Deux minutes féminines, ou l'éternité au masculin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Dim 18 Juin - 15:09

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 1367
Messages : 228
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
avatar

Hein? Ca avait été la seule pensée de Tullio, lorsque Victoria était passée en coup de vent pour lui signaler que son collègue allait l'attendre ici, pendant qu'elle faisait on ne sait quoi.

Jusque là, la journée du jeune homme avait été absolument idyllique : il s'était couché tard et donc avait fait la grasse matinée. Puis, il s'était levé et avait attrapé un bol de céréales qu'il avait dégusté vautré dans le canapé. Où il était resté, dans la même position ou presque.

Et il en avait été ainsi jusqu'à l'arrivée de ce mec qu'il ne connaissait pas. Contraint de s'asseoir correctement, ne serais-ce que par égard pour Toria qui l'aurait engueulé s'il ne l'avait pas fait, il s'était donc retrouvé côte à côte avec un gars sorti de nulle part.

"J'm'appelle Tullio, enchanté."

Avait finit par déclarer le junkie, après s'être raclé la gorge, tendant une main qui tremblait légèrement. Mouais, super comme présentation. Il fallait dire que deux jours et demi sans toucher à rien, ça n'aidait pas. Il avait d'ailleurs été malade la veille, il espérait juste que ça ne se voyait pas trop.

"Euhm… Ca fait longtemps que tu connais Toria?"

Lança Tullio, pour tenter de faire un peu la conversation. C'était minable, mais c'était toujours moins pire que de se regarder en chiens de faïence dans un silence gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 18 Juin - 16:17

On est toujours le monstre de quelqu’un
Points : 429
Messages : 33
Age : 24
avatar

Le monde était vraiment passionnant à visiter selon le cowboy passionné par son boulot de chevalier. Après une petite période de pause, qu’il avait choisi de prendre histoire de reposer son corps qui était parfois douloureux surtout au niveau de son ancien bras qui est désormais remplacé par une prothèse mécanique. Aujourd’hui le chevalier devait se rendre en Australie ou plus précisément sur l’île volcanique Old Fyre, pour rencontrer sa future partenaire. Il avait accepté pour la première fois, une mission à plusieurs. Ce choix a été fait pour agrandir son réseau de connaissances chez les chevaliers, puisqu’il ne connaissait certains chevaliers que par leurs noms via de multiples rumeurs.

Les coordonnées qu’il avait reçues l’avait amené dans la ville principale de l’île et plus précisément dans un immeuble composé de plusieurs appartements. Sans avoir besoin d’y sonner à l’interphone ayant eu la porte ouverte par un habitant, il s’était dirigé vers le numéro d’appartement qui était marqué sur son papier et y toqua, lorsque celui-ci y arriva. Quand un homme aux allures de junkie lui ouvre la porte tout en lui disant de l’attendre dans le salon, vu qu’elle était absente pour le moment. Les deux hommes s’étaient retrouvés côté à côte dans le canapé de l’appartement. Le garçon aux cheveux noir avait entamé la discussion tout en se présentant à lui et en adressant une main tremblante. Comme à son habitude, John lui serra avec vigueur la main, par pure habitude tout en se présentant à cet inconnu.

« Je m’appelle John ! Le plaisir est partagé ! » - Ai-je dit avec un ton amical.

J’avais toujours un peu de mal avec ce genre de personne comme Tullio, mais à première vue, il semblait être quelqu’un avec un bon fond et tentait même de faire la discussion en me demandant si je connaissais depuis longtemps Victoria. Je n’ai pas pu m’empêcher de rire doucement à sa question et je lui ai répondu avec un grand sourire.

« Je connais seulement Victoria de nom. Je suis également chevalier et j’ai accepté une mission en duo avec elle, donc je ne connais que son prénom et son nom sur papier. »


La personne à mes côtés semblait vraiment être fatiguée et cela se voyait sur son visage, mais j’essayais de ne pas faire attention à ça tout en lui parlant avec aisance. Et soudain une question m’est venue en tête vu que je ne connaissais pas énormément ce monsieur.

« Et toi, tu es chevalier comme Victoria ? » - Ai-je demandé avec un air interrogatif.

De première vue, je n’ai pas vraiment l’impression qu’il soit un chevalier comme nous autres, mais je dois certainement me tromper sur son cas. Parfois, un jugement hâtif amène à la perte et souvent à des erreurs beaucoup trop difficilement contrôlables, c’est pourquoi je lui avais demandé pour avoir confirmation. Et d’ailleurs cette fameuse Victoria, elle en a pour longtemps ? J’ai décidé de lui demander.

« Je ne veux pas paraitre malpolis, mais…. Elle en a pour longtemps ? » - Demandais-je tout en me grattant le sommet de mon crâne étant gêné.

Eh oui, John est quelqu’un de polis puisqu’il avait retiré son chapeau par politesse. Il fait toujours ça dans les bâtiments, même s’il n’est pas fan de cela. Il se demandait, si tout ceci allait amener à quelque chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Mar 20 Juin - 4:27

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 1367
Messages : 228
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
avatar

Oh wow, ça c'est de la poignée de main. John, donc, avait l'air relativement sympathique de l'avis de Tullio. D'autant plus qu'il ne se faisait pas prier pour enchaîner sur sa maigre tentative de discussion, en expliquant ce qui le liait exactement à Toria.

"Ah ouais, je vois."

C'était un peu une façon de lui signifier qu'il avait entendu et intégré ce qu'il venait de lui dire. Après tout, qu'aurait-il pu répondre de toute façon? C'était un fait, sur lequel il n'avait pas d'avis à donner. Le jeune homme ne put néanmoins réprimer un rire lorsqu'il lui demanda s'il était, lui aussi, un chevalier. Il l'étouffa cependant rapidement, conscient qu'il pourrait vexer l'homme en face de lui s'il donnait l'impression de se moquer. Hors, ça n'était pas le cas.

"Pardon, j'te jure que je me moque pas."

Lança-t-il, avant d'inspirer profondément pour calmer les derniers relents d'hilarité dans sa voix et reprendre la parole de manière plus posée.

"J'suis absolument pas chevalier, non. Ca… ça m'intéresse pas, toutes ces histoires. J'pense que Toria aimerait bien que j'en sois un mais…"

Tullio haussa légèrement une épaule, jugeant inutile de répéter qu'il n'était pas intéressé. Il fallait dire que la dernière fois que la policière lui avait parlé de l'ordre, il n'était pas complètement en état d'écouter et d'intégrer les informations qu'elle lui donnait, il ne comprenait donc pas exactement ce qu'ils étaient supposés faire.

"Nan, t'inquiète, c'normal de vouloir savoir."

Répondit-il aussitôt, plutôt satisfait du changement de sujet de conversation. Un peu embêté, il remit machinalement ses cheveux en place tandis qu'il réfléchissait à ce que la demoiselle lui avait dit avant de s'en aller.

"Ben, elle m'a dit qu'elle en avait pour deux minutes, mais… C't'une fille. Ces créatures là ont pas l'même sens du temps qui passe que nous."

Expliqua Tullio, avec un léger sourire en coin.

"Donc du coup j'sais pas du tout quand elle rentre. T'veux un truc à boire?"

Bon, techniquement, ce n'était pas son frigo mais il pouvait bien proposer quelque chose à leur invité, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 25 Juin - 9:27

On est toujours le monstre de quelqu’un
Points : 429
Messages : 33
Age : 24
avatar

Cet appartement était très simple, John appréciait la simplicité et cet homme ne l’était pas spécialement, mais il ne restait pas pour autant intéressant. Tullio s’était mis à rire après que le cowboy lui ait demandé, s’il était un chevalier et avait présenté directement ses excuses. Le chevalier barbu continua à l’écouter avec attention et il ne souhaitait pas être un chevalier, ce qui est fort compréhensible.

« En effet être chevalier est très délicat, surtout avec les créatures qui nous entoure… » - Ai-je dit en soupirant.

Par la suite Tullio m’avait également répondu à la question, que je lui avais posé auparavant et avait précisé que c’était une fille. Je n’ai pas pu m’empêcher de rigoler tout en rétorquant à sa réponse.

« C’est vrai que les femmes prennent plus de temps que les hommes, ahahaha ! Merci pour la réponse Tullio » - Me suis-je exprimé en lui adressant un clin d’œil amical.

Après ses propos, John se replaça correctement dans le canapé pour y retrouver la position confortable qu’il avait avant. Puis Tullio semblait être un bon gars et très ouvert d’esprit, ce qui plaisait tout particulièrement au cowboy. Alors qu’il était plongé dans ses pensées sur sa future mission, Tullio l’en avait extirpé en lui demandant s’il voulait boire et lui avait répondu avec aisance.

« Avec plaisir ! Tu as de la bière par hasard ? Avec cette chaleur, je ferais tout pour une bonne bière, ahahaha ! »

Je ne pouvais m’empêcher de rire après mes paroles, tout en cherchant dans l’une de mes poches, mon paquet de cigares favoris et par respect envers lui, je lui avais demandé l’autorisation tout en lui posant une autre question.

« D'ailleurs Tullio, ça te gêne si je fume l’un de mes p’tits cigares ? Et j’ai une question qui me trotte dans la tête, si tu n’es pas chevalier… Que fais-tu dans la vie ? » - Ai-je demandé avec un air interrogatif.



Parfois je pouvais être quelqu’un d’assez indiscret et c’était dû à ma curiosité sans faille, en espérant que tout ceci ne le bloque pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 7 Juil - 12:43

So I bare my skin, and I count my sins, and I close my eyes, and I take it in
Points : 1367
Messages : 228
Habitation permanente : Chez Victoria
Occupation : /
avatar

"Bah, euh, de rien."

Répliqua Tullio, un peu étonné d'être autant remercié pour une simple blague un peu pourrave. Sitôt que le chevalier lui demanda s'il avait une bière, il se leva et alla fouiner dans le frigo où il trouva effectivement une bouteille pour l'invité, ainsi qu'une pour lui.

La question suivante le laissa un peu plus perplexe. A vrai dire, lui, ça ne le gênait pas. Mais, point important, ça n'était pas son appartement. Après avoir réfléchi quelques instants, le jeune homme se mordilla la lèvre inférieure puis finit par répondre tandis qu'il lui tendait sa bière une fois décapsulée.

"C'est pas mon appart', si tu veux on va se poser devant l'immeuble? J'ai les clés, j'voudrais pas me faire engueuler par Toria quand elle reviendra."

Avoua-t-il, alors qu'il se rendait compte qu'il n'avait jamais pensé à demander à la demoiselle si la fumée la dérangeait. En fait, il n'avait jamais envisagé de fumer à l'intérieur. Il fallait dire que le fait que ce soit rarement de simples cigarettes n'aidait pas.

"Sinon… je fais pas grand-chose, en fait."

Point délicat. Raconter, ne pas raconter? Tullio ne savait pas quelle était la version officielle, celle que Toria racontait si on lui posait des questions. Autant opter pour quelque chose d'aussi vague que possible, mais vrai quand même. C'était sans doute la meilleure solution.

"Les dernières années ont pas été faciles, alors… j'ai besoin d'un peu de temps pour me remettre sur pieds."

Le junkie prit une gorgée de sa bière et plissa le nez. Mouais, c'était pas vraiment son truc, il ferait bien de s'en souvenir la prochaine fois. Enfin, le pire c'était les deux premières. Et justement, voilà la deuxième, songea-t-il en retenant un soupir. C'était quoi, déjà, le truc rouge que Toria lui avait fait boire? Un nom de fleur. Ah oui, de l'hibiscus. Ca au moins, c'était frais. Pas comme cette bière qui lui asséchais le palais.

"T'as déjà bu de l'hibiscus en infusion?"

Mais quelle question de merde, bravo Tullio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 22 Juil - 19:51

On est toujours le monstre de quelqu’un
Points : 429
Messages : 33
Age : 24
avatar

Le mystérieux homme qui me faisait face semblait être enclin à la plaisanterie et m’avait assez rapidement rapporté une bière comme je lui avais demandé poliment. Pour le remercier, je lui avais adressé un petit sourire accompagné d’un petit merci. Il m’avait également proposé de se mettre devant l’immeuble pour fumer vu que ce n’était pas son appartement et je n’y avait pas spécialement pensé.

« Il est vrai que je n’avais pas pensé à ça, si cet appartement était à toi ou à ma future collègue de boulot. En effet fumer dehors est préférable pour les meubles. » - Ai-je dit en souriant.

Je repensais également à la réponse à ma question. Il ne faisait rien et je me suis rendu compte de ma bêtise à être trop curieux lorsqu’il m’a expliqué que les dernières années étaient dures. Tellement que j’étais exaspérer par ma façon d’être impolis, je me suis mis à soupirer par reflexe. Alors que je m’apprêtais à lui dire que j’avais également vécu une période quasi-similaire à la sienne, celui-ci m’avait posé une question assez étonnante, sur le fait d’avoir déjà bu une infusion d’hibiscus. Mon côté plaisantin n’a pas pu s’empêcher de prendre le dessus.

« Oh tu sais avec tout ce que j’ai bu dans ma vie, je ne sais pas même ce que j’ai goûté ahahahaha ! Peut-être que oui, peut-être que non ! » - Ai-je dit tout en rigolant légèrement tout en lui adressant un clin d’œil amical à ma nouvelle connaissance.

Je voulais tant fumer le cigare que j’avais en ma possession, mais ce qu’il m’avait dit avant me titillait l’esprit. C’est pourquoi, je me suis pardonné de ma curiosité envahissante et je lui aie dit quelques sages paroles en espérant qu’elles soient utiles.

« Toutes mes excuses de t’avoir fait penser à ça en étant trop curieux. Malheureusement la vie n’est pas tout le temps rose… Parfois le destin peut s’avérer cruel, mais il ne faut jamais baisser les bras et affronter la vie au bras le corps ! Je sais de quoi je parle… Je reviens de loin, mon cher Tullio ! » - Me suis-je exprimé le sourire aux lèvres.

Sans attendre j’ai sorti mon étui à cigare en acier et je me suis dirigé vers la porte d’entrée sans pour autant l’ouvrir et j’ai fait une proposition à ce jeune homme.

« Tu m’accompagnes devant en attendant que Victoria arrive ? Histoire que je puisse fumer mon cigare et qu’on parle encore un peu ! » - Me suis-je affirmé tout en mettant ma main droite sur la poignet de la porte, prêt à partir.

Je ne pouvais m’empêcher de parler, c’était plus fort que moi, tout comme vouloir fumer ces bons cigares…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Deux minutes féminines, ou l'éternité au masculin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Hors-Sujet] Les deux minutes du peuple
» Prenons deux minutes pour parler du peuple...
» Des vidéos à jeuxde mots ! les deux minutes du peuple
» Video marrante d'inazuma eleven
» [résolu][GTA SA NE REPOND PAS] Probleme !!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: Old Fyre :: La ville :: Les habitations-