La Pleureuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Ven 16 Juin - 9:43

Tourne toi vers le soleil, et l'ombre sera derrière toi
Points : 762
Messages : 125
Habitation permanente : Dans un quartier au cœur de Tokyo ou dans l'ancienne maison de son oncle à Olf Fyre.
Occupation : Artiste à plein temps et chevalière.
avatar

Mizu était inquiète. Exténuée, la jeune artiste n’avait pas cessé de penser à sa prochaine mission. Cette dernière avait pour ordre de retrouver une œuvre d’art prénommée "La pleureuse" et qui se trouvait être un artéfact de haute valeur. Une charge plutôt attrayante qu’elle réclamait depuis un bon moment. Cette mission paraissait tout simplement parfaite, mais un détail qui la paralysait avait était hormis. Cette magnifique peinture à l’aquarelle, bien choisit, ce trouvait à être perdue au beau milieu de l’un des endroits les plus hantés du monde. Le sanctuaire de Fort-Loin.

Réticente à y aller, l’appelle de l’aventure fût plus forte que sa peur. De plus elle était accompagnée d’une formidable chevalière, Victoria Machiavel. Avec la policière, la jeune femme avait réussi à calmer son stress le temps d’un trajet, mais une fois arrivée devant l’aéroport qui allait les emmener, Mizu avait ressenti sa foutue angoisse la tenailler une nouvelle fois.

Elle s’était documentée avant de prendre l’avion en direction de l’Europe et avait appris des choses saugrenues et malsaines sur ce sanctuaire atypique. Mais l’information qui avait le plus retenu son attention portait sur ce fameux tableau.

Peint au dix-septième siècle, "La Pleureuse" représente une jolie jeune femme au teint fantomatique et aux longs cheveux châtains détachés, tenant un bouquet de roses fanées. Son visage est orné de deux yeux en pleurs qui sont ça principale caractéristique. D’après les rumeurs, le peintre serait inconnu, mais la femme aura été une comtesse ayant eu une mort tragique peu après son mariage. D’autres sites relatent des dires encore plus "glauques", comme quoi l’artiste aurait, en fait, retranscrit les traits de la femme sur son lit de mort.

Ces informations avaient réussi à mettre le moral de Mizu à zéro. Tout le long du vol, elle avait été rongée par la peur. Pour une fois que ses compétences en art lui servaient à trouver une mission, il fallait que ce soit celle-là.

Le pire c’est que c’était loin d’être la seule chose qui entourait l’œuvre, cette fameuse comtesse aurait eu des liens avec le monde magique et aurait scellé à jamais son portrait de sorcellerie peu conventionnelle. Et c’était ce pourquoi les deux chevalières avaient été mobilisées.

"La Pleureuse" avait le don exceptionnel, une fois tenue en mains, de faire reposer les âmes torturées. Avec untel artéfact en leur possession, la société secrète pourrait accomplir un bon nombre de choses. Mais un problème majeur venait s’interposer. "La Pleureuse" a voyagé entre les âges et les époques avant d’arriver à Fort-Loin. D’après le couple qui gardait le sanctuaire, l’ancien propriétaire eut pour "merveilleuse" idée d’accrocher le tableau dans une salle de la maison principale. Par la suite il  aurait entendu des cris et autres pleurs provenant de l’œuvre. Il aurait aussi vu le fantôme d’une mariée rodant les couloirs et répétant le nom d’un homme. Il a par la suite décidé de ranger le tableau dans une des nombreuses salles du château, oubliant à jamais l’existence de "La Pleureuse". L’œuvre est à présent perdue dans une montagne d’autres objets qu’on aurait jetés aux oubliettes pour ne pas subir la vengeance d’esprits frappeurs.

Délaissé, l'artéfact est à présent perdu et c’est justement là qu’interviennent Victoria et Mizu qui ont pour but de le retrouver. Ce qui est loin d’être chose facile lorsqu’on sait que Fort-Loin est tout sauf accueillant.

Tétanisée, Mizu avait griffonné de nombreux croquis dans son carnet pour se détendre. Dessiner la calmait, et avec un peu de musique, elle se sentait tout de suite mieux. Elle avait crayonné la moindre chose qui lui passait sous les yeux et tout particulièrement sa compère. L’artiste avait dépeint Victoria sous tous les angles sans vraiment la prévenir. Elle faisait souvent ça avec les personnes et des créatures qu’elle rencontrait. Et pendant un instant Mizu crut que toute sa peur accumulée précédemment s’envola jusqu’au moment tant attendu où la voix du commandant de bord lâcha « Mesdames et Messieurs nous arrivons dans quelque minutes à l’aéroport de Paris, nous vous prions de rester calme jusqu’à l’atterrissage. Merci. »

Ces quelques paroles ne l’avaient pas laissée de marbre, et en un rien de temps, la jeune femme se retrouva dans une petite voiture rouge qui l’emmenait à Fort-Loin. Le trajet fut court, mais terriblement pesant. Elle regardait les sapins aux épines d’un vert foncé, le ciel couvert de nuages annonçant une tempête, et la route de forêt escarpée qui l’emmenait au sanctuaire.

Une fois sortie de la voiture, il leur fallut quelques minutes de marche pour apercevoir les premières tours du château. Pâle comme un  drap, Mizu marchait derrière sa camarade, au cas où un potentiel esprit serait tenté de les attaquer.

-Je savais que Fort-Loin n’était pas très accueillant, mais là, on frôle le film d’horreur…


Mizu fît mine de se sentir parfaitement calme, mais en réalité, le moindre bruit un peu trop suspect l’aurait fait s’enfuir à l’autre bout de la terre.

Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : traiter des déplacements occasionnés par le boulot de chevalier.
Pour féliciter ton exploit, 20 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !


Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : traiter de l'étude d'un objet magique.
Pour féliciter ton exploit, 35 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !


Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : faire un RP au sanctuaire Fort-Loin.
Pour féliciter ton exploit, 20 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !


 
Avatar fait à partir d'une œuvre de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Lun 26 Juin - 17:33

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1662
Messages : 506
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar


Ou les gémissements lointains de la magie du monde
Ordre de mission 02
Printemps 2017


Dans l’avion, Victoria avait été peu loquace. Elle s’était couchée trop tard, étant, la veille, longuement restée les genoux collés contre la paroi froide du bar et les yeux rivés vers le sourire chaud de la barman. Au final, elle n’avait dormi que trois heures avant de devoir se rendre à l’aéroport où elle avait chancelé, à demi grisée à demi fatiguée, pendant une longue heure avant d’enfin pouvoir s’affaisser dans son siège, cuver le reste de son whiskey et dormir. En se réveillant, elle était nauséeuse et avait relu en silence les dossiers concernant leur mission.    
     
À l’aéroport français, elle avait pu manger et prendre un café, la rendant beaucoup plus énergique, sociable, et généralement plus fidèle à elle-même. L’idée de payer un café à Mizu lui était vaguement passée par la tête, mais dans le doute, elle lui avait plutôt ramené un chocolat chaud. Secouant la tasse de carton sous son nez, elle s’était excusée d’avoir dormi tout le long de leur vol, expliquant qu’elle avait peu dormi la veille… Mais omettant la beuverie.

Puis, dans la voiture, Victoria fit quelques commentaires sur le beau temps, quelques blagues sur le chauffeur, mais principalement, elle avait laissé Mizu lui parler de la peinture qu’elles devaient récupérer. À vrai dire, elle avait déjà entendu parler de celle-ci bien avant de recevoir l’ordre de mission, mais seulement sur le plan de ses capacités en tant qu’objet magique, et pas vraiment de ses origines et de son histoire. Elle réalisa, d’ailleurs, que dans ce cas-ci, c’était surtout ça qui allait leur permettre de comprendre la nature de l’artéfact.

Plus la voiture approchait de sa destination, plus l’atmosphère était lourde.

Elles étaient sur un chemin de campagne depuis un bon moment maintenant. Devant, la route ondulait sur un horizon plat. Il n’y avait rien d’autre en vue qu’une longue route, des champs et quelques distantes maisons. Et soudainement, le conducteur bifurqua sur ce qui semblait être un faussé. Victoria s’était brusquement agrippée à la poignée intérieure à sa droite, plaçant son bras gauche devant Mizu.

Muscles crispés, tout son corps, tous ses instincts lui criaient qu’elles allaient mourir.

Et puis non.

Elles étaient soudainement sur une nouvelle route qui jusque-là avait été invisible, et au loin, on pouvait désormais voir les sinistres clôtures qui entouraient la forteresse. Passées celles-ci, les deux jeunes femmes avaient déchargé leurs affaires, après quoi la voiture était repartie dans le sens inverse, et elles avaient continué leur chemin jusqu’à apercevoir les tours, puis les palissades.  

Sur elle, Victoria n’avait qu’un sac dans lequel il y avait quelques rations sèches – même dans un aussi petit sanctuaire, on ne sait jamais combien de temps on peut se retrouver enfermer quelque part – deux gourdes d’eau, des sous-vêtements de rechange, beaucoup de sel et deux vielles baguettes de houx trouvées dans les affaires de son colocataire. Elle sortit d’ailleurs l’une des deux baguettes pour la tendre à Mizu : « En cas d’apparitions, tiens cette baguette au-dessus de ta tête… Ça devrait éloigner la plupart des créatures fantomatiques. » Dit-elle tout en cognant à la grande porte… Qui s’ouvrit presque immédiatement.

Entrant, elles découvrirent que la pièce était complètement vide.

- Bonjour ? La voix de Victoria résonna en plusieurs échos.

La porte se referma derrière elles.

Une prémisse de film d’horreur ; c’était le cas de le dire.

Où diable étaient les gardiens ?

Achievement Unlocked !  
Succès ! Tu as accompli un défi : faire un RP au sanctuaire Fort-Loin.
Pour féliciter ton exploit, 20 points ont été crédités à ton profil et l'icône ci-dessus ont été ajoutée à ton dossier !



Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 14 Oct - 22:42

Tourne toi vers le soleil, et l'ombre sera derrière toi
Points : 762
Messages : 125
Habitation permanente : Dans un quartier au cœur de Tokyo ou dans l'ancienne maison de son oncle à Olf Fyre.
Occupation : Artiste à plein temps et chevalière.
avatar

L’ambiance lugubre et sordide des lieux semblait être imprégnée dans les moindres recoins du sanctuaire, rendant les alentours tristes et abandonnés de toutes chaleurs humaines. Aucun bruit ne semblait vouloir perturber le calme monstrueux qui régnait en seul maitre. Mais une fois l’oreille tendue, quelques gémissements et autres complaintes se firent entendre dans les tréfonds des terres, ne manifestant pas pour autant un signe de vie palpable.

Mizu n’osait imaginer les créatures toutes plus mystérieuses et effrayantes, qui devaient séjourner à Fort-Loin. Cette atmosphère sinistre se prêtait à un jeu morbide rendant le temps d’un instant chaque action banale en une preuve énigmatique d’un esprit malveillant. Le souffle plaintif du vent dans la cime des arbres, le requiem grinçant du portait étouffées par les plantes, ou encore les volets claquant avec fracas sur les carreaux de ridicules fenêtres délavées. Chaque complainte assourdissante qui venait soudainement détrôner le silence avec fourberie semblait avertir les deux jeunes femmes d’un danger invisible.

La piètre tentative d’anéantir cette situation somme toute plus glauque n’avait réussi qu’à détruire à coup de marteau le semblant de courage qui animait l’ardeur de cette mission. Marchant droit devant elle, Mizu n’aurait pas pensé une seule seconde qu’un ‘’simple’’ bout de bois aux propriétés énigmatiques puisse tant la rassurer.  La jeune chevalière prît la baguette tendue par sa compère comme un bouclier contre le paranormal, la tenant fermement dans ses mains, prêtes à la tendre en cas d’agression fantomatique.

Victoria prit le pas, rentrant la première dans la vielle maison qui servait d’habitat pour le couple de propriétaires ,suivie de près par Mizu qui était peu sereine devant cette idée. La chevalière aux cheveux bouclés fit retentir sa voix, créant un écho troublant.
Aucune réponse.

Un calme total se prêtait au jeu du silence. Mizu comprit enfin qu’elles étaient probablement seules, dans le sanctuaire le plus terrifiant d’Europe. La jeune femme tenait si fermement sa baguette que ce dernier manqua de se briser tant la peur la tenaillait. Mais ni le silence glaçant ni la maison ne l'avait autant fait sursauter que le claquement assourdissant de la porte derrière elle.

- On devraient s’avancer et voir ce qui se cache ici… Si les propriétaires ne sont pas là, il va falloir nous guider dans le sanctuaire nous même…

Mizu reprit un instant son mordant. Déterminée elle marcha avec assurance avant de s’arrêter net devant un couloir vide, froid et assombri par les ténèbres. Les meubles étaient pour la plupart détruits, le papier peint aux motifs foraux arrachés et l’ampoule au plafond peinait à s’allumer. Il y avait définitivement quelque chose qui clochait ici, à moins que les gérants aient des tendances décoratives très spéciales… D’un bras tendu, la Japonaise invita Victoria à prendre le pas pour découvrir les mystères de cette maison, et de ce sanctuaire.


 
Avatar fait à partir d'une œuvre de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 3 Déc - 18:08

Toujours savoir tirer mérite des actes auxquels la nécessité nous contraint
Points : 1662
Messages : 506
Habitation permanente : À Old Fyre, dans l’appartement qu’elle partage avec Tullio Cavaleri. Elle a aussi un appartement en Italie, bien qu’elle n’y soit pas très souvent ces temps-ci.
Occupation : Anciennement détective, maintenant chevalière à temps plein.
avatar


Au claquement sourd, Victoria se retourna vivement dans une position défensive, les genoux légèrement pliés, les bras relevés de chaque côté et les paumes tournées vers l’extérieur comme pour arrêter net toute attaque latérale imminente.  Les secondes passèrent sans qu’aucun monstre ne jaillisse du noir, mais une chose plus terrifiante encore se produisit : après le son de la porte qui se refermait, les deux jeunes femmes purent très clairement entendre un grincement effroyable qui ne pouvait être autre que le loquet de la porte en train de se verrouiller. En parfait écho sensoriel, un frisson dantesque parcourut tout le corps de Victoria, l’abandonnant avec la conviction terrifiante que la porte ne se laisserait pas ouvrir de sitôt. De vagues souvenirs, tout droit sortis des abimes de son enfance,  dessinaient les récits de victimes séquestrées dans des châteaux-prisons pleines de créatures magiques… Et cela ne la rassurait pas du tout.

- Non, attends… Dit-elle en tendant à son tour un bras vers Mizu, imitant son geste, mais, inversement, comme pour la tirer vers elle malgré la distance qui les séparait toujours, ou plutôt pour l’inviter à revenir sur ses pas.

Elle s’avança finalement, seulement pour enfin attraper la main de sa collègue avant de l’entrainer avec elle vers la porte. Sans la lâcher et en regardant systématiquement de gauche à droite, Victoria  tira de sa poche un téléphone cellulaire sur lequel elle commença à écrire un message destiné au capitaine de l’ordre, tout en s’adressant verbalement à Mizu :        

- C’est très anormal … La présence d’activités paranormales dans le hall qui est une zone protégée par le traité … Le fait qu’il n’y ait pas de gardien pour nous accueillir … C’est presque comme si …

Et alors qu’elle appuyait sur Envoyer, un violent choc d’électricité statique lui fit lâcher l’appareil dont l’écran devint noir avant de se fracasser avec éclats sur le sol. Victoria poussa un juron en italien.

- … Le sanctuaire est en train de tomber. Conclut-elle gravement.

Sans même penser à ramasser le téléphone qui gisait, fenêtre brisée, sur le sol, elle sortit la deuxième baguette de houx et la hissa, comme Mizu, au-dessus de sa tête… Tout en sachant qu’elles ne feraient somme toute pas grand-chose si sa terrible hypothèse s’avérait fondée. Elles auraient besoin de talismans, de poudre-de-lumière, ou au minimum de sel si elles espéraient naviguer et sortir du château.  
Le tableau de la pleureuse passant au bas de leur liste de priorités, il leur faudrait avant tout trouver des outils et des alliés, advenant que ceux-ci soient encore en vie et sains d’esprit.


Avatar fait à partir d'une œuvre de Pheberoni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Pleureuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La petite vie a Zeramas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Old Fyre :: Le monde :: L'Europe :: Fort-Loin-