorsqu'elle se leva et repliais le fauteuil roulant pour pouvoir le déplacer facilement. Je veillais à me trouver suffisamment proche d'elle pour pouvoir la soutenir si elle en avait besoin mais luttais contre moi-même pour la laisser marcher seule.

"Ne dis pas ça."

Rétorquais-je, peut-être un peu vivement, lorsqu'Ea évoqua le fait que sa présence était déplaisante. J'appuyais le fauteuil contre un mur et, une main gentiment posée sur son bras, la guidais jusqu'à la cuisine où je tirais une chaise pour qu'elle s'y installe.

"Je ne te cacherais pas que j'aurais aimé être prévenue un peu plus tôt que j'allais t'accueillir, mais ça n'est pas ta faute et je suis ravie que tu soies ici. Je ne veux pas que tu te fasses discrète, tu es ici chez toi. D'ailleurs, tu es libre de te servir dans le frigo et les placards, la seule chose que je te demande c'est de me prévenir avant qu'on ne tombe à court de quelque chose."

Expliquais-je, tandis que je sortais une assiette et disposais quelques pancakes dessus avant de la placer devant ma pensionnaire.

"Aimerais-tu quelque chose à mettre dessus? Beurre, sirop d'érable, sucre, confiture? Je dois aussi avoir de la pâte à tartiner au chocolat quelque part. Tu veux boire quelque chose?"

Demandais-je, arrêtant enfin de m'agiter pour me tourner vers elle en attendant qu'elle me réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message


Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Aux petits soins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» petits aimants pour figurines
» plus de petits elos ?
» Donne petits chiens noirs
» Aloha à mes petits choux !!
» Soins journaliers
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville :: Les habitations-